Vietnam: Can Tho – Vinh Long – Saigon (delta du Mékong)

158-Vietnam-Cai Rang

Le soleil n’est pas encore tout à fait levé lorsque nous partons ce matin, après un petit déjeuner dans une salle de restaurant hyper kitsch, avec dentelles sur les dossiers des chaises. Le programme du jour est une découverte plus approfondie du delta du Mékong et de la vie sur le fleuve.

159-Vietnam-Cai Rang

160-Vietnam-Cai Rang

Nous partons en bateau vers le marché flottant de Cai Rang où l’animation est à son comble: de petites barques évoluent entre des plus gros bateaux et des marchandises passent de l’un à l’autre. Un mat sur chaque embarcation présente aux alentours la denrée qui est proposée: pastèques, mangues, légumes et herbes divers, ou même le bateau ! Et pour compliquer encore le trafic, des dizaines de touristes y font également un circuit…

161-Vietnam-Cai Rang

162-Vietnam-Cai Rang

Nous nous dirigeons ensuite vers Vinh Long, rejoignant un autre bras du Mékong sur lequel est construit un pont gigantesque qui allait être inauguré quelques jours plus tard. Nous reprenons une autre embarcation pour voguer dans les arroyos et la mangrove, avec un premier arrêt dans une pépinière où nous découvrons les fruits locaux, également en dégustation. J’ai bien envie de ramener quelques arbres mais je sais qu’ils ne seront pas heureux dans nos froides contrées. Une pirogue nous amène à l’arrêt suivant. C’est quelque peu inconfortable mais le calme est impressionnant, nous nous sentons immergés dans l’ambiance aquatique et tropicale de la région, ponctuée par le bruit régulier de la pagaie.

163-Vietnam-Vinh Long

Nous accostons au niveau d’une très belle maison qui est aussi le restaurant pour notre repas du midi. Comme nous avons beaucoup parlé à Chu de nos envies d’apprendre à cuisiner, il s’est arrangé avec la patronne pour que nous puissions apprendre à faire de nems. Nous voilà donc à rouler un mélange de légumes dans des feuilles de riz, puis à les cuire en friture. Ce plat déjà bien copieux sera agrémenté d’un poisson grillés, de crevettes et de légumes. Nous n’en pouvons plus !

164-Vietnam-Vinh Long

165-Vietnam-Vinh Long

Nous repartons ensuite en bateau vers le marché flottant de Cai Be qui se termine puis nous nous arrêtons à une fabrique de bonbons à base de lait de coco, de sucre de palme ou de sésame. Puis retour sur Saïgon.

166-Vietnam-Cai Be

167-Vietnam-Cai Be

Le soir, nous sommes à nouveau tentés par un restaurant de sushis où nous nous gavons pour un tout petit prix ! Pas étonnant que diane aie pris 5 kilos à son retour !

Vietnam: Saïgon – Sadec – Chau Doc (delta du Mékong)

Ce matin, nous rencontrons notre nouveau guide, Chu (prononcer Tchou), qui nous accompagnera pour les derniers jours de notre voyage dans le delta du Mékong et à Saïgon. C’est un jeune homme très sensible qui aura souvent la larme à l’œil quand il racontera certaines histoires un peu difficiles. Après que le chauffeur et Chu se soient un peu perdus dans Saïgon pour trouver et nous inscrire à l’école où nous suivrons des cours de cuisine dans quelques jours, nous prenons la route pour le delta du Mékong, le grand fleuve qui prend sa source au Tibet et qui traverse une grande partie de l’Asie du Sud-Est. Je l’ai déjà vu au Laos et au Cambodge; au Vietnam, il se jette dans la mer, non sans s’être séparé en plusieurs bras.

134-Vietnam-Sadec

Nous arrivons en fin de matinée dans la petite ville indolente de Sadec,  où Marguerite Duras a vécu, et qui n’attire d’ailleurs que quelques touristes français. L’école où elle a enseigné est fermée, sa maison a été détruite mais celle où a vécu l’amant est toujours là. C’est une belle maison de type chinoise, avec deux piliers séparant la pièce principale en trois parties. Les découpes dans le bois sont magnifiques quoique un peu chargées, comme souvent dans ce style d’architecture.

135-Vietnam-Sadec

136-Vietnam-Sadec

Pour arriver là, nous sommes passés par le marché local où nous avons été dévisagés et où les femmes s’amusaient à me donner de petites tapes sur les fesses. Quand j’en ai parlé à Chu, il m’a expliqué qu’elles trouvaient que mes fesses étaient bien rebondies et que j’étais la belle-fille idéale pour elles ! Chu nous achète plein de choses au passage: différents fruits mais aussi de la banane grillée et arrosée de lait de coco. Délicieux !

