Vietnam: Saïgon – Bruxelles

174-Vietnam-Saigon

Dernier jour de notre voyage aujourd’hui. Nous faisons encore une courte promenade dans les environs de l’hôtel, près de la grande poste et de la cathédrale d’époque coloniale, puis dans la rue Catinat qui est la rue commerçante chic et qui comporte donc plein de magasins internationaux. Comme repas, un dernier pho chez Pho 2000, chaîne de fast-food comme on rêverait d’en avoir ici.

175-Vietnam-Saigon

Puis direction l’aéroport pour notre long voyage de retour. L’aéroport de Saïgon n’a rien d’intéressant, à celui de Kuala Lumpur, je me rends compte que Laurent Outang qui me tentait tellement est un bête sac à dos et non une peluche… Maurice et Eddy passent du temps dans la jungle qui se trouve au cœur du terminal et nous dégustons un dernier plat asiatique et des cocktails avant de prendre l’avion pour Amsterdam. Là, pas grand chose à faire, à part une très belle promo de gin Beefeater (deux bouteilles pour le prix d’une) et de liqueurs Bols (celle à la fraise est particulièrement recommandable !). Arrivée à Bruxelles sans encombre, plein d’images dans la tête !

176-Vietnam-Kuala Lumpur airport

177-Vietnam-Kuala Lumpur airport

178-Vietnam-Kuala Lumpur airport

179-Vietnam-Kuala Lumpur airport

Vietnam: Saïgon

Ce matin, nous allons suivre un cours de cuisine à The Vietnam Cookery Center qui est dans un quartier assez isolé mais notre chauffeur nous y conduit. Nous y rejoignons plusieurs américains, anglais et australiens. Au menu, des nems, un peu différents de ceux du jour avant (et c’est là que nous nous rendons compte que la pratique, ça aide !), un soupe aigre douce aux palourdes et à l’aneth, du porc au caramel cuit dans un pot en argile, du riz à la vapeur au jus de coco et des bananes sautées au lait de coco. Le tout est mené de main de maître par la cuisinière en chef et nous recevons un diplôme à la fin du cours. Intéressant mais je pense que nous ne vivrons plus jamais la spontanéité du cours de cuisine sur les trottoirs de Battambang au Cambodge.

168-Vietnam-Saigon

169-Vietnam-Saigon

170-Vietnam-Saigon

Repus, nous entamons la visite du quartier chinois de Saïgon, Cholon, avec d’abord le temple de l’empereur de Jade, puis le marché couvert où nous en profitons pour faire des réserves d’épices pour pho et de poivre de Phu Qoc, similaire à celui de Kampot au Cambodge, au goût très fin, très parfumé. Nous terminons ce parcours par le temple de la déesse Thien Han.

171-Vietnam-Saigon

172-Vietnam-Saigon

173-Vietnam-Saigon

Piscine à l’hôtel puis ce sont mes retrouvailles émouvantes avec Thanh, le guide que j’avais eu lors de mon voyage en 1999 et qui a organisé notre voyage. Il nous invite à un restaurant en plein air, sur le bord du fleuve mais malheureusement pour nous, il est un peu bruyant ce soir là: il y a trois fêtes de mariage ! En même temps, c’est toute une expérience de voir comment cela se fête au Vietnam, en grande pompe, avec des dizaines, voire des centaines d’invités et une bonne dose de kitsch. Thanh nous a commandé un menu de rêve: du canard à la fleur de bananier, des escargots farcis, des nems, plusieurs plats de légumes, du poulet grillé et du riz gluant grillé. Une très belle soirée où nous avons évoqué nos souvenirs mais aussi parlé de nos vies actuelles et de notre voyage.

Vietnam: Can Tho – Vinh Long – Saigon (delta du Mékong)

158-Vietnam-Cai Rang

Le soleil n’est pas encore tout à fait levé lorsque nous partons ce matin, après un petit déjeuner dans une salle de restaurant hyper kitsch, avec dentelles sur les dossiers des chaises. Le programme du jour est une découverte plus approfondie du delta du Mékong et de la vie sur le fleuve.

