Madère: Funchal

Jeudi 21 février 2019

Le temps est couvert ce matin et je dois un peu me forcer à sortir pour visiter la ville. Mais autant garder les derniers jours libres pour ne rien faire ! Je prends le bus et descends dans le centre ville, près de la cathédrale. D’aspect fort simple de l’extérieur, l’intérieur propose une décoration assez exubérante, pleine de dorures et de statues.

097-Madeira

098-Madeira

Je vais ensuite visiter le marché couvert – situé dans un joli bâtiment art déco – mais il touche à sa fin, en tous cas dans la partie du poisson. Il y a de nombreuses échoppes de légumes et fruits, certains vendeurs s’imposent quelque peu mais je les évite sans trop de problèmes. Il y a également des bulbes et semences, et de l’alcool. Et beaucoup de touristes tout juste débarqués des monstres de croisière qui font escale pendant quelques heures dans la ville.

108-Madeira

111-Madeira

109-Madeira

Plus loin se trouve le fort Saint-Jacques ou Fortaleza de Santiago, extrêmement instragrammable avec sa couleur d’un jaune ocre profond. J’en profite pour faire des selfies mais aussi tout simplement des photos du bâtiment. Il y a beaucoup de vent, mes cheveux s’envolent en tous sens. Je m’arrête un moment sur la plate-forme supérieure, regardant l’horizon vers le sud, me disant que la première terre que je rencontrerais si je partais tout droit par là serait l’Antarctique. Je pense à tous ces voyageurs, ces découvreurs du monde, qui sont partis à l’aventure sans savoir s’il y avait une terre au bout de leur périple.

100-Madeira

101-Madeira

105-Madeira

Par les ruelles envahies de restaurants pour touristes, je rejoins à nouveau le centre, m’arrêtant sur une petite place (Praça de Colombo) où se trouve un très agréable salon de thé, le Loja de Chá. Je décide d’y prendre mon repas de midi, un gâteau au chocolat accompagné d’une théière de thé des Açores (qui n’a rien de très spécial).

106-Madeira

J’ai noté quelques lieux que je souhaite visiter et je repars donc, visitant au passage la palais municipal, puis une librairie dans une rue qui monte fort (un classique à Madère), pour finalement arriver au Jardim de Santa Luzia qui est fort petit et qui ne m’intéresse au final pas plus que ça.

112 - Madeira

114 - Madeira

Je me dirige ensuite vers le Museu Quinta das Cruzes, arrivant donc par l’est. Bien m’en a pris: j’évite quasi toutes les rues escarpées ! Je visite d’abord le jardin – le musée n’est pas encore ouvert. Il est très agréable, et de loin, on voit la mer (et les horribles bateaux de croisière dont un quitte le quai à ce moment, à grand renfort de sirènes). Le musée rassemble de nombreux meubles, peintures et objets anciens qui donnent une idée de la vie sur l’île dans le passé.

116 - Madeira

117 - Madeira

120 - Madeira

Je redescends ensuite vers le centre par une ruelle très escarpée et me retrouve dans le Jardim Municipal. Juste à côté se trouve un négociant en vins de madère mais il n’y a apparemment pas de visite guidée de la cave à ce moment-là.

124 - Madeira

126 - Madeira

Funchal est une jolie petite ville à l’architecture portugaise, aux ruelles escarpées et avec une magnifique promenade en front de mer. Il est agréable de s’y promener mais il n’y a pas énormément à visiter. J’aurais même pu voir Monte et Funchal en un jour si mon temps avait été plus limité mais j’aime aussi pouvoir déambuler dans une ville sans but précis et sans limite de temps, me laissant mener par des découvertes fortuites.

Inde – Rajasthan: Jojowar – Chittorgarh – Bijaipur

A nouveau, la route est longue pour atteindre l’étape suivante. Nous traversons d’abord les collines toutes proches, tout en étant observés par les singes. A un moment donné, la route est bloquée: un camion n’arrive plus à gravir la pente. Après quelques manœuvres de divers véhicules, il réussit à prendre son élan et repart. Le paysage change, la campagne devient plus verte, les palmiers réapparaissent. Nous croisons bergers et troupeaux qui envahissent la voie publique.

675-India-ontheroad

677-India-ontheroad

680-India-ontheroad

Nous arrivons à Chittorgarh pour l’heure de midi et, après un détour causé par l’impossibilité de passer sous un pont avec le minibus, nous nous arrêtons pour le repas de midi. Il s’agit d’un buffet dans un restaurant généralement visité par des Indiens et la nourriture est tout de suite plus épicée et piquante, ce qui la rend aussi plus intéressante. Nous mangeons dans le jardin et une immense tortue vient nous dire bonjour.

La particularité de Chittorgarh est son immense fort installé sur un pic rocheux – c’est le plus grand d’Inde. Il est aujourd’hui abandonné mais il est très intéressant à visiter. Il faut d’abord passer sept portes placées sur une route sinueuse qui monte le long des flancs de la colline. Nous ne visitons qu’une partie et commençons par le Kumbha Palace, un palais en ruines d’où la vue sur le ville en contrebas est magnifique.

