Birmanie – Thaïlande 2014: post-scriptum

Je suis rentrée voilà plus d’un mois maintenant. J’ai rédigé tout mon récit et j’ai eu l’occasion d’organiser mes pensées à propos de mon voyage. Et ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Oui, j’ai aimé la Birmanie, j’ai aimé les stupas dorés, la beauté du lac Inle, la plaine de Bagan aux nombreuses constructions éparpillées, j’ai vu plus de couchers de soleil que dans d’autres voyages… et pourtant je ne me sens pas entièrement satisfaite. Il manquait quelque chose. Et ce quelque chose est sans doute lié au voyage organisé et en groupe. Ce n’est pas dû aux personnes avec qui j’ai voyagé: elles étaient très agréables et je suis d’ailleurs toujours en contact avec certaines d’entre elles. Mais le programme était chargé et ne laissait que peu de temps pour se poser, pour emmagasiner les impressions. Il y a différents endroits où j’aurais aimé rester plus longtemps, à Maymyo par exemple. J’aurais aimé visiter Bago ou Yangon d’une autre manière, en marchant plus dans les rues, même s’il fait très chaud. Le fait de ne rien devoir régler soi-même apporte une certaine distanciation, je me suis sentie peu impliquée. Et pourtant, ce n’est pas mon premier voyage en groupe et je n’ai pas toujours eu ce sentiment: la première fois au Cambodge par exemple m’a laissé une très forte impression. Une chose est sûre cependant: j’aimerais retourner en Birmanie d’une autre manière, avec un circuit différent et qui laisse plus de libertés.

La deuxième partie de mon voyage est tout à fait différente, ce qui augmente sans doute le contraste. J’étais seule et je devais décider de tout, ce qui m’a apporté une très grande liberté de mouvement. J’ai eu des moments de fatigue mais aussi tant de moments où je pouvais m’émerveiller de tout ce qui était autour de moi sans tenir compte d’un horaire précis. Les quelques jours à Prachuap Khiri Khan avec Catherine ont été dans le même esprit. Et enfin les derniers jours à Bangkok m’ont fait aimer le voyage en solitaire. Ce sont les meilleurs jours du voyage, je me suis vraiment sentie bien, en accord avec moi-même et totalement présente, contrairement à mon séjour en Birmanie que j’ai vécu de manière plus distanciée.

Dans le futur, j’aimerais encore voyager comme ces derniers jours mais je sais aussi que cela demande pas mal d’organisation, et que ce n’est tout simplement pas possible dans certains pays pour diverses raisons (la sécurité d’une femme seule en est une importante). J’aime aussi parfois me laisser entraîner, me laisser guider par d’autres personnes, de préférence sur la même longueur d’onde que moi. Un voyage avec un(e) ami(e) ou un petit groupe d’amis qui se connaissent bien va dans ce sens. Mais je sens également le besoin de partir seule à certains moments. Tout cela est un peu contradictoire mais tout à fait combinable !

Ceci est donc le dernier billet concernant mon voyage en Birmanie et en Thaïlande. J’espère que ce récit vous a plu et n’hésitez pas à me poser des questions. Rendez-vous dans quelques mois pour une nouvelle destination qui n’est pas encore décidée (ou peut-être pour le récit d’un voyage plus ancien).

Birmanie – Thaïlande: Yangon – Bangkok

Les chiens hurlent à la mort cette nuit. Je me réveille tôt mais j’ai tout le temps de traîner. Ma valise est déjà quasi prête et mon avion n’est que dans l’après-midi. Je regrette maintenant de n’avoir pas choisi celui du matin, j’aurais pu rejoindre Bangkok plus tôt au lieu de perdre ma journée dans l’attente.

Je prends un copieux petit déjeuner, ne sachant pas trop quand j’aurai à nouveau l’occasion de manger puis je vais me promener dans le grand parc face à l’hôtel. Je prends encore quelques photos de la pagode de Shwedagon mais aussi de l’avion de ligne abandonné là. Je n’ose pas trop m’approcher voyant des hommes s’installer à l’intérieur.

315-BTYangon

316-BTYangon

317-BTYangon

Après un dernier selfie dans ma chambre, je fais mes adieux à Moe Moe et partage un taxi avec Angelo et Margaret qui reprennent l’avion un peu après moi. Pour une fois, la circulation est assez fluide et nous mettons moins d’une heure pour arriver à l’aéroport. L’enregistrement des bagages n’est pas encore possible et nous parlons encore un peu, puis je fais mes adieux. La file est longue et n’avance pas. Après le contrôle des passeports, je fais l’achat de bonbons au sésame pour offrir à Catherine.