159-Vietnam-Cai Rang

160-Vietnam-Cai Rang

Nous partons en bateau vers le marché flottant de Cai Rang où l’animation est à son comble: de petites barques évoluent entre des plus gros bateaux et des marchandises passent de l’un à l’autre. Un mat sur chaque embarcation présente aux alentours la denrée qui est proposée: pastèques, mangues, légumes et herbes divers, ou même le bateau ! Et pour compliquer encore le trafic, des dizaines de touristes y font également un circuit…

161-Vietnam-Cai Rang

162-Vietnam-Cai Rang

Nous nous dirigeons ensuite vers Vinh Long, rejoignant un autre bras du Mékong sur lequel est construit un pont gigantesque qui allait être inauguré quelques jours plus tard. Nous reprenons une autre embarcation pour voguer dans les arroyos et la mangrove, avec un premier arrêt dans une pépinière où nous découvrons les fruits locaux, également en dégustation. J’ai bien envie de ramener quelques arbres mais je sais qu’ils ne seront pas heureux dans nos froides contrées. Une pirogue nous amène à l’arrêt suivant. C’est quelque peu inconfortable mais le calme est impressionnant, nous nous sentons immergés dans l’ambiance aquatique et tropicale de la région, ponctuée par le bruit régulier de la pagaie.

163-Vietnam-Vinh Long

Nous accostons au niveau d’une très belle maison qui est aussi le restaurant pour notre repas du midi. Comme nous avons beaucoup parlé à Chu de nos envies d’apprendre à cuisiner, il s’est arrangé avec la patronne pour que nous puissions apprendre à faire de nems. Nous voilà donc à rouler un mélange de légumes dans des feuilles de riz, puis à les cuire en friture. Ce plat déjà bien copieux sera agrémenté d’un poisson grillés, de crevettes et de légumes. Nous n’en pouvons plus !

164-Vietnam-Vinh Long

165-Vietnam-Vinh Long

Nous repartons ensuite en bateau vers le marché flottant de Cai Be qui se termine puis nous nous arrêtons à une fabrique de bonbons à base de lait de coco, de sucre de palme ou de sésame. Puis retour sur Saïgon.

166-Vietnam-Cai Be

167-Vietnam-Cai Be

Le soir, nous sommes à nouveau tentés par un restaurant de sushis où nous nous gavons pour un tout petit prix ! Pas étonnant que diane aie pris 5 kilos à son retour !

Vietnam: Chau Doc – Can Tho (delta du Mékong)

143-Vietnam-Chau Doc

Depuis notre hôtel, nous prenons ce matin un petit bateau qui nous promènera sur le Mékong à la découverte des villages flottants Vietnamiens et ceux sur la terre ferme des Cham. Les Cham sont une minorité musulmane du Vietnam et du Cambodge, nous nous promenons d’ailleurs aux abords de la mosquée où des enfants essaient de nous vendre des gaufres en chantant une petite ritournelle, « one dollar, two dollar, three dollar »… Pour accéder à ce village, l’embarcadère est assez minimaliste, du genre deux planches de bois au dessus de l’eau, bref tout pour me mettre à l’aise !

144-Vietnam-Chau Doc

145-Vietnam-Chau Doc

146-Vietnam-Chau Doc

147-Vietnam-Chau Doc

La vie dans cette région est tournée vers le fleuve: les cultures se font sur les terrains libérés par le fleuve pendant la saison sèche mais les maisons au bord de la rive montrent bien jusqu’où peut monter le niveau de l’eau (souvent plusieurs mètres). Les Vietnamiens, eux, se sont installés sur le fleuve, dans des maisons flottantes où ils pratiquent la pisciculture. Le nombre de poissons est impressionnant, les dégâts à l’environnement non moins conséquents. Mais je dirais, chaque chose en temps et l’écologie commence à faire son apparition.