687-India-Chittorgarh

690-India-Chittorgarh

686-India-Chittorgarh

689-India-Chittorgarh

La Victory Tower se dresse un peu plus loin. Elle est ornée de très nombreuses sculptures en style hindou. A côté se trouvent plusieurs temples à l’architecture typique. Tandis que nous les visitons, nous sommes observés par plusieurs dizaines de singes très placides.

703-India-Chittorgarh

692-India-Chittorgarh

704-India-Chittorgarh

701-India-Chittorgarh

708-India-Chittorgarh

709-India-Chittorgarh

Le dernier arrêt se fait au Padmini’s Place, un palais dans un style tout à fait différent, organisé autour d’un jardin. Il n’a rien d’extraordinaire mais les couleurs sont belles en cette fin de journée.

710-India-Chittorgarh

711-India-Chittorgarh

Plus de photos sur flickr.

Il reste encore une étape: cette nuit nous dormons au palais de Bijaipur, à une cinquantaine de kilomètres de là. Nous prenons d’abord l’autoroute, puis des chemins locaux. L’autre groupe de Wild Frontiers nous poursuit toujours, pour finalement nous dépasser. Nous arrivons au crépuscule et à nouveau, je tire au sort ma chambre. Et j’ai à nouveau beaucoup de chance: elle est dans l’aile la plus ancienne et bien que fort taribiscotée, elle est très agréable. J’ai un grand hall d’entrée, puis une pièce plus petite qui fait office de chambre, entièrement occupée par le grand lit. Il y a plusieurs petites niches, dont une contient une fresque originale, ainsi qu’un genre de logia où il doit être bon de s’installer pour lire un livre – sauf que ça manque de coussins. Et plus généralement, ça manque un peu de tentures aussi mais je m’en accommode.

714-India-Bijaipur

716-India-Bijaipur

Nous prenons l’apéritif dans le grand patio, puis un repas à la lueur des chandelles près de la piscine. Et puis, c’est l’heure d’aller dormir, après une belle journée.

Inde – Rajasthan: Jodhpur – Bhenswara

L’hôtel est apparemment très proche d’une voie ferrée et de la gare de Jodhpur parce que je me réveille avec le bruit des trains. Conformément au standing de l’hôtel, le petit-déjeuner est très varié et délicieux. Je ne sais que choisir et me régale de plein de choses différentes.

Je me prépare bien à temps et arrive à l’entrée de l’hôtel avant l’heure du rendez-vous et pour mon plus grand bonheur, le magasin est ouvert. J’achète, après avoir marchandé un peu pour la forme, le magnifique collier vu le soir avant. En style traditionnel, il est serti pierres semi-précieuses jaune pâle – le vendeur me dit que ce sont des topazes mais cela pourrait aussi être de la citrine. Peu m’importe, je suis très heureuse de mon achat. Depuis que je suis rentrée, je l’ai déjà porté plusieurs fois et il provoque toujours l’admiration.

Ce matin, nous visitons le Mehrangarh Fort de Jodhpur. Nous arrivons un peu avant l’ouverture et il faut attendre un moment, mais au moins, il n’y a pas trop de monde. Cette fois-ci, Tej nous propose des audio-guides et cela nous change du guide humain. Le palais est impressionnant, perché sur un rocher. Une fois à l’intérieur de l’enceinte, sur laquelle s’ouvrent des portes immense, il émerveille par sa splendeur et la finesse des sculptures et décorations (j’ai l’impression que je commence à me répéter !).

602-India-Jodhpur

604-India-Jodhpur

607-India-Jodhpur

613-India-Jodhpur

618-India-Jodhpur

622-India-Jodhpur

617-India-Jodhpur

Quand nous ressortons du palais, nous croisons un groupe de figurants pour le film qui est tourné sur place. Ils se laissent sans problème prendre au jeu de la photo.

626-India-Jodhpur

J’avais lu dans mon guide qu’il existait un beau jardin juste à côté et je demande à le visiter. Tandis qu’une partie du groupe prend un rafraîchissement au joli café qui le surplombe, Jane et moi partons à la découverte du site. Il est en style arabe, entouré d’un mur et divisé en grands parterres rectangulaires, eux-mêmes divisés en carrés. Chacun de ceux-ci est planté de variétés différentes: fleurs et plantes aromatiques essentiellement. C’est le genre d’endroits qui me plaît et du coup, j’aimerais en connaître plus sur l’histoire de ce type de jardins et de leur histoire.

628-India-Jodhpur

627-India-Jodhpur

633-India-Jodhpur

Pour le repas du midi, c’est street food: Tej a acheté des samosas et des lassis auprès de vendeurs très populaires et reconnus pour leur qualité. Nous les mangeons dans le minibus, ce qui n’est pas des plus agréables mais c’est une manière de ne pas perdre de temps. La route vers Ahore et Bhenswara est longue et nous y arrivons en fin d’après-midi, après avoir dépassé de nombreux chameaux et des troupeaux de moutons guidés par des bergers.

Nous logeons au Ravla, la demeure du chef local, qui a été transformée en hôtel. L’endroit est un vrai dédale, avec plusieurs bâtiments qui s’embriquent, construits autour de cours intérieures. Ma chambre est immense mais je ne m’y sens pas tout à fait à l’aise: le lit est en face de la porte alors qu’il a assez d’espace pour le mettre plus loin. C’est joliment décoré mais cela manque un peu de confort comme un frigo, une bouilloire, de l’air conditionné ne datant pas de Mathusalem… et même le lit est fort dur. Quant au wifi, il est quasi inexistant, même dans les parties communes de l’hôtel.