137-Vietnam-Sadec

138-Vietnam-Sadec

139-Vietnam-Sadec

Pas de restaurant ici mais notre guide nous propose de manger au marché. Deux grandes soupes formeront un repas bien copieux et authentique, même s’il était un peu inhabituel pour les vendeuses de ne pas mettre les glaçons tout de suite dans la bière mais les canettes dans un bol avec les glaçons !

140-Vietnam-Sadec

141-Vietnam-Sadec

Nous arrivons en fin d’après-midi à Chau Doc où nous logeons dans le plus bel hôtel du circuit, une vieille bâtisse coloniale au bord du Mékong. Pendant que diane profite d’un massage, je suis prise d’une nostalgie très profonde en voyant les bateaux arriver du Cambodge qui n’est qu’à quinze kilomètres de là. Je regrette vraiment maintenant de ne pas avoir prolongé notre voyage de quelques jours dans ce pays qui a fait une si grande impression sur moi quelques années auparavant. Un cocktail sur la terrasse au bord de l’eau atténuera un peu ce sentiment mais diane me comprend tout à fait…

142-Vietnam-Chau Doc

Le village n’est pas très grand et la carte du restaurant de l’hôtel est très attrayante. C’est un chef français qui y travaille et qui marie avec bonheur cuisine locale et inspirations du monde. diane reste près du Mékong avec un poisson bassa (ou poisson chat) aux épices et herbes du coin, moi je prends un plat de canard assez fusion, avec de la sauce aux poires, de l’anis étoilé, du taro découpé comme une poire et de la ratatouille au cumin.

Heart of Cambodia: Phnom Penh – Kampong Cham (Cambodge)

015-Cambodia-Skuon

Ce matin, nous prenons la route vers le nord. Premier arrêt à Skuon, bourgade célèbre pour ses araignées frites. J’ai horreur de ces bestioles, je ne regarde que de loin les grandes piles noires. diane, seul intrépide du groupe, s’empresse d’en acheter une pour goûter. Leon lui dit que seules les pattes sont comestibles. Verdict: ça goûte la noisette et la friture et il regrette de ne pas avoir acheté un paquet entier à grignoter dans le minibus. S’il l’avait fait, je me serais assise loin de lui !

016-Cambodia-Wat Nokor

017-Cambodia-Wat Nokor

Avant de rejoindre Kampong Cham, nous visitions le Wat Nokor, un petit ensemble de temples dont les origines remontent aux 11e siècle, mélangeant l’architecture angkorienne à une architecture khmère plus récente, perdu dans la campagne et entouré de grands bassins envahis de lotus, avec de jolies fresques décrivant la vie de Bouddha aux couleurs un peu kitsch.

018-Cambodia-Wat Nokor

019-Cambodia-Wat Nokor

Arrivée à Kampong Cham, auparavant la troisième ville du pays mais aujourd’hui délaissée par les touristes, elle se complaît dans un rôle de cité provinciale, calme et paresseuse, bordant une des rives du Mékong.

020-Cambodia-Kampong Cham

Le seul hôtel un peu convenable du coin est l’imposant Mekong Hotel, au couloir intérieur assez grand pour y jouer un match de volley ! Jolie vue sur le fleuve à travers une fenêtre aux barreaux en fer forgé dont profiteront Bibi et Kitty (les peluches de voyage) pour s’installer.

021-Cambodia-Kampong Cham

022-Cambodia-Kampong Cham

Juste avant de partir pour l’excursion de l’après-midi, une bride de ma sandale me lâche… Je continuerai avec les deux paires qui me restent mais c’est un peu juste, et je ne trouverai rien de convenable/confortable pendant le reste du voyage, à part des tongs à Bangkok.

023-Cambodia-Kampong Cham

Nous nous répartissons dans trois petites barques à moteur pour remonter le Mékong pendant une heure environ. Notre but est le Wat Hanchey qui se trouve au sommet d’un colline à laquelle on accède via un long escalier en pierre. Dès que nous mettons pied à terre, une bande d’enfants de tous âges nous assaille, nous demandant « where are you from », « how old are you », « are you going to school », etc. Nous faisons de notre mieux pour leur répondre mais nous nous rendons vite compte qu’ils ne connaissent que quelques questions en anglais et très peu d’autres mots. Certaines filles du groupe essaient donc de leur apprendre plus de vocabulaire pendant la visite.