147-Vietnam-Chau Doc

149-Vietnam-Chau Doc

150-Vietnam-Chau Doc

151-Vietnam-Chau Doc

Pour le repas du midi, Chu nous propose de nous arrêter à une ferme où on élève des crocodiles. Après une visite aux abords des enclos où il fut quelque peu difficile de retenir Maurice et Eddy, nous mangeons dans le restaurant local qui a décidé récemment de devenir végétarien. Je pense que cela fut ma plus mauvaise expérience de tout le voyage ! J’aime manger végétarien si c’est bien exécuté. Je n’aime pas manger du végétarien qui veut copier à tout prix la viande: dans mon plat de nouilles sautées, il y avait du faux poulet, du faux porc, du faux bœuf et surtout deux mouches frites ! Je n’ai jamais aussi peu mangé à un repas.

152-Vietnam-Can Tho

153-Vietnam-Can Tho

154-Vietnam-Can Tho

Près de Can Tho, à Binh Thuy, nous visitons la maison chinoise dans laquelle a été filmé une partie du film L’Amant. Elle est très belle, entourée d’une grande cour avec de nombreuses plantes. Tout près de là, Chu nous déniche un marchand de semences. Le magasin est fermé mais Chu n’a pas peur de réveiller le patron, un vieux monsieur, qui sera tout content de nous vendre autant ! Voilà nos réserves de semences de basilics asiatiques faites pour les prochaines saisons.

155-Vietnam-Can Tho

Notre hôtel à Can Tho est du genre clinquant et kitsch, pour touristes vietnamiens en goguette. Les chambres sont modernes, design, mais comme toujours il y a quelques détails pas vraiment nécessaires ! Le salon de massage se révèle être fort louche et nous n’irons jamais au bar qui est situé au huitième étage de l’hôtel et dont l’accès se fait par un escalier extérieur pendu dans le vide. Même moi qui n’ai pas le vertige ne serais jamais montée là-dessus.

156-Vietnam-Can Tho

Nous nous promenons le long du fleuve, et ça me rappelle à nouveau le Cambodge et la promenade de Phnom Penh. La première chose que nous cherchons néanmoins est une pharmacie: il faut absolument que je trouve une crème pour soigner un petit bobo bien embêtant mais comme le dire en vietnamien ? Heureusement, la page wikipedia en Viet sur l’iPhone est comprise immédiatement par le pharmacien qui me donne la crème correspondante sur laquelle tout est écrit… en anglais !

157-Vietnam-Can Tho

Nous passons par le marché couvert et sommes attirés par les vendeurs de nourritures diverses mais nous nous décidons finalement pour un restaurant avec balcon au premier étage où nous avons une vue plongeante sur la rue et l’animation autour de la statue de Ho Chi Minh toute proche. Le repas (des crevettes à la mangue pour moi) est très moyen et l’apparition d’un groupe de touristes en package tour signifie un départ que nous aurions voulu précipité mais qui a été ralenti par leur attroupement indécis.

Vietnam: Saïgon – Sadec – Chau Doc (delta du Mékong)

Ce matin, nous rencontrons notre nouveau guide, Chu (prononcer Tchou), qui nous accompagnera pour les derniers jours de notre voyage dans le delta du Mékong et à Saïgon. C’est un jeune homme très sensible qui aura souvent la larme à l’œil quand il racontera certaines histoires un peu difficiles. Après que le chauffeur et Chu se soient un peu perdus dans Saïgon pour trouver et nous inscrire à l’école où nous suivrons des cours de cuisine dans quelques jours, nous prenons la route pour le delta du Mékong, le grand fleuve qui prend sa source au Tibet et qui traverse une grande partie de l’Asie du Sud-Est. Je l’ai déjà vu au Laos et au Cambodge; au Vietnam, il se jette dans la mer, non sans s’être séparé en plusieurs bras.

134-Vietnam-Sadec

Nous arrivons en fin de matinée dans la petite ville indolente de Sadec,  où Marguerite Duras a vécu, et qui n’attire d’ailleurs que quelques touristes français. L’école où elle a enseigné est fermée, sa maison a été détruite mais celle où a vécu l’amant est toujours là. C’est une belle maison de type chinoise, avec deux piliers séparant la pièce principale en trois parties. Les découpes dans le bois sont magnifiques quoique un peu chargées, comme souvent dans ce style d’architecture.

135-Vietnam-Sadec

136-Vietnam-Sadec

Pour arriver là, nous sommes passés par le marché local où nous avons été dévisagés et où les femmes s’amusaient à me donner de petites tapes sur les fesses. Quand j’en ai parlé à Chu, il m’a expliqué qu’elles trouvaient que mes fesses étaient bien rebondies et que j’étais la belle-fille idéale pour elles ! Chu nous achète plein de choses au passage: différents fruits mais aussi de la banane grillée et arrosée de lait de coco. Délicieux !

137-Vietnam-Sadec

138-Vietnam-Sadec

139-Vietnam-Sadec

Pas de restaurant ici mais notre guide nous propose de manger au marché. Deux grandes soupes formeront un repas bien copieux et authentique, même s’il était un peu inhabituel pour les vendeuses de ne pas mettre les glaçons tout de suite dans la bière mais les canettes dans un bol avec les glaçons !

140-Vietnam-Sadec

141-Vietnam-Sadec

Nous arrivons en fin d’après-midi à Chau Doc où nous logeons dans le plus bel hôtel du circuit, une vieille bâtisse coloniale au bord du Mékong. Pendant que diane profite d’un massage, je suis prise d’une nostalgie très profonde en voyant les bateaux arriver du Cambodge qui n’est qu’à quinze kilomètres de là. Je regrette vraiment maintenant de ne pas avoir prolongé notre voyage de quelques jours dans ce pays qui a fait une si grande impression sur moi quelques années auparavant. Un cocktail sur la terrasse au bord de l’eau atténuera un peu ce sentiment mais diane me comprend tout à fait…

142-Vietnam-Chau Doc

Le village n’est pas très grand et la carte du restaurant de l’hôtel est très attrayante. C’est un chef français qui y travaille et qui marie avec bonheur cuisine locale et inspirations du monde. diane reste près du Mékong avec un poisson bassa (ou poisson chat) aux épices et herbes du coin, moi je prends un plat de canard assez fusion, avec de la sauce aux poires, de l’anis étoilé, du taro découpé comme une poire et de la ratatouille au cumin.

Vietnam: Mui Ne – Saïgon

Dernière matinée à la plage dont nous profitons encore un peu avant qu’un chauffeur vienne nous chercher pour nous conduire à Saïgon et ainsi commencer la dernière partie de notre périple dans le Sud et le delta du Mékong. La route est longue, très longue… heureusement, l’air est conditionné mais le chauffeur roule bizarrement, en pompant la pédale de l’accélérateur, ce qui n’est pas très agréable. Au début, il n’y a pas trop de circulation – juste le trafic habituel des voitures, camions, bus, vélos, piétons, poules qui se mélangent plus ou moins allègrement et se dépassent à coup de klaxon. Mais après deux heures de route, ça commence à se corser, à ralentir; il est de plus en plus difficile de dépasser les véhicules lents et pourtant nous somme encore loin de Saïgon. Finalement, nous arrivons à la tombée de la nuit, environ 6 heures après notre départ.

Notre hôtel, le May, est tout neuf, joliment décoré (mais toujours avec quelques éléments kitchissimes) et a une piscine, fait assez rare à Saïgon pour un hôtel 3 étoiles. Il est idéalement situé pour nous: il est en plein quartier japonais et nous savons donc ce que nous allons manger ce soir ! Des sushis et des yakitoris ! Nous faisons donc une belle razzia dans un resto du coin, bien connu des expats, et ce pour une addition relativement modérée.

Vietnam: Dalat – Mui Ne, et séjour à Mui Ne

C’est avec beaucoup de regrets que nous quittons Dalat ce matin tôt. J’aurais vraiment aimé y rester plus longtemps, quitte à supprimer la visite du lac Lak. La route est longue et difficile, des virages serrés sur des routes en lacets, montant et descendant constamment, avec un chauffeur qui se dépêche car il sait qu’une fois arrivé à destination, il devra refaire la route en sens inverse pour retrouver d’autres touristes.

