Inde – Rajasthan: post-scriptum

Quand j’ai décidé d’aller en Inde, c’était en partie par manque d’inspiration, mais aussi parce que je voulais partir avec Wild Frontiers et que je souhaitais découvrir une autre facette de ce pays après mon voyage dans le sud en 1999. Je savais déjà que je voulais faire ce périple dans de bonnes conditions et je n’ai pas été déçue. Le choix des hôtels était très bon, voire tout simplement extraordinaire et j’ai adoré loger dans les divers palais et demeures anciennes.

Ce confort était bien nécessaire pour contrebalancer le bruit, la saleté et les foules indiennes. Dans les rues, on n’est jamais seul et tous les sens sont mis à l’épreuve. Le pire moment a sans doute été l’arrivée au Taj Mahal dans ce bus bondé et le monde qui grouillait de partout. Mais en même temps, j’ai été récompensée par la beauté du lieu – ce n’est pas pour rien que c’est une des merveilles du monde.

Les rues des villes mais aussi les campagnes sont sales, il y a les bouses de vache mais aussi des tas de détritus – même si ceci n’est pas un problème limité à l’Inde. La circulation peut être assez congestionnée et la pollution est omniprésente. Nous avons heureusement pu éviter le pire à Delhi – ce smog qui recouvre d’un voile gris toute la ville. Ces problèmes écologiques ont été abordés pendant nos conversations et nous avons appris qu’il y avait des choses qui se mettaient un place, comme la plantation d’arbres et arbustes dans le désert du Thar par exemple, mais le travail à réaliser est encore énorme.

La nourriture était en général bonne, voire excellente par moments, mais après trois semaines, cela manquait un peu de variété. Et surtout, même si les endroits où nous avons mangé étaient choisis avec soin, le manque d’hygiène a eu une influence sur ma digestion. Une fois de plus, ceci n’est pas spécifiquement lié à l’Inde: après plusieurs semaines dans un pays tropical, j’ai en général quelques soucis.

J’ai été choquée par la condition de la femme et la position toujours dominante de l’homme dans la société rajasthanie traditionnelle qui vit encore beaucoup dans le passé. J’espère que cela évoluera dans le futur mais je me doute bien qu’il faudra encore beaucoup de temps.

Mais tout n’est pas négatif, loin de là ! J’ai été émerveillée par la richesse de l’architecture, je ne m’attendais vraiment pas à toutes ces couleurs, à la finesse des sculptures, à l’opulence, même les plus petits villages se démarquent par des bâtiments très colorés, donnant un cachet certain à l’ensemble. Et puis il y a ces portes que je n’ai pas pu m’empêcher de photographier partout !

J’ai fait un très beau voyage dans une superbe région – sans doute que je n’y retournerai pas vu que le circuit était très complet – mais il me reste d’autres parties de l’Inde à visiter. Pas tout de suite – il faut toujours un peu de temps pour se remettre de ce pays !

Quant à Wild Frontiers, j’en suis très satisfaite même si je vais peut-être attendre d’être un tout petit peu plus âgée pour repartir avec cette agence. Mes compagnons de voyage étaient charmants mais les sujets de conversation étaient parfois un peu éloignés de mes intérêts et opinions. Tout dépendra de mes destinations futures.

Si ce récit vous a plu, laissez-moi un commentaire – cela me fait plaisir d’avoir votre retour. Parlez-moi par exemple de vos voyages: avez-vous été en Inde ? Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous des projets pour les prochains mois ? Racontez-moi !

Inde – Rajasthan: Udaipur – Mumbai – Munich – Bruxelles

Je me réveille vers 4 heures du matin quand mes compagnons de voyage partent – l’hôtel est bon mais les murs mal isolés. Je rejoins Connie vers 8h30 et nous déjeunons ensemble, puis nous nous faisons nos adieux.

J’ai encore du temps, beaucoup de temps. Comme l’hôtel est loin du centre, je décide de rester là et je retourne me coucher un moment, puis je prépare ma valise. Je vais ensuite manger une soupe au restaurant, puis, ayant dû libérer ma chambre, je m’installe dans les agréables canapés du lobby. J’y passe quelques heures entre lecture et conversations avec un des employés.

