Japon (2019): Beppu – Kitsuki – Beppu

Mercredi 27 novembre 2019

Sur le quai de la gare, je revois les deux dames japonaises rencontrées hier à Usuki. Elles prennent le même train que moi mais descendent plus loin, à Usa. Moi, je vais à Kitsuki, qui, par le train express, n’est qu’à 13 minutes de Beppu.

Kitsuki est une petite ville située au nord de Beppu. Elle a conservé un côté féodal, avec un château et des quartiers de samouraïs situés de part et d’autre, et en hauteur, des échoppes commerciales. Il y a moyen d’y louer un kimono pour se balader dans les rues, ce que je n’ai pas fait – je crois que je me serais sentie un peu stupide à faire ça toute seule.

La gare de Kitsuki est située assez loin du centre, et je vois un bus. La communication n’est pas aisée, mais en montrant ma google map, la conductrice me confirme qu’elle va bien dans le centre. Il n’y a pas moyen de payer son trajet avec une carte IC et le prix s’affiche sur une télévision à l’avant du bus, changeant à chaque fois qu’on passe une nouvelle zone. Je commence à m’inquiéter: est-ce que j’ai assez de monnaie ? Il y a bien une machine pour changer les billets de 1000 yens mais je n’en ai plus, je n’ai plus qu’un billet de 10.000 yens. Je suis le trajet sur le mon téléphone, et je vois que nous approchons du centre. J’ai tout juste assez de monnaie ! (Je crois que j’aurais vraiment été gênée et ennuyée.)

Les environs de l’arrêt du bus sont tout simplement hideux, et la météo fort sombre, n’arrange rien. J’entre dans un magasin de produits souvenirs, cherchant l’office du tourisme… qui est en fait juste à côté. Une jeune fille m’explique dans un bon anglais ce que je dois visiter et me conseille de prendre en photo les horaires du bus pour le retour. Ils sont en effet très irréguliers, avec des intervalles allant de 3 minutes à 2 heures (et oui, c’est ça la vie de la campagne) !

415-Japan-Kitsuki

Je vais d’abord me promener sur la butte du château qui n’est pas très impressionnant. En effet, détruit par la foudre en 1608, seul le donjon a été reconstruit en 1970, abritant un musée que je ne vais pas visiter. La vