Malay Peninsula: Suka Suka Lake Resort – Kuala Kangsar – Penang (Malaisie)

Kuala Kangsar

Après avoir quitté l’île et le Suka Suka Lake Resort, nous retournons à Kuala Kangsar pour visiter la petite ville qui dort sur les rives d’un cours d’eau. D’abord la mosquée Masjid Ubudiah à l’architecture mauresque et au dôme doré, puis le palais du sultan Istana Kenanga, un palais en bois, peint en jaune, qui abrite un musée racontant l’histoire de l’état de Perak où nous nous trouvons actuellement et des sultans locaux.

Kuala Kangsar

Un bus nous conduit à Butterworth où nous prenons le ferry pour Georgetown sur l’île de Penang. Nous visitons la ville en trishaw (le cyclo local): vieux bâtiments coloniaux, village chinois sur pilotis au bord de la mer, Little India avec un petit temple, le Sri Mariamman Temple où de nombreuses personnes priaient. Penang a un charme désuet certain, les petites rues et les maisons à un étage nous ramènent dans les temps passés des colonies et comme souvent en Malaisie, les ambiances peuvent changer au détour d’un rue, en passant du quartier chinois au quartier indien par exemple. Un très bel endroit qui me plaît beaucoup !

Penang

Entretemps, une piqûre de moustique d’un des jours précédents a décidé de provoquer une allergie. Le haut de mon bras est gonflé, dur et brûlant. Je sais que ça se soignera avec la crème à la cortisone que j’ai prise avec moi, mais je suis tout de même un peu anxieuse. Et je fais peur aux autres membres du groupe ! Par contre, ne surtout pas toucher comme l’a fait Sara, ça fait mal !

Le soir, Lucy, notre guide, nous accompagne au meilleur restaurant indien de Georgetown, avec un four tandoori extérieur. Mon poulet tandoori sera le meilleur que j’ai mangé de tous les temps, avec des naans tout frais et un lassi à la mangue. La soirée se termine cependant dans l’ennui et une certaine frustration: pourquoi ai-je accompagné tout le monde pour boire des pichets de bière dans un pub irlandais trop bruyant ? Ah oui, je ne voulait pas passer ma soirée toute seule… ce sont les aléas de voyager en groupe avec des gens qu’on ne connait pas et qui n’ont pas les mêmes goûts. Plusieurs de mes co-voyageurs étaient partis depuis un certain temps et avaient une grande nostalgie de leur pays d’origine, bref de la nourriture occidentale et des pubs anglo-saxons. Sauf que même en Belgique, je ne mets pas les pieds dans les pubs !

Malay Peninsula: Kuala Lumpur – Kuala Kangsar – Suka Suka Lake Resort (Malaisie)

Kuala Lumpur

Ce matin, je prends un taxi avec Hal l’Américain et Torsten le Suédois pour rejoindre la Telecom Tower, la 4e plus haute du monde. Nous montons à son sommet pour admirer le panorama d’une ville fort éclatée aux nombreux jardins et aux tours clairsemées. Il n’y a pas l’air d’avoir un plan d’urbanisme bien défini mais bien un réseau routier très développé avec de nombreuses avenues à six bandes pour seulement trois millions d’habitants. Nous avons aussi une belle vue sur les Petronas Tower qui pendant longtemps ont été les plus hautes au monde.

Kuala Lumpur

Kuala Lumpur

Plus tard, nous prenons un bus à la gare routière qui est remplie d’échoppes où on prépare des nourritures variées. Les odeurs se mélangent et la chaleur est étouffante. Elle l’est toujours à notre destination, Kuala Kangsar, une petite ville de province dans la province de Perak où nous montons d’abord dans un minibus puis dans un bateau pour arriver au Suka Suka Lake Resort sur le lac Chenderoh, un lac artificiel créé suite à la construction d’un barrage.

Suka Suka Lake

Le lieu est idyllique et très calme: on entend juste le bourdonnement des insectes, les cigales et les singes qui s’amusent dans les arbres. Sur l’île, nous logeons dans de petits bungalows bois. Toute l’île appartient à Aziz et Asiah, un couple de malais musulmans qui ont créé ce « resort » pour accueillir les touristes en leur montrant leurs traditions. Le soir, ils nous accueillent pour un repas maison composé de poulet et poisson grillé, de nasi goreng, de salade de chou et de concombre et des ananas. Rien de très spécial mais un regard sur la vie courante. Ils nous apprennent ensuite un jeu typique malais, avec des billes qu’il faut déplacer selon une certaine logique.

La nuit est très chaude mais heureusement, le temps se rafraîchit le matin.