841-India-Udaipur

Mon taxi arrive et je m’installe. Après quelques kilomètres, il s’arrête et embarque un ami. Et là je commence à angoisser: tous les guides mettent en garde contre ce genre de choses. De plus, le chauffeur prend de petits chemins au lieu de l’avenue principale. Je ne sais vraiment pas quoi faire, et puis, il débouche sur la grande route qui mène à l’aéroport. Je commence à me calmer… mon chauffeur avait sans doute juste besoin de conversation et connait les raccourcis sans circulation. A l’aéroport, je me fais alpaguer par un porteur et je n’arrive pas à l’éviter. Evidemment il demande de l’argent alors que je n’ai plus grand chose et que je voulais garder quelques sous pour pouvoir boire et manger plus tard dans la soirée. De plus il omet de faire passer mes bagages par le premier contrôle de rayons x.

Je suis évidemment bien trop tôt et donc je m’installe avec mon livre. Quand le check-in commence, je remarque derrière moi deux hommes qui ont tout l’air d’être musiciens – un bagage type synthétiseur avec des autocollants de Trojan Records me semble un indice assez clair.

Et puis, mon vol est retardé de 50 minutes et on ne peut pas passer les contrôles. Il faut rester dans le hall de l’aéroport. Je parle d’abord avec une Russe originaire de Sibérie, puis je suis rejointe par deux dames qui étaient dans l’autre groupe Wild Frontiers. L’attente est longue, et l’avion a plus de retard que prévu. Au final, je me retrouve assise à côté des deux musiciens (qui confirment donc bien qu’ils sont musiciens – Gaudi et Danny Ladwa qui sont actifs dans le milieu dub – et le premier a sorti plusieurs disques) et nous plaisantons pendant l’heure du vol, ce qui fait passer le temps…

A l’aéroport de Mumbai, je m’achète un livre sur l’histoire de l’alcool en Inde puis je m’isole dans un endroit calme en attendant mon vol. L’avion n’est pas plein, et il y a une place libre entre moi et mon voisin. J’essaie de dormir mais le siège est vraiment peu confortable. Une fois à Munich, je m’achète une bouteille de gin et une bouteille de rhum puis me trouve un endroit où m’allonger un moment, avant d’enfin prendre l’avion pour Bruxelles où j’arrive le lendemain de mon départ, vers midi.

Inde – Rajasthan: Udaipur

Ce matin, je décide de déjeuner léger parce que je ne suis pas encore très sûre de ma digestion. Mais ça a l’air d’aller mieux qu’hier.

Nous prenons le minibus pour rejoindre le centre d’Udaipur et commencer la visite du City Palace, l’immense palais du maharadjah local qui surplombe le lac Pichola. C’est en fait un complexe de plusieurs palais accolés et construits à des dates différentes, dans une fusion de styles rajput et moghol. Quand le guide nous propose de faire la visite résumée, nous acquiesçons – nous avons clairement eu notre dose de palais lors des semaines précédentes. Cela n’empêche pas d’admirer la richesse de l’architecture et des décorations multiples, allant d’une pièce à l’autre, suivant un vrai dédale de couloirs et d’escaliers pour y accéder. Il y a même une galerie avec des sculptures anciennes, des instruments de musique et divers objets usuels. La cour centrale est en pleine préparation pour un mariage.

789-India-Udaipur

790-India-Udaipur

800-India-Udaipur

802-India-Udaipur

804-India-Udaipur

816-India-Udaipur

811-India-Udaipur

813-India-Udaipur

Juste à la sortie du palais se trouve le temple Jagdish, dédié à Vishnou. Des fidèles interprètent en choeur des chants dévotionnels, accompagnés d’un tambour. Juste après cette visite, nous  nous arrêtons chez un bijoutier mais tout est bien trop classique pour moi.

821-India-Udaipur

822-India-Udaipur

824-India-Udaipur

Nous reprenons le minibus pour une dernière visite, celle des jardins de Sahelion-ki-Bari, envahis par les touristes locaux mais non moins intéressants. Ils sont séparés en divers parties, chacune avec une ambiance particulière, mais tous rafraîchis par des fontaines. Celui qui est circulaire et entouré de plantes tropicales me plaît tout particulièrement.