637-India-Bhenswara

643-India-Bhenswara

634-India-Bhenswara

638-India-Bhenswara

Nous sommes accueillis par le neveu du propriétaire, très rapidement rebaptisé « eye candy ». Il est vrai que c’est un bel homme, mais il semble aussi très arrogant et peu intéressé par son métier.

Je lis un peu près de la piscine, puis c’est l’heure de l’apéro, une bière, avec un peu de musique locale mais elle n’est pas aussi bonne que dans le camp du désert. Le repas, quant à lui, est sans goût. Je retourne à ma chambre et tente de lire malgré les coupures d’électricité récurrentes. A partir de maintenant, le programme est moins chargé et je pourrai me reposer un peu.

Plus de photos de Jodhpur (les deux jours) sur flickr.

Inde – Rajasthan: Jaisalmer

Ma nuit est mauvaise: je me réveille à cause d’odeurs de fumée très fortes et je crains un incendie. Je n’aurai pas d’explication le lendemain mais je suppose que ce sont juste des détritus qui ont été brûlés.

Nous partons vers 8 heurs pour éviter les grandes chaleurs – la météo prévoit 34° aujourd’hui. Le premier arrêt est à Ghadisar Lake, un lac entouré de beaux havelis et d’un temple. Les habitants de la ville y viennent pour nourrir les poissons-chats qui envahissent le lac parce qu’ils ne sont jamais pêchés ni mangés. La lumière matinale se reflète sur l’eau et accentue les ocres des bâtiments.

525-India-Jaisalmer

526-India-Jaisalmer

528-India-Jaisalmer

Nous  nous dirigeons ensuite vers la citadelle vieille de 850 ans et son dédale de ruelles. Construite sur une butte, la ville est entourée de hauts remparts et a pendant longtemps été un centre commercial de la route de la soie. Les hauts murs ont été fortement endommagés lors du tremblement de terre de 2001 mais ont été restaurés. Depuis, l’ensemble subit les préjudices des trop nombreux habitants qui exploitent restaurants et guesthouses. Ceux-ci utilisent en effet de grandes quantités d’eau qui s’écoulent en déstabilisant la base du fort. Diverses campagnes gouvernementales sont lancées pour décourager les commerçants et c’est aussi la raison pour laquelle nous ne logeons pas au cœur de la ville.

531-India-Jaisalmer

532-India-Jaisalmer

Nous commençons par visiter deux temples jains, celui d’Adinath et celui de Chandra Prabhu. Le premier abrite de très jolies sculptures, le second est finement décoré et peint. Nous continuons la promenade dans les ruelles tout en admirant les havelis et autres bâtiments anciens. L’atmosphère est agréable, sans trop d’agitation, grâce à l’interdiction de la plupart des véhicules.

539-India-Jaisalmer

543-India-Jaisalmer

549-India-Jaisalmer

548-India-Jaisalmer

551-India-Jaisalmer

535-India-Jaisalmer

La ville basse possède également de nombreux trésors, de superbes havelis notamment, aux sculptures si fines qu’elles ressemblent à de la dentelle. Nous nous arrêtons d’abord au Patwon-ki Haveli, suivi d’un autre situé dans la même rue.

562-India-Jaisalmer

566-India-Jaisalmer

567-India-Jaisalmer

Plus loin encore se trouve le Nathmal-ki Haveli qui se visite en partie. Sa façade est intéressante: a priori, elle a l’air symétrique mais si on observe bien, certains détails sont différents. Il appartenait en fait à deux frères qui, bien que voisins, désiraient chacun une résidence originale. Un membre de la famille nous mène à l’intérieur dans une pièce joliment décorée qui fait aujourd’hui office de magasin.

572-India-Jaisalmer

576-India-Jaisalmer

573-India-Jaisalmer

577-India-Jaisalmer

C’est l’heure de la visite sponsorisée. Cette fois-ci nous nous arrêtons chez un joaillier qui vend de jolis bijoux ethniques mais ils sont fort chers. Je suis un peu frustrée: malgré mon intérêt pour certaines pièces, je suis invisible pour les vendeurs qui préfèrent s’occuper des mes compagnes de voyage prêtes à dépenser plus d’argent que moi. Je choisis cependant un joli pendentif en forme de libellule – je regretterai plus tard de l’avoir payé aussi cher.

Nous prenons un tuk-tuk pour rejoindre un restaurant qui offre une belle vue sur la citadelle. Le menu est cette fois-ci constitué de poulet et de paneer tikka, de curry de pommes de terre et de paneer en sauce. Après ce repas, nous retournons à l’hôtel pour une après-midi de repos près de la piscine. J’essaie désespérément de joindre mon papa dont c’est l’anniversaire aujourd’hui. Mais son téléphone est mal raccroché et je devrai abandonner, ce qui me met d’humeur un peu triste.

578-India-Jaisalmer

Plus personne n’a envie de sortir le soir et nous mangeons au restaurant de l’hôtel, un menu similaire à celui du midi, suivi d’une assiette de fruits bien trop copieuse en dessert.

Plus de photos sur flickr.