318-BTYangon

L’attente se prolonge et je lis mon roman sur ma liseuse. Mon voisin m’adresse la parole et me demande le code du wifi. Je lui explique que c’est juste un livre mais il ne comprend pas trop. Son oncle intervient et nous commençons à parler un peu. Il est Chinois de Thaïlande et son neveu vit en Chine à Schenzen. Il lui explique où se situe la Belgique. J’ai vraiment eu l’impression que c’était un grand benêt.

319-BTYangon

Finalement l’avion décolle. Je me retrouve assise à côté d’un homme d’affaire américain, je pense, dans le genre pas souriant du tout et qui prend de la place. Il fait glacial dans l’avion et je n’ai pas mon gilet. Le vol s’éternise: le trafic aérien est congestionné et l’avion doit attendre son tour pour atterrir. Après 30 minutes, il arrive enfin, nous déposant loin du terminal. Des bus nous y emmènent.

Contrôle d’identité, cachet dans le passeport, retrouver ma valise, changer des dollars en bhats (je n’ai pas énormément dépensé en Birmanie et il me reste pas mal d’argent liquide), acheter une carte SIM valable 10 jours, avec la 3G illimitée, chercher le train qui relie Bangkok et aller jusque Phaya Thai. Il y a beaucoup d’escaliers et mon sac pèse déjà 17 kilos. En bas, il y a une station de taxis et je me dis qu’ils doivent être contrôlés. En fait non, une fois dans le taxi, avec mon bagage dans le coffre, le chauffeur ne veut pas mettre son compteur et me demande de proposer un prix. Je lui dis 100, sachant que c’est un prix plus que raisonnable. Il refuse. Je cède finalement à 250, sachant très bien que je me fais arnaquer. En plus, il décide de me faire la conversation et me met du Michael Jackson. Encore heureux qu’il m’amène bien à destination, sans faire de gros détours. Il y a des embouteillages mais ils ne sont pas catastrophiques non plus. J’arrive donc à Chinatown, sur Yaowarat Road, à la Shanghai Mansion.

Je suis très bien accueillie, avec un thé glacé au chrysanthème. Ma chambre est très jolie mais je regrette l’absence de vue (ce qui n’est pas étonnant vu la densité des immeubles). Je suis fatiguée de cette journée inutile et j’ai faim. Ce n’est pas le mini-repas de l’avion qui m’a nourrie. Mais je n’ai pas envie de commencer à explorer le quartier dans le noir. Je vais donc au bar-restaurant de l’hôtel, le Rose Café. On m’y demande « table for two ? ». Je commande un Siamese Sling, un cocktail très frais à base de gin, de tonic, de jus de pomme, de citron vert et de feuilles de kafir. Et pour manger, je chois un plat à base de homard, accompagné d’une sauce assez bizarre au citron vert et au lait (?) et de fruits. Bref, une cuisine fusion pas très réussie.

320-BTYangon

321-BTYangon

Je rejoins ma chambre pour la nuit et après un peu de lecture, je m’endors paisiblement.

Birmanie: Ngwesaung – Yangon

Je n’ai pas bien dormi cette nuit mais je n’ai aucune explication: pas de bruit, pas trop d’alcool… Peut-être la fin du voyage en groupe qui se profile ?

Sachant que le trajet vers Yangon est long,  nous avons demandé à Moe Moe de partir tôt. Evidemment, le réveil à 5h45 n’est pas des plus aisés. Nous partons vers 7h45 et le chauffeur fonce, même dans les virages et sur la route cabossée. Je ne me sens pas trop bien mais je sais que la route quitte les collines après une heure. Nous nous arrêtons quelques fois pour des pauses pipi et rejoignons le Summit Parkview Hotel à Yangon après des embouteillages dans la ville. Nous refusons l’arrêt repas, préférant garder un peu de temps libre pour l’après-midi.

Je mange à l’hôtel avec Robyn: un sandwich au thon est le genre de repas qui me manque après un moment. Nous partons ensuite nous promener. La distance vers le centre n’a pas l’air si longue sur la carte mais il n’y a pas grand chose à voir sur ces longues avenues arborées. Quelques maisons coloniales délabrées et un hôpital. Nous passons devant la grande église de la Sainte-Trinité et rejoignons le marché de Bogoyoke. C’est assez chaotique et très touristique: il y a moyen d’y acheter tous les souvenirs vus en cours de route et il y a de nombreux bijoutiers. Nous rentrons vers l’hôtel, mettant plus de 35 minutes mais profitant de la promenade en cette fin d’après-midi.