124-Vietnam-Mui Ne

Nous arrivons à la côte vers midi, nous cherchons quelque peu notre hôtel le long d’une route où les resorts sont accolés l’un à l’autre. Voici enfin le Coco Beach Resort, notre demeure pour les prochains jours. C’est un endroit de rêve, avec des pavillons privatifs en bambou, un grand jardin plein de cocotiers, une piscine et une grande plage dont nous profiterons avec plaisir. Il y a beaucoup de vent en journée et le lieu est connu comme site de kite-surfing. Le restaurant de l’hôtel sert de délicieux plats, nous nous régalons de salades diverses à midi et de plats au barbecue le soir, avec notamment un somptueux seafood basket !

125-Vietnam-Mui Ne

Les deux jours qui suivent se passent en maillot, à ne rien faire, lire, nager, rêvasser. Je bronze un peu mais pas autant que diane qui reviendra noir de notre voyage ! Et à cause de petits soucis de santé de mon côté (une tourista et un peu de fièvre), nous ne sommes même pas sortis de l’endroit pour essayer un autre restaurant ou bar. Bref, pas grand chose à raconter mais surtout quelques jours de repos bien mérité avant la suite des visites.

126-Vietnam-Mui Ne

127-Vietnam-Mui Ne

128-Vietnam-Mui Ne

129-Vietnam-Mui Ne

131-Vietnam-Mui Ne

Vietnam: Lak – Dalat

Après un petit déjeuner que j’aurais franchement mieux fait de passer (pain sans goût et œufs trop cuits), nous reprenons les routes de montagne pour rejoindre Dalat, une station climatique créée par les Français lors de l’époque coloniale pour se reposer des chaleurs de Saigon et du delta du Mékong.

102-Vietnam-Dalat

Une route très escarpée nous mène au sommet de la montagne du Phénix où se trouve le centre de méditation de Thiền Viện Trúc Lâm tout neuf. L’endroit est magnifique, très calme, avec juste le tintement d’un mobile en métal aux sonorités très minimalistes qui auraient pu plaire à certains musiciens comme Philip Glass.

En arrivant dans le centre de Dalat, la route principale est bloquée et le lac artificiel est vide et en travaux. Dommage, car la vue aurait été très belle et je me serais volontiers installée à une terrasse pour manger une glace… Qu’à cela ne tienne, le restaurant où nous emmène Youn est délicieux, et comme pour une fois, nous avons commandé nous même, nous n’avons pas trop mangé en fin de repas (crevettes grillées, nems et salade de lotus).

103-Vietnam-Dalat

Nous faisons ensuite une courte promenade dans le marché où je trouve une série de semences d’herbes aromatiques. La région est connue pour ses légumes et fruits et les étals abondent de fraises et d’artichauts !

104-Vietnam-Dalat

105-Vietnam-Dalat

Nous arrivons en début d’après-midi dans un magnifique hôtel en style colonial mais de construction récente, le Saigon Da Lat. Pour une fois, rien à redire, pas de kitscheries et une très bonne isolation des chambres voisines et du bruit extérieur.

diane traîne un peu et moi je râle… J’aurais aimé partir plus vite à la découverte de l’architecture coloniale environnante. Nous trouvons cependant assez vite un but de visite, la Crazy House qui me remet de bonne humeur tant cet ovni architectural est biscornu. Cette maison a été construite par une architecte vietnamienne qui a étudié à Moscou et qui ne voulait absolument aucune ligne droite dans sa maison qui est aussi guesthouse. Maurice, Eddy, diane et moi nous amusons comme de petits fous à monter, descendre, jouer à cache-cache et prendre plein de photos !