Inde – Rajasthan: Manwar Desert Camp – Jaisalmer

Je me réveille en entendant les chants religieux hindous de Tej dans la tente voisine après une excellente nuit. Le soleil n’est pas encore très haut dans le ciel et la lumière est belle ce matin, pendant que je prends mon petit déjeuner. Mais c’est bientôt l’heure de retourner à la civilisation.

499-India-TharDesert

Le trajet est à nouveau fort long, environ 4 heures, et la route vers Jaisalmer est en partie en construction. Nous croisons des convois militaires et voyons les nombreux terrains d’exercices, avec notamment des lance-roquettes. C’est clair: le Pakistan est très proche. Et je n’ai jamais vu autant de matériel de l’armée.

En arrivant dans la ville de Jaisalmer, nous avons une belle vue sur le fort. L’hôtel Gorbandh Palace est situé un peu en dehors de la cité ancienne et ressemble à un palais de maharadja mais est en fait une construction moderne déjà un peu défraîchie. Ma chambre est cependant très propre mais pas spéciale du tout. Nous prenons le repas de midi puis, Tej nous propose de nous reposer près de la piscine en attendant que les températures baissent. Une base militaire est toute proche et de nombreux jets nous survolent à basse altitude pour atterrir sur des pistes qui se cachent très vite en sous-sol – paraît-il.

502-India-Jaisalmer

Nous repartons vers 16h45 pour une promenade dans la ville, d’abord dans le bazar. Mais le but premier est d’arriver à un point de vue en hauteur pour profiter du coucher de soleil. Le fort est superbe sous les lumières jaunissantes et rougissantes du soir. L’ambiance est cependant troublée par un enfant mendiant qui chante à tue-tête une version très fausse de « Frères Jacques » et nous fuyons.

512-India-Jaisalmer

510-India-Jaisalmer

513-India-Jaisalmer

515-India-Jaisalmer

517-India-Jaisalmer

518-India-Jaisalmer

519-India-Jaisalmer

521-India-Jaisalmer

Nous retraversons une partie de la ville à pied pour aller manger dans un restaurant dont la terrasse offre une très belle vue sur le palais du maharadja. Parmi les plats, je me délecte tout particulièrement du curry à l’œuf et du curry d’aubergines. Une promenade digestive de 30 minutes nous ramène à l’hôtel. Cela fait un bien fou mais dans le noir, c’est un peu périlleux  d’éviter les crasses et bouses de vache. Une fois dans ma chambre, je suis rattrapée par la fatigue et m’endors sans tarder.

523-India-Jaisalmer

Inde – Rajasthan: Gajner – Nagaur

Ce matin, il faut quitter ce lieu idyllique qu’est Gajner… Nous reprenons la route, en traversant Bikaner où nous sommes témoins d’une collision entre un tuk-tuk et d’une moto. C’est assez confrontant de voir le motocycliste faire des convulsions et l’attroupement qui se forme de suite autour de lui. Heureusement l’ambulance arrive déjà.

Le trajet prend 4 heures mais nous faisons un arrêt à Deshnoke où se trouve un temple assez particulier. En effet, l’édifice consacré à Karni Mata, une sage hindoue qui est une incarnation de Durga, est un sanctuaire pour les rats. Plus de 25.000 rongeurs y vivent et y sont vénérés. Je dois bien avouer que je ne suis pas très enthousiaste à l’idée de visiter cet endroit mais la curiosité l’emporte. Comme dans tous les temples, il faut se déchausser et le sol n’est pas propre. Ma visite est vite écourtée, dégoûtée par les déjections qui s’accrochent à ma plante des pieds. De plus, les rats courent partout et l’odeur est nauséabonde, ce qui n’a pas l’air de déranger les dévots. Des lingettes humides viennent à la rescousse et permettent de nettoyer mes pieds pour la suite du voyage. C’était en tous cas une expérience assez spéciale !

432-India-Deshnoke

427-India-Deshnoke

429-India-Deshnoke

431-India-Deshnoke

(Quelques photos supplémentaires sur flickr).

Nous continuons la route vers Nagaur. En arrivant dans la petite ville, le chauffeur peine quelque peu à trouver la bonne route mais finalement nous pénétrons dans le fort d’Ahhichatragarh. L’hôtel Ranwas est en fait au coeur de la citadelle ! Nous ne nous attendions pas à ça et ouvrons grand les yeux. C’est un établissement de grand luxe (noté à 9,7 sur booking) mais ancien, appartenant à la catégorie des « heritage hotels ». Comme la ville de Nagaur est en dehors des sentiers battus, c’est encore plus ou moins abordable (autour des 200€ quand même) sauf au moment du grand festival de musiques du monde organisé chaque année par le maharadja de Jodhpur dont dépend la ville.

434-India-Nagaur

447-India-Nagaur

448-India-Nagaur

Nous sommes les seuls touristes à y loger cette nuit-là, ce qui augmente évidemment le sentiment de vivre une expérience exceptionnelle. Le personnel est d’ailleurs aux petits soins pour nous pendant toute la journée et la soirée.

Les chambres sont dispersées dans différents havelis, comportant un rez-de-chaussée et un étage, avec chaque fois une cour intérieure couverte meublée de fauteuils et joliment décorée. A chaque étape, nous (les trois femmes voyageant seules donc) tirons  au sort les clés pour les chambres et j’ai de la chance: j’obtiens la plus grande, avec un lit immense, un salon, une minuscule cour privée et une grande salle de bains.