024-Cambodia-Kampong Cham

025-Cambodia-Kampong Cham

Le sommet de la colline donne une très belle vue sur la région, sur le Mékong et les temples et statues disséminés donnent une impression de grand calme. Nous nous promenons entre les animaux, les vrais comme le gibbon et les faux, les statues de girafes et autres lions. Une vendeuse nous propose du jus de canne à sucre tout fraîchement pressé.

026-Cambodia-Kampong Cham

027-Cambodia-Kampong Cham

Quand nous reprenons les barques, la journée tire à sa fin et nous profitons de magnifiques couchers de soleil sur le fleuve, dont diane fera quelques photos très Apocalypse Now. Je me demande un peu comment le chauffeur retrouvera notre destination finale, le noir étant complet, mais la vue du grand pont reliant Kampong Cham à tout l’Est du pays me rassure.

028-Cambodia-Kampong Cham

029-Cambodia-Kampong Cham

Nous prenons l’apéritif au bord du fleuve près des échoppes plus ou moins improvisées, rassemblant chaises en plastique pour discuter en groupe de choses et autres, sirotant des Angkor Beer, la bière locale bien rafraîchissante. Ce sont ce genre de moments qui me plaisent beaucoup en voyage, pas grand chose, juste profiter de l’instant présent dans le calme…

030-Cambodia-Kampong Cham

La bourgade ne comptant quasi pas de restaurants, c’est au marché local que nous emmène Leon, nous donnant comme instruction de choisir des plats que l’on frit au wok devant nos yeux. diane et moi nous régalons de nouilles sautées aux légumes et à la viande. Un repas tout simple des plus authentiques qui malheureusement n’aura pas trop réussi à l’estomac fragile de l’Américaine.

Laos: Ile de Khong

76-Khong

75-Khong

Réveil vers 6h du matin pour admirer le lever du soleil sur le Mékong, le genre de situation où on ne peut s’empêcher de faire trop de photos parce que c’est chaque fois plus beau !

78-Khong

77-Khong

Nous partons en pirogue pour visiter quelques-unes des milliers d’îles et nous allons jusqu’à la frontière cambodgienne où le fleuve s’engouffre dans plusieurs canyons et provoque des chutes et cascades assourdissantes. C’est là aussi qu’on peut voir le train construit par les Français pour le transbordement des bateaux et passagers en évitant les chutes.

80-Khong
 
79-Khong

81-Khong

Le soir, d’après les photos, c’est fête aux ballons à la guesthouse mais je n’ai plus aucune idée de la raison. Sans doute fallait-il écouler le stock d’un des membres du groupe ?

82-Khong

 

Laos: Champassak – Ile de Khong

74-Khong

Le matin, nous partons pour une promenade en éléphant au coeur de la forêt. On nous installe dans un genre de grands paniers en osier sur leur dos et c’est parti ! C’est la première fois que je monte sur un animal de cette taille et le voyage est quelque peu inconfortable parce que ça balance assez fort. Nous montons au sommet de la montagne pour atteindre un plateau au paysage lunaire où se trouve un temple préhistorique, dédié à un culte animiste.

73-Khong

En fin d’après-midi, nous rejoignons l’Ile de Khong, située dans les méandres du Mékong qui a ici 14 kilomètres de large. La guesthouse est simple mais jolie, tout en bois. Nous admirons le coucher de soleil sur le fleuve tout en sirotant l’alcool de riz local agrémenté de miel et de citron vert.

Laos: Plateau des Bolovens – Pakse – Champassak

63-Boloven

Pendant la matinée, nous partons à la découverte des minorités ethniques proto-malaises Alak et Katu. Nous visitons plusieurs de leurs villages et nous les voyons vaquer à leurs occupations quotidiennes: pillage du riz, tissage, séchage du café… Une femme fume des herbes sauvages avec une grande pipe à eau.

64-Boloven

66-Boloven

65-Boloven

Nous quittons le Plateau des Bolovens pour nous rendre à Pakse, où nous traversons le Mékong via le bac.

67-Boloven

Nous nous rendons à Champassak, où nous déposons nos bagages dans le seul hôtel de la petite ville. Non loin de là se trouve le Vat Phu, un site archéologique khmer construit dès le 6e siècle par le Royaume de Chenla et terminé par les Khmers avant la construction d’Angkor. Quand nous y arrivons, c’est déjà la fin de l’après-midi et le soleil déclinant colore le monument d’une lumière très douce, le mettant en valeur. Le sanctuaire est encore en usage aujourd’hui.

68-vatphu

70-vatphu

69-vatphu

71-vatphu

72-vatphu