106-Vietnam-Dalat

107-Vietnam-Dalat

108-Vietnam-Dalat

109-Vietnam-Dalat

110-Vietnam-Dalat

111-Vietnam-Dalat

112-Vietnam-Dalat

113-Vietnam-Dalat

120-Vietnam-Dalat

Le soleil se couche déjà et nous devons écourter la ballade que j’aurais aimé faire, non sans repérer au passage quelques beaux spécimens d’architecture coloniale.

121-Vietnam-Dalat

122-Vietnam-Dalat

Pour le repas du soir, nous regardons la carte du Moulin Rouge proche de l’hôtel pour finalement prendre notre courage à deux mains et retourner dans le centre de Dalat, à un quart d’heure à pied. Nous portons notre choix sur un restaurant qui fait aussi office de galerie d’art et mangeons un repas tout à fait respectable mais pas sensationnel (du poulet sauté et du bœuf aux légumes).

123-Vietnam-Dalat

Vietnam: Nha Trang – Lak

Comme nous n’avons pas fait d’excursion dans le nord du Vietnam parmi les minorités ethniques, aujourd’hui, nous allons à leur rencontre dans les hauts plateaux du centre du pays. Mon sentiment est souvent partagé entre la découverte de manières de vivre différentes et la présentation de celles-ci sous forme de zoo humain. Au pire, je me dis que nous aurons vu de nouveaux paysages…

Nous passons la matinée sur de petites routes en lacets, puis sur les hauts-plateaux principalement consacrés à la culture du café, ce qui pose certains problèmes écologiques et humains. Ce sont les Vietnamiens des plaines qui exploitent les plantations et comme ça rapporte beaucoup d’argent, les minorités ethniques sont déplacées et spoliées de leurs terres et le débroussaillement par brûlis se fait sans aucune considération pour l’environnement, les collines défrichées étant sujettes à une érosion grandissante, provoquant glissements de terrains et inondations. Le gouvernement clame haut et fort qu’il a commencé un programme de reboisement, mais il s’agit d’eucalyptus bien plantés en rang et non d’espèces locales. diane découvre le café lors d’un arrêt, du robusta bien charpenté, rond, à l’arôme fort mais pas amer, tandis que Youn et le chauffeur grimpent aux arbres pour récolter des goyaves fraîches que nous dégustons de suite avec du sel et des piments. Pendant ce temps là, la fille adolescente de la patronne du café se sèche les cheveux et se prépare pour l’école.

095-Vietnam-Lak

Nous arrivons au Lak Resort pour le repas de midi. « Resort » est un bien grand mot même si on sent qu’à l’origine, le but était de faire un endroit plus ou moins luxueux mais l’eau de la piscine est trouble et la propreté des bungalows toute relative, avec toiles d’araignées et fourmis sortant par différents interstices de la douche à plusieurs jets qui est juste posée sur le sol sans aucun joint en silicone (ça sent d’ailleurs le pourri). L’électricité est assez typique, avec des chutes de tension régulières mais il y a une télévision et un appareil à air conditionné. La vue par contre est magnifique et donne sur le lac Lak (le nom vietnamien vient du français « lac »)…

Encore un menu tout fait, cette fois-ci composé de courgettes farcies, de soupe au poulet et légumes et de bœuf grillé, le tout accompagné de riz (comme toujours en quantité suffisante pour nourrir 4 Sunalee et 4 diane !).

096-Vietnam-Lak

L’après-midi, nous partons à la découverte de l’ethnie M’Lieng. Nous prenons une pirogue creusée dans le tronc d’un arbre – on ne peut franchement pas dire que je soie rassurée… ça n’a vraiment pas l’air stable ! De l’autre côté du lac, nous arrivons au village composé d’une série de grandes maisons sur pilotis, avec toute la basse-cour en-dessous et des champs autour.