313-BTYangon

314-BTYangon

Robyn me propose un verre de vin dans la chambre, puis nous rejoignons le bar pour la happy hour. J’enfile quatre gin tonic puis nous passons au restaurant où je mange des satés de poulet. Nous faisons nos adieux à Olga, et un peu après, je quitte Robyn qui dormira dans la chambre d’Olga, me laissant seule pour la dernière nuit (elle ne voulait pas me réveiller au petit matin lors de son départ).

Ce déménagement me fera passer plusieurs fois dans le couloir: j’y vois une femme en mini jupe et hauts talons faire le pied de grue, frappant à une porte. A mon retour, il y a une discussion animée avec un homme. Quand je repasse une troisième fois, il y a un attroupement: plusieurs personnes sont sorties de leur chambre et l’agent de sécurité remet de l’ordre. Une prostituée sans doute ?

Birmanie: Ngwesaung – Sunny Paradise Resort

Situé en bout de plage de Ngwesaung, le Sunny Paradise Resort est un bel endroit. Divers bâtiments et bungalows sont clairsemés dans un jardin tropical, le lobby avec restaurant et piscine se trouvant au centre. Dans un billet précédent, je disais que les chambres standard étaient vraiment lugubres; je parlerai donc ici des « Ocean View Bungalows », les chambres les plus chères (je suppose) du resort. Ces bungalows en bois et toit de chaume sont construits avec vue sur mer, un bout de jardin les séparant de la plage. Ils sont spacieux et contiennent deux chambres (pas très bien isolées d’un point de vue acoustique). Il y a un grand lit et un petit lit, un bureau, des meubles pour ranger les bagages et une terrasse avec fauteuils pour se prélasser au soleil. La salle de bain est plutôt vieillotte: sanitaires en porcelaine verte, peu de lumière et cabine de douche avec paroi coulissante en plastique dont l’eau fuit dès qu’on l’utilise. L’eau chaude et l’air conditionné sont limités à certaines heures (toute l’électricité est produite par générateurs) mais cela n’a pas posé problème. Une rénovation ne serait pas une mauvaise idée.

308-BTNgwesaung

309-BTNgwesaung

310-BTNgwesaung

Le petit déjeuner est très varié, sous forme de buffet, et la carte du restaurant propose divers plats locaux et internationaux à des prix convenables.

Le wifi est inexistant dans les chambres mais fonctionne assez bien dans le lobby.

A part le premier jour où il y avait un grand groupe de Birmans présents via leur entreprise, le resort était plutôt délaissé.

situation: 3,5/5
aménagement des parties communes: 4/5
aménagement de la chambre: 4/5
salle de bain: 2,5/5
propreté: 4/5
petit déjeuner: 4/5
wifi: 2,5/5

Birmanie: Ngwesaung

Ce matin, je m’empiffre tellement au petit déjeuner que je n’ai plus faim à midi et que je bois juste un jus de fruits frais. La journée se passe à lire, continuer le livre de Paul Theroux qui ne me passionne pas trop mais aussi à préparer mon séjour à Bangkok en lisant quelques chapitres de 22 walks in Bangkok.

En fin d’après-midi, je fais trempette dans la mer, gardant un paréo cette fois-ci.

306-BTNgwesaung

307-BTNgwesaung

Le coucher de soleil est superbe et Eddy en profite pour faire le con dans les palmiers, ceux à sa taille en tous cas.

303-BTNgwesaung

304-BTNgwesaung

305-BTNgwesaung

Je prends l’apéritif, des bières, avec Olga et Robyn et nous mangeons ensemble sur la terrasse. Je prends à nouveau des scampis grillés, le plat m’ayant beaucoup plu la première fois. Ainsi s’achève le séjour à la plage qui m’aura permis de me reposer et de reconstituer mon système digestif.

311-BTNgwesaung

312-BTNgwesaung

Birmanie: Ngwesaung

La nuit a été assez agitée dehors, j’ai entendu des gens crier et il y a eu quelques pétards. Sans doute le grand groupe de Birmans fêtant leur dernière soirée à l’hôtel. Je vais me balader dans le village, enfin dans l’unique rue, avec quelques-uns de mes compagnons de voyage. Le soleil tape fort et la route est très poussiéreuse. Notre but est de trouver des bières ! Un artisan propose de jolis objets réalisés à partir de noix de coco et j’achète deux cache-pots à pendre et un mobile qui fait un joli bruit avec le vent. Pas pratique à emporter mais je n’ai pas encore acheté grand chose.