441-India-Nagaur

440-India-Nagaur

436-India-Nagaur

437-India-Nagaur

Même Eddy trouve son bonheur en feuilletant les livres déposés dans la chambre.

444-India-Nagaur

Nous prenons ensemble sur la terrasse le repas de midi: divers plats locaux – notamment à base de haricots du désert -, des currys évidemment, mais aussi un assortiment de desserts que je laisse volontiers à mes compagnons de voyage. L’après-midi est libre et je m’installe à la piscine avec mon livre, observant le ballet des pigeons qui viennent s’abreuver. Après un moment, je décide d’aller nager mais l’eau est très fraîche: je mets donc un temps fou à y entrer !

445-India-Nagaur

Vers 16h, c’est afternoon tea et les serveurs nous amènent un assortiment de sandwiches, pakoras et de gâteaux, tous plus délicieux les uns que les autres. Et c’est inclus dans le prix.

446-India-Nagaur

Le soleil commence tout doucement à baisser et c’est le moment de commencer la visite du jour, celle du fort. Un serveur et guide nous emmène dans le dédale des couloirs et nous explique comment tout a été patiemment rénové. La cour principale est immense et les bâtiments prennent des couleurs dorées superbes en cette fin de journée. C’est aussi un plaisir immense de visiter l’endroit sans autre compagnie que les membres du groupe et cela donne le sentiment d’être maharadja pour un moment.

449-India-Nagaur

450-India-Nagaur

457-India-Nagaur

452-India-Nagaur

459-India-Nagaur

Nous montons à l’étage d’un des palais, sur un toit plat qui donne une vue panoramique sur la région. Des serveurs nous suivent avec des bières fraîches que nous prenons en apéritif pendant que le soleil se couche. Ils nous ramènent ensuite au restaurant à la lueur des lampes torches (et des smartphones).

464-India-Nagaur

463-India-Nagaur

469-India-Nagaur

Le dîner, bien trop copieux, est constitué de laal mas, dhal, haricots du désert, poulet tikka, soupe de carottes-coriandre, légumes divers, betteraves et un dessert (halva et gâteau au chocolat). Après m’être empiffrée, je décide que je mangerai moins les prochains jours !

La journée était mémorable et je m’endors avec le sentiment d’avoir vécu une expérience exceptionnelle, réservée à peu de monde.

466-India-Nagaur

Plus de photos sur flickr.

Inde – Rajasthan: Gajner – Bikaner – Gajner

Avant d’aller manger mon petit-déjeuner, je profite de la lumière douce du matin pour faire quelques photos du lodge de chasse qui nous a hébergé cette nuit. La vue sur le lac est vraiment superbe et donne envie de s’y attarder. Mais de nouvelles visites nous attendent.

344-India-Gajner

339-India-Gajner

340-India-Gajner

341-India-Gajner

342-India-Gajner

Nous prenons le minibus pour rejoindre Bikaner, la ville principale de la région. Le premier arrêt se fait au Junargarh Fort érigé au 16e siècle mais souvent transformé au cours des siècles. De multiples cours sont entourées de bâtiments aux pierres finement découpées et décorées. Des filets les recouvrent pour empêcher les pigeons d’entrer et de faire des dégâts. Les murs intérieurs sont embellis par des fresques ou peintures, ou par un décor de pierres et miroirs. Et le grand hall que nous visitons à la fin abrite même un avion offert par les Britanniques. Depuis plusieurs jours déjà, je suis émerveillée par la richesse et la magnificence de cette architecture et ce palais n’est pas en reste.

348-India-Bikaner

351-India-Bikaner

355-India-Bikaner

361-India-Bikaner

365-India-Bikaner

371-India-Bikaner

Sur notre route se trouve ensuite le temple jain Bhandeshwar. L’architecture est tout de suite fort différente et ressemble aux temples hindous que j’ai vus en Inde du Sud. L’intérieur est très travaillé, avec des fresques, sculptures et des milliers de petits miroirs reflétant la lumière. La visite est rythmée par le chant des fidèles.

377-India-Bikaner

375-India-Bikaner

378-India-Bikaner

De là, nous partons à pied dans les rues de Bikaner, d’abord dans le bazar qui embaume les épices mais le guide local ne nous laisse pas vraiment de temps pour nous y attarder. Ensuite vient le quartier des havelis, tous plus superbes les uns que les autres, mais parfois difficiles à photographier dans ces ruelles étroites envahies d’obstacles au sol et de fils électriques en l’air.

383-India-Bikaner

388-India-Bikaner

398-India-Bikaner

399-India-Bikaner

401-India-Bikaner

Le guide propose de prendre un tuk tuk pour rejoindre le minibus mais nous refusons, préférant marcher encore un peu. C’était sans compte son rythme effréné: il marche en effet à grand vitesse sur une avenue envahie par la circulation et les échoppes, le tout en plein soleil. Jilian garde le rythme à côté de lui, et moi je tente de les suivre avec Connie à mes côtés, fixant le chapeau de Jilian avec concentration pour ne pas la perdre. Ce n’était vraiment pas agréable comme marche, ressemblant plus à une marche forcée qu’une flânerie dans une ville. De plus, j’avais cru que la journée serait juste consacrée à quelques visites et j’avais mis mes tongs au lieu de mes sandales de marche. Tej quant à lui s’occupait de l’arrière-garde et j’aurais préféré rester avec lui plutôt que de faire la course.