826-India-Udaipur

831-India-Udaipur

830-India-Udaipur

832-India-Udaipur

835-India-Udaipur

Jilian retourne à l’hôtel avec le minibus et je prends un tuk-tuk avec les autres membres du groupe. C’est un peu serré pour quatre personnes à l’arrière tandis que Tej  s’est installé à côté du chauffeur, l’enlaçant presque, mais les trajets ne sont jamais bien longs. Nous retournons au même restaurant qu’hier soir et cette fois-ci, j’en profite pleinement. Je me régale des grillades et de la vue sur le lac. Poulet tikka et mouton sont complétés par un curry de pommes de terre et oignons de printemps et des épinards à l’ail, ainsi que les habituels naans.

837-India-Udaipur

836-India-Udaipur

Nous reprenons un tuk-tuk pour visiter un immense magasin d’artisanat local mais malgré le choix, rien ne me tente, puis nous rentrons à l’hôtel. Nous avons une discussion un peu pénible sur les pourboires – personne ne tombe d’accord sur un montant commun par personne et nous décidons finalement de chacun donner une enveloppe – ce que je trouve particulièrement déplaisant, mais c’est comme ça.

839-India-Udaipur

Nous prenons un dernier gin tonic ensemble puis prenons le repas au restaurant de l’hôtel. Jane est fort distraite, tentant désespérément de choisir sa place dans l’avion et ce n’est pas le moment le plus joyeux du voyage. Tout le monde est déjà ailleurs en fait. Vient ensuite l’heure de faire les adieux à Jilian, Jane, Bob et Tej qui partent très tôt demain matin et c’est toujours un peu triste.

Plus de photos sur flickr.

Inde – Rajasthan: Bijaipur – Udaipur

Mes soucis intestinaux ne sont pas résolus ce matin et je prends un Imodium de plus avant de prendre la route pour la dernière étape du voyage, Udaipur, à trois heures de Bijaipur. L’hôtel Sarovar est inaccessible par le minibus, étant situé à l’intérieur de la vieille ville, et donc nous faisons la dernière partie à pied tandis que nos bagages sont chargés dans un tuk tuk. Il ne s’agit pas de l’hôtel qui était prévu dans le programme et l’entrée n’est pas accueillante du tout. Les chambres sont quant à elles très basiques et pas très propres, et les portes ferment mal. Et je ne me vois pas attendre là toute une journée le surlendemain avant de prendre mon vol du soir.

Nous tirons la tête et râlons auprès de Tej (qui s’y attendait apparemment). Il appelle son chef, mais en attente d’une solution, il nous emmène pour la suite du programme quelques rues plus loin. Nous allons en effet assister à un cours de cuisine. Dipika et Pradeep nous accueillent très gentiment et nous préparons ensemble différents plats: du chaï d’abord, puis des pakoras, du dhal, un curry de pommes de terre et d’okra, des chapatis et du riz agrémenté d’épices et de petits pois. Nous mangeons ensemble cet excellent repas mais je n’ai toujours aucun appétit.

768-India-Udaipur

769-India-Udaipur

765-India-Udaipur

766-India-Udaipur

Tej a reçu une réponse positive de son chef et nous nous mettons en route vers notre nouvel hôtel, le Fateh Niwas, qui du coup, n’est pas dans la vieille ville, ni même proche du centre. Mais la différence est flagrante: les chambres sont grandes et bien décorées, les salles de bains sont modernes et propres, et le bâtiment en tant que tel intègre des éléments inspirés de l’architecture ancienne de la région.

840-India-Udaipur

770-India-Udaipur

Après une courte pause, nous repartons pour le centre d’Udaipur. Nous prenons le bateau pour une croisière au coucher de soleil sur le lac Pichola, haut lieu du tourisme et du romantisme à l’indienne. Nous profitons d’une superbe vue sur le palais du maharadja puis, nous débarquons sur l’île de Jag Mandir qui est un endroit des milles et une nuits, et qui est d’ailleurs très fréquemment utilisé comme décor pour des fêtes de mariage. Je me sens de moins en moins bien mais j’arrive quand même à profiter un peu de l’endroit. Par contre, quand mes compagnons proposent de boire un verre, je refuse. Je tente de me concentrer pour évacuer les nausées tandis que ma tension baisse – et puis elle remonte heureusement après un moment et je commence à me sentir un peu mieux, juste à temps pour reprendre le bateau vers la terre ferme.