Tous les repas suivants seront pris à l’hôtel, un peu par flemme en fait, et aussi parce que le choix du village n’est pas très étendu. Je mange ce midi une salade de poulet censée être piquante mais pas trop. En fait, le piment utilisé est très fort et je mettrai de côté au moins une cuillère à soupe de petits bouts verts. Un smoothie aux fruits mélangés calme quelque peu le feu dans ma bouche.

L’après-midi se passe à lire sur la terrasse du bungalow, à l’ombre. En fin de journée, je vais faire trempette dans le Golfe du Bengale avec Robyn et nous nous promenons le long de la plage. J’aurais sans doute dû mettre un paréo parce que je fais sensation en bikini. Rien de dérangeant, juste la constatation que les locaux ne sont pas encore habitués aux touristes en petite tenue et j’aurais préféré ne pas leur imposer ça.

Rendez-vous sur la terrasse du lobby pour la happy hour et pour une séance d’internet. Je commande ensuite un curry birman de crevettes mais il y en a beaucoup trop ! En général, je prends ce genre de plats parce que les cuisiniers sont économes avec les crustacés mais je ne sais pas ce qui s’est passé ce soir.

Avant de m’endormir, j’entends une bestiole courir sur le toit du bungalow. J’espère qu’il n’y a pas d’interstice par lequel elle pourra renter.

301-BTBassein

Birmanie: Yangon – Bassein – Ngwesaung

L’hôtel à Yangon a été décoré pour Noël avec sapin, traîneau et crèche. J’ai toujours l’impression que ça dénote un peu dans un pays tropical. Nous partons ce matin pour aller à la plage de Ngwesaung et la route sera longue, bien plus longue que prévue dans les notes de voyage. Nous nous arrêtons quelques fois en route, notamment à un atelier où on tisse les joncs pour en faire des paillasses. Eddy est sorti du sac et joue dans la voiture avec le jasmin qu’il a reçu.

295-BTBassein

Nous prenons notre repas à Bassein dans un restaurant au bord d’un lac, judicieusement nommé Royal Lake Restaurant, où se rejoignent les étudiants de l’université toute proche. La carte est peu inspirante et je continue mon régime de légumes sautés et riz, avec un peu de poulet quand même, que je partage à nouveau avec Olga. Une base militaire est toute proche et nous voyons décoller un avion de chasse.

296-BTBassein

297-BTBassein

Nous visitons un atelier de parasols qui sont très colorés mais… il n’y a pas de magasin !

298-BTBassein

299-BTBassein

300-BTBassein

La route devient sinueuse pendant la dernière heure, serpentant dans des collines où il y a de nombreuses souches, probablement celles des arbres arrachés lors du cyclone Nargis en 2008 mais je peux me tromper. Des plantations de caoutchouc ont pris la place de la forêt. Après 7h30 de route, nous arrivons enfin à la station balnéaire de Ngwesaung. Une petite route parallèle à la mer et bordée de magasins de souvenirs mène à l’hôtel, le Sunny Paradise Resort. L’endroit est idyllique, avec vue sur le Golfe du Bengale. Mais on nous mène vers un bâtiment éloigné et on nous propose une chambre couloir avec trois lits toute sombre, sans même un fauteuil pour s’assoir. Robyn et moi refusons même d’y entrer tant elle est déprimante et demandons de suite une autre chambre. On nous propose la même ou presque à l’étage du dessous, où on entend le bruit constant d’un moteur. Nous ne nous étions vraiment pas imaginées ça, surtout après les superbes chambres au lac Inle. On pourrait dire que je fais ma difficile, mais sachant le prix que nous avons payé pour ce voyage, ces chambres n’étaient vraiment pas à la hauteur pour trois nuits de repos et de farniente.

Moe Moe nous propose alors de payer un supplément pour obtenir un « Ocean View Bungalow », ce que nous acceptons. Olga, Margaret et Angelo sont fâchés aussi mais ont réagi un peu moins vite que nous et devront attendre une nuit pour obtenir un changement de chambre. Ce bungalow est bien plus confortable, même s’il est un peu vieillot. J’en parlerai dans un billet séparé.

C’est la happy hour et je bois quelques bières, en attendant un repas de scampis grillés avec vue sur mer. Enfin quelques jours de repos !

302-BTNgwesaung