402-India-Bikaner

404-India-Bikaner

Qu’est-ce qui motivait ce guide local ? Sans doute l’appel de sa commission dans le magasin de pashminas, châles en laine de chameau et autres textiles. Heureusement, il y fait frais, mais à nouveau cela dure des heures. Je suis bien tentée par un couvre-lit / immense châle au motif soi-disant créé pour Hermès (des échassiers) mais je résiste à la tentation. A un moment, après avoir terminé de trier mes photos et patienté plus que nécessaire, je pousse un peu mes compagnes de voyage vers la sortie en leur disant que nous n’aurons plus de temps pour faire le safari du soir si nous traînons encore longtemps. Et j’ai faim.

Pour le repas du midi, nous sommes invités chez des particuliers qui nous ont préparé un succulent repas composé de paneer à la cardamome, de dhal, de curry de pommes de terres et de poulet et d’un dessert – une crème aux bananes et kiwis tout simplement délicieuses. Nos hôtes sont charmants et c’est agréable de discuter un peu avec eux. Je n’ai juste pas osé mitrailler mon repas…

406-India-Bikaner

Plus de photos de Bikaner sur flickr.

Nous rentrons à Gajner où une jeep nous attend pour le safari du soir. Le terrain est fort différent de Ranthambore, moins arboré et plus herbeux. Cette savane est habitée par diverses gazelles et antilopes, des chacals mais aussi quelques variétés d’oiseaux. Nous sommes les seuls à rouler là ce soir et c’est bien agréable. Nous rejoignons le lac que j’ai photographié ce matin mais nous sommes de l’autre côté. En rentrant, le soleil se couche.

407-India-Gajner

411-India-Gajner

413-India-Gajner

419-India-Gajner

415-India-Gajner

409-India-Gajner

Avant de manger, des musiciens du Rajasthan donnent un concert dans la cour principale et c’est agréable d’écouter cette musique encore très traditionnelle tout en prenant l’apéritif. Le repas quant à lui est à nouveau peu intéressant mais Tej a une surprise: il a acheté du gin, du tonic et des citrons et nous profitons de gins tonics dans une des chambres tout en discutant de tout et de rien. Une belle manière de terminer cette journée.

420-India-Gajner

423-India-Gajner

424-India-Gajner

422-India-Gajner

Plus de photos de Gajner sur flickr.

Inde – Rajasthan: Jaipur – Khandela

Cette nuit, j’ai mis des boules quiès et tout de suite, la nuit a été meilleure. Je m’inquiétais de ne pas entendre le réveil, mais je me suis réveillée à temps. Et Jane frappe à ma porte le matin pour s’assurer que je suis bien levée. Je déjeune à nouveau de manière assez minimaliste: toasts à la confiture, yaourt et fruits.

Nous partons ce matin visiter le Fort d’Amber, situé à une dizaine de kilomètres de Jaipur. Situé au sommet d’une colline, il n’est pas accessible par le minibus. Nous pourrions prendre un éléphant mais ceux-ci sont exploités et le voyage se veut le plus éthique possible. Il faut prendre une jeep qui se retrouve bien vite coincée dans une file qui ne bouge plus. Le guide local nous propose alors de visiter un réservoir d’eau qui se trouve en chemin mais on ne peut pas dire que les voitures aient beaucoup avancé entre temps. Je propose d’y aller à pied – je n’aime vraiment pas suer dans un espace confiné – mais le guide trouve que c’est une mauvaise idée: il fait trop chaud. Heureusement, cela avance un peu et en fin de compte, nous arrivons au sommet. C’est là que nous comprenons la raison des embouteillages: une partie du fort sert de décor à un film de Bollywood.

175-India-Amber

176-India-Amber

L’endroit, construit à la fin du 16e siècle en grès et en marbre, est somptueux et me touche bien plus que le City Palace de Jaipur. Je sens que je commence à aimer le Rajasthan et à comprendre pourquoi cette région est un classique du tourisme. J’admire l’architecture, les arches finement découpées, les inserts dans les plafonds et le superbe jardin moghol qui me rappelle une exposition vue à Paris. Le palais se compose de salles d’audiences publiques et privées et de la résidence du maharadja et de sa famille ainsi que du zenana, les appartements des femmes et concubines qui y vivaient à l’abri des regards des hommes.

182-India-Amber

189-India-Amber

185-India-Amber
(la vie est dure sur un tournage)

198-India-Amber

190-India-Amber

195-India-Amber

207-India-Amber

203-India-Amber

206-India-Amber

(Plus de photos sur flickr).

Une fois la visite terminée, nous avons perdu Jane qui s’est égarée dans le dédale des appartements mais elle retrouve finalement son chemin après un bon moment d’attente.

Sur la route de retour vers Jaipur, nous nous arrêtons pour photographier le Jal Mahal, un palais entouré d’eau, puis nous allons manger divers plats de curry commandés avec soin par Tej.