097-Vietnam-Lak

Nous avons un guide juste pour cette excursion et il s’empresse d’aller acheter des bonbons à distribuer. diane et moi, nous nous regardons, ne soutenant absolument pas cette initiative, mais c’est trop tard, le guide commence à en distribuer, jetant le sac en plastique vide par terre… Désolant… Même si ce village n’est pas très touristique, je me sens quand même un peu comme dans un zoo… Mon attention est cependant attirée par de la musique de gongs et des chants assez lancinants. Notre guide précise qu’il s’agit d’une cérémonie funéraire à laquelle participe une grande partie du village. D’ailleurs en cours de route, nous voyons quelques hommes qui cuvent déjà l’alcool de riz qui coule à flots lors de ce genre de fête. Mon côté « ethnomusicologue » reprend le dessus, reconnaissant des musiques déjà écoutées sur disque.

098-Vietnam-Lak

Le soir, nous mangeons dans le restaurant du « resort », envahi par les insectes et éclairé aux néons. Le service est totalement incompétent et nous recevons les plats d’une autre table. Quand nous nous plaignons, le serveur emporte tout et les sert tout de suite à l’autre table… alors que j’avais déjà grignoté dedans (ce n’était pas très différent de ce que j’avais demandé). Plats de viande grillée et légumes sont vite avalés pour fuir les moustiques.

099-Vietnam-Lak

Je ne suis pas trop à l’aise par rapport à ceux-ci. Nous sommes dans une région où la malaria existe encore et nous n’avons aucune protection à part de l’anti-moustique tropical dont nous nous sommes enduits. Je me mets bien vite au lit sous le drap mais diane m’inquiète: il profite de la soirée dehors en très petite tenue, au son des geckos. Plus tard, quand il vient enfin dormir, grands bruits dans la salle de bain: une grenouille était sortie des toilettes et diane l’a libérée dans la nature. Résultat des courses: j’ai très mal dormi…

100-Vietnam-Lak

101-Vietnam-Lak

Vietnam: Qui Nhon – Nha Trang

Encore de la route aujourd’hui, mais juste en matinée. Après un petit-déjeuner copieux parmi les touristes package tour dans la fabuleuse salle de restaurant tarte à la crème de l’hôtel, nous poursuivons notre périple vers le sud, longeant la côte comme hier. La route est belle, passant par des villages de pêcheurs et n’a pas encore été trop envahie par des projets immobiliers (sans doute à cause de l’éloignement de tout aéroport).

092-Vietnam-Nha Trang

Vers midi, nous arrivons à Nha Trang où nous visitons d’abord la tour Cham de Ponagar. Celle-ci est située dans la ville et est toujours utilisée comme lieu de culte aujourd’hui. Elle surplombe la baie et le port.

093-Vietnam-Nha Trang

Youn nous conduit ensuite chez Coco Vert, un restaurant où le patron parle français et nous sert un menu composé de soupe tomate, salade au pamplemousse, porc frit aigre-doux, riz frit, légumes sautés, poisson à la citronnelle et fruits… de nouveau un repas bien trop copieux pour nous !

Cette fois-ci, il est encore tôt quand nous arrivons à l’hôtel, encore un de ces grands bâtiments soviético-kitsch à la vietnamienne. Nous enfilons notre maillot, et hop à la plage ! Une fois celle-ci à l’ombre, suite de la farniente au bord de la piscine de l’hôtel que nous avons eu un peu de mal à trouver dans le labyrinthe des couloirs et bâtiments.

094-Vietnam-Nha Trang

Le soir, je ne repère aucun restaurant à moins de 20 minutes à pied et les guides parlent d’un ville peu sûre. Après coup, je me dis qu’on aurait du passer au-delà des commentaires du guide et aussi surmonter notre paresse.

Nous voulons prendre un cocktail sur la terrasse panoramique. La serveuse nous dit que ce n’est pas possible: ils attendent un groupe. Nous insistons, vu qu’il n’y a encore personne. Elle accepte finalement et nous sert des cocktails pas franchement géniaux. Quand nous repartons, le groupe n’est toujours pas arrivé…

Direction le restaurant de l’hôtel au rez-de-chaussée où nous ne resterons que le temps d’avaler vite fait des crevettes cuites en pot de terre cuite assez décevantes. Demain est un autre jour et nous ne nous laisserons plus prendre au piège des restaurants d’hôtel (enfin de ce genre-là !).