774-India-Udaipur

775-India-Udaipur

782-India-Udaipur

779-India-Udaipur

783-India-Udaipur

Nous débarquons à nouveau tout près du palais, que nous longeons pour ressortir dans le centre de la vieille ville. Apparemment, il y a eu un sacré malentendu entre Tej et le chauffeur, ainsi que des embouteillages qui bloquent toute la vieille ville, et notre guide nous emmène au pas de course au travers des rues, le téléphone en main. C’est assez épique, et pas très agréable, surtout que Tej ne nous explique rien au moment même. Finalement nous retrouvons le minibus, mais au lieu de faire demi-tour, il s’engage sans sourciller dans le pire des bouchons. A certains endroits, les voitures peuvent à peine se croiser et cela se joue au centimètre près.

785-India-Udaipur

Nous arrivons en fin de compte à notre restaurant pour ce soir, le Khamma Ghani, un des meilleurs de la ville. Les spécialités, ce sont les grillades cuites au four tandoor, et même si je ne me sens pas encore en pleine forme, mon appétit revient peu à peu.

De retour à l’hôtel, je teste le remède proposé par Jilian, du bicarbonate de soude, avant de passer une excellente nuit.

Inde – Rajasthan: Bijaipur

Le matin, je me réveille à cause de petits soucis intestinaux. Après plus de deux semaines de nourriture exotique, mon système digestif renâcle, malgré les probiotiques que je prends depuis le départ. J’espère que de l’Imodium et une double dose de probiotiques vont m’aider.

Vers 10 heures, nous partons pour une promenade dans le village de Bijaipur. A nouveau, c’est une immersion dans la vie locale. Les maisons sont peintes dans des couleurs lumineuses, des vaches et des chèvres se promènent partout. Une femme nous invite à visiter sa maison, en toute simplicité. Nous nous arrêtons aussi dans deux écoles, ce qui m’intéresse moins – et qui me met un peu mal à l’aise – mais cela ne dure pas très longtemps.

732-India-Bijaipur

749-India-Bijaipur

745-India-Bijaipur

746-India-Bijaipur

739-India-Bijaipur

Il fait déjà fort chaud et je ne suis pas mécontente de me reposer une vingtaine de minutes avant de repartir. Plusieurs jeeps sont à notre disposition et Tej demande de prendre la plus grande. Nous quittons le château de Mr Singh pour rejoindre sa ferme située à une bonne demi-heure de là. Le chemin est agréable, traversant la campagne. On peut voir les villages et les champs, les gens qui y travaillent et les animaux. A un endroit précis, le chauffeur sort de la route et emprunte un chemin à peine visible sur une espèce de grand plateau rocheux. En contrebas se trouve la ferme, sur les rives d’un lac.

752-India-Bijaipur

Nous installons d’abord sous un grand arbre pour boire un lime soda puis nous allons manger. Le repas est préparé avec les légumes cultivés sur place, de manière biologique, et propose également du poisson du lac. Pour la digestion, nous retournons sous le manguier. Tej rassemble plusieurs lits traditionnels et nous nous assoupissons au calme, avec au loin le clapotis de l’eau. A vrai dire, celui qui dort le plus profondément, en ronflant légèrement, est notre guide !

754-India-Bijaipur

756-India-Bijaipur

Nous visitons ensuite les jardins potagers où poussent divers légumes – des aubergines, du taro, du gingembre… – et l’enclos des vaches.

757-India-Bijaipur

760-India-Bijaipur

L’après-midi touche presque à sa fin et nous repartons, non sans nous arrêter quelques fois en chemin, d’abord dans un village Bhil très primitif puis près des tombes d’une autre ethnie – peut-être les Meena, je n’ai pas noté leur nom – connue comme un peuple de criminels et voleurs. Leurs cérémonies de crémations sont quelque peu différentes des Hindous mais je n’ai pas trop écouté les explications…

761-India-Bijaipur

Le soleil se couche sur le chemin du retour au château et même si la journée n’était pas très active, je me sens épuisée. Pour les Rajasthanais, il fait fort frais ce soir et donc le repas est proposé à l’intérieur, mais je n’ai pas faim et je vais dormir tôt.

Plus de photos sur flickr, surtout du village.

Inde – Rajasthan: Bijaipur

Aujourd’hui, c’est repos dans notre heritage hotel, le palais de Bijaipur. Je prends mon petit-déjeuner à l’aise, des toasts, des pakoras et des beignets de banane, avec du thé et de l’infusion au gingembre.

Je demande ensuite à Tej de montrer sur la carte quelles routes nous avons prises depuis le début du voyage puis je m’installe près de la piscine avec mon livre, non sans avoir exploré un peu le palais.