210-India-Jaipur

C’est l’heure du magasin pour touristes ! Cette fois-ci, ce sont les bijoux qui sont à l’honneur mais ils sont peu attrayants et trop clinquants à  mon goût et je m’ennuie jusqu’au moment où je me dis que je peux trier les photos sur mon appareil. Ce que je fais. Sauf que le choix n’est toujours pas fait. Je me mets à jouer…

L’après-midi se passe sur la route; il faut en effet 2h30 pour rejoindre Khandela, petite ville située au nord-est du Rajasthan, dans le Shekawati, hors des circuits touristiques. Comme d’habitude, je m’endors ou je somnole pendant une grande partie du trajet malgré les routes pleines de trous.

L’arrivée est un peu compliquée: les rues du village sont très étroites, deux voitures ne peuvent s’y croiser et les marchandises des échoppes gênent le passage. A un moment donné, le propriétaire de l’une d’entre elles doit grimper sur le minibus pour décrocher les vêtements qui sont dans le chemin. Quelques fous rires s’ensuivent.

Au bout de la route se trouve Castle Khandela, la demeure du chef local. Une partie a été transformée en hôpital, le dignitaire étant médecin, une autre est devenue un « heritage hotel » tout en abritant encore les appartements de la famille. L’endroit est très beau, les chambres sont agencées autour d’une cour centrale et l’ensemble possède un charme certain. Ma chambre au troisième étage est très grande et décorée avec goût.

214-India-Khandela

264-India-Khandela

212-India-Khandela

Nous nous retrouvons à la nuit tombée sur un des toits pour un délicieux repas… de currys, accompagnés de bières Kingfisher. J’aurais bien bu un gin tonic en apéritif mais il n’y a pas de tonic à l’hôtel. Pour le première fois depuis le début du voyage, je frissonne avec la brise du soir.

213-India-Khandela

Inde – Rajasthan: New Delhi – Agra

Après une très bonne nuit, je me régale d’un excellent petit déjeuner au Claridges. Nous partons aujourd’hui pour Agra, reliée à New Delhi par une autoroute à trois bandes très vide et clôturée pour que les animaux ne puissent pas y déambuler. Cela n’empêche pas des humains de la traverser à pied et des véhicules de la prendre à contresens. L’idée des bandes est d’ailleurs très occidentale: tout le monde roule où il le veut et j’imagine qu’en cas d’embouteillages, il y a plutôt quatre bandes. Et ce n’est qu’un premier aperçu fort civilisé des routes indiennes.

Avant d’arriver à Agra, nous nous arrêtons pour manger dans un restaurant préparant des spécialités d’Inde du Sud. Je choisis un thali, puis me reprends de suite, le mini-thali me suffira. Quoique, mini ? Il est bien trop copieux pour moi, composé de riz, puri (les pains tout gonflés), différents currys et yaourt. Ce n’est que le début de mes découvertes culinaires mais je ne suis pas trop emballée par mon choix.

021-India-Agra

Nous arrivons au Fort d’Agra, surnommé Fort Rouge. Il a été construit au 16e siècle par Akbar, l’empereur moghol qui décida de faire d’Agra sa capitale. Je me sens écrasée par la taille des murs d’enceinte en pierre rouge flamboyante sous le soleil de ce début d’après-midi (les températures sont écrasantes aussi – aux alentours des 37° – et je recherche l’ombre). A l’intérieur, plusieurs cours se succèdent, certaines sont bordées de bâtiments en marbre blanc aux fines découpes. Les arcs sont très ornementés et les plafonds décorés finement d’inserts en pierres semi-précieuses colorées et miroirs. Il y a foule – le tourisme local se développe de plus en plus et la classe moyenne grandissante en profite pour visiter le pays.

022-India-Agra

026-India-Agra

027-India-Agra

031-India-Agra

033-India-Agra

035-India-Agra

C’est ensuite le moment de découvrir l’hôtel pour la nuit qui vient, le Trident, un établissement moderne et luxueux, dont les chambres entourent un grand jardin avec piscine. Les chambres standard à la décoration très passe-partout et beige ne sont pas immenses mais possèdent tout le confort nécessaire à une bonne nuit et dans la salle de bain, tout est bien étudié et tout fonctionne correctement.

J’ai juste le temps de me rafraîchir et nous voilà repartis pour la visite d’une des merveilles du monde, le Taj Mahal. Nous ne sommes pas seuls, il y a même foule – plus de 40.000 personnes en ce dimanche qui suit la grande fête de Diwali ! Les véhicules à essence ne peuvent pas approcher du bâtiment pour des questions de pollution et il faut emprunter un bus au gaz. Or ces bus n’arrivent pas à avaler la foule et dès qu’il en arrive un vide, il est pris d’assaut par les Indiens qui ne connaissent pas le concept de file. Presque littéralement poussés par le guide local, nous nous engouffrons avec les locaux dans un véhicule et perdons par la même occasion Tej qui a juste le temps de passer nos tickets au guide local. Je suis compressée au fond du bus, à moitié affalée contre Jane qui a pu s’asseoir. Il fait étouffant et je transpire de partout, dégoulinant à grosses gouttes. Je prie pour que ce calvaire s’arrête vite, et une fois parti, le trajet n’est pas bien long (je me demande pourquoi on a pris un bus).

A l’entrée du complexe, il y a à nouveau une immense file mais les touristes étrangers peuvent la couper. Pas que ce soit très agréable, nous sommes malgré tout poussés de toutes parts avant de passer le contrôle de sécurité. Comme conseillé, je n’avais pris que le strict minimum (appareil photo, argent et bouteille d’eau) mais il faut passer dans un portique détecteur de métaux qui sonne pour tout le monde puis à une fouille corporelle plutôt anecdotique.

Nous avons perdu le guide local maintenant mais il réapparaît dix minutes plus tard. Quand il entend que je viens de Belgique, il me parle en français et me raconte qu’il a pu faire visiter le Taj Mahal à Sarkozy et au roi Albert et à la reine Paola.

C’est la fin de l’après-midi et la lumière prend de superbes teintes rosées, orangées, violettes… Il faut d’abord passer une grande porte – avec la foule – qui est un premier endroit où prendre des photos. Le guide local connaît tous les spots intéressants et nous les signale, faisant même parfois les clichés à notre place. Il faut se battre un peu avec les gens pour y accéder mais il n’y a aucune agressivité. Par contre, il n’y a aucune notion d’espace personnel – une constante en Inde – mais c’est particulièrement présent ici. Perches à selfies et brouhaha ambiant sont ce qui marquent le plus la visite. Lorsque j’en parle à Tej plus tard, il me dit qu’il trouve aussi que tout ce monde dénature un peu la visite de ce lieu sacré. Il n’y a aucune limitation du nombre de visiteurs et les prix très bas pour les Indiens invitent les gens à y retourner souvent.

035-India-Agra

038-India-Agra

Après quelques photos essentielles, le guide nous emmène sur le côté pour parler du monument. Il s’agit d’un mausolée en marbre blanc construit au 17e siècle par l’empereur moghol Shâh Jahân pour abriter la tombe de son épouse bien-aimée. Joyau de l’architecture moghole, il combine des éléments des traditions persanes, ottomanes, indiennes et islamiques. Le jeu des perspectives et la symétrie sont extrêmement bien étudiés et il se dégage une certaine sérénité (malgré la foule) dans l’organisation du jardin et du mausolée.

040-India-Agra

Pour visiter l’intérieur du bâtiment, il faut soit aller pieds nus soit enfiler des chaussons au-dessus des chaussures. A nouveau il y a foule et file – elle entoure tout le mausolée – mais à nouveau, les touristes peuvent la court-circuiter. Un garde au sifflet retentissant régimente les visiteurs et ce qui devrait être un lieu de recueillement devient un vrai cirque. Il est interdit de faire des photos mais tout le monde ne s’y tient pas – il est tellement tentant de faire un selfie – et donc le garde sermonne en sifflant encore plus fort. Autant à l’extérieur j’ai réussi à profiter un peu de l’endroit malgré la foule, autant à l’intérieur c’est juste impossible. J’essaie de ne pas penser à un attentat ou un mouvement de foule – tout le monde serait juste piétiné.

046-India-Agra

Nous ressortons par l’autre côté qui présente une belle vue sur la rivière Yamuna. Le soleil s’est couché et la lumière a changé, permettant quelques nouvelles photos aux tons différents.

050-India-Agra

049-India-Agra

051-India-Agra

053-India-Agra

Je crains devoir reprendre un de ces bus bondés mais non, nous allons tout simplement à pied et c’est une marche d’à peine vingt minutes en n’allant pas très vite ! Nous retrouvons Tej qui malgré plusieurs coup de fil du guide local ne nous a pas repérés à l’intérieur.

Je suis pressée de rentrer à l’hôtel, je sens que j’ai développé une importante irritation entres les jambes: mes cuisses n’ont pas apprécié les frottements mélangés à la transpiration (j’ai pensé prendre du Bariéderm avec moi mais le tube était trop volumineux). Mais non ! Le guide local nous emmène d’abord à un atelier où on nous montre comment les pierres semi-précieuses sont insérées dans du marbre, ce qui a priori est intéressant. Ce qui l’est moins, c’est le magasin où je découvre que mes compagnons de voyage sont des shopaholics invétérés et surtout lents à la décision. Oh well…

Nous rentrons enfin à l’hôtel pour l’heure du repas qui est sous forme d’un immense buffet. Je goûte à différents plats indiens, notamment un délicieux curry de poisson au lait de coco. Je ne l’avais pas encore précisé, mais avec ce voyage de Wild Frontiers, tous les repas sont inclus et il ne faut pas sortir un sou pendant tout le voyage (ou presque). C’est bien pratique lorsqu’il n’y a pas de buffet parce que les plats sont partagés et il a moyen de goûter de tout. L’eau à tous les repas et lors des excursions est également comprise et donc il ne reste que les autres boissons à payer.

054-India-Agra

De retour dans ma chambre, je tente de soigner mon irritation (certaines de mes pores ont saigné) avec les moyens à ma disposition. Je tente la crème à la cortisone mais cela ne fait aucun effet (le lendemain, je penserai à la crème pour bébés que j’ai amenée, contenant de l’oxyde de zinc, que je combinerai avec de l’après-soleil pour le côté gras – ce sera la bonne solution en fin de compte). Il est finalement 22h quand je vais me coucher, après avoir pris mes notes pour la journée, et en insérant un essuie entre mes jambes pour ne pas aggraver mes maux.

J’ai pris énormément de photos pendant ce voyage et malgré mon tri, je ne vais pas tout publier sur le blog, mais elles sont visibles sur flickr.