763-India-Bijaipur

764-India-Bijaipur

720-India-Bijaipur

Pour le lunch, je mange un délicieux paneer émietté dans des légumes, un curry avec des beignets et un curry de petits pois et carottes. Pour la digestion, je retourne près de la piscine mais les insectes piqueurs arrivent vite et je suis évidemment attaquée. Je n’ai pas trop envie de me tartiner d’anti-moustiques et je retourne dans ma jolie chambre où je continue à lire, puis je m’endors, puis je lis à nouveau.

723-India-Bijaipur

719-India-Bijaipur

729-India-Bijaipur

726-India-Bijaipur

Je retrouve mes compagnons de voyage à l’apéritif et au repas du soir, composé de poulet grillé au barbecue et de différents currys. Ce n’était pas une journée très active, même légèrement ennuyeuse quoique j’apprécie toujours d’avoir le temps de lire.

Inde – Rajasthan: Jojowar – Chittorgarh – Bijaipur

A nouveau, la route est longue pour atteindre l’étape suivante. Nous traversons d’abord les collines toutes proches, tout en étant observés par les singes. A un moment donné, la route est bloquée: un camion n’arrive plus à gravir la pente. Après quelques manœuvres de divers véhicules, il réussit à prendre son élan et repart. Le paysage change, la campagne devient plus verte, les palmiers réapparaissent. Nous croisons bergers et troupeaux qui envahissent la voie publique.

675-India-ontheroad

677-India-ontheroad

680-India-ontheroad

Nous arrivons à Chittorgarh pour l’heure de midi et, après un détour causé par l’impossibilité de passer sous un pont avec le minibus, nous nous arrêtons pour le repas de midi. Il s’agit d’un buffet dans un restaurant généralement visité par des Indiens et la nourriture est tout de suite plus épicée et piquante, ce qui la rend aussi plus intéressante. Nous mangeons dans le jardin et une immense tortue vient nous dire bonjour.

La particularité de Chittorgarh est son immense fort installé sur un pic rocheux – c’est le plus grand d’Inde. Il est aujourd’hui abandonné mais il est très intéressant à visiter. Il faut d’abord passer sept portes placées sur une route sinueuse qui monte le long des flancs de la colline. Nous ne visitons qu’une partie et commençons par le Kumbha Palace, un palais en ruines d’où la vue sur le ville en contrebas est magnifique.

687-India-Chittorgarh

690-India-Chittorgarh

686-India-Chittorgarh

689-India-Chittorgarh

La Victory Tower se dresse un peu plus loin. Elle est ornée de très nombreuses sculptures en style hindou. A côté se trouvent plusieurs temples à l’architecture typique. Tandis que nous les visitons, nous sommes observés par plusieurs dizaines de singes très placides.

703-India-Chittorgarh

692-India-Chittorgarh

704-India-Chittorgarh

701-India-Chittorgarh

708-India-Chittorgarh

709-India-Chittorgarh

Le dernier arrêt se fait au Padmini’s Place, un palais dans un style tout à fait différent, organisé autour d’un jardin. Il n’a rien d’extraordinaire mais les couleurs sont belles en cette fin de journée.

710-India-Chittorgarh

711-India-Chittorgarh

Plus de photos sur flickr.

Il reste encore une étape: cette nuit nous dormons au palais de Bijaipur, à une cinquantaine de kilomètres de là. Nous prenons d’abord l’autoroute, puis des chemins locaux. L’autre groupe de Wild Frontiers nous poursuit toujours, pour finalement nous dépasser. Nous arrivons au crépuscule et à nouveau, je tire au sort ma chambre. Et j’ai à nouveau beaucoup de chance: elle est dans l’aile la plus ancienne et bien que fort taribiscotée, elle est très agréable. J’ai un grand hall d’entrée, puis une pièce plus petite qui fait office de chambre, entièrement occupée par le grand lit. Il y a plusieurs petites niches, dont une contient une fresque originale, ainsi qu’un genre de logia où il doit être bon de s’installer pour lire un livre – sauf que ça manque de coussins. Et plus généralement, ça manque un peu de tentures aussi mais je m’en accommode.

714-India-Bijaipur

716-India-Bijaipur

Nous prenons l’apéritif dans le grand patio, puis un repas à la lueur des chandelles près de la piscine. Et puis, c’est l’heure d’aller dormir, après une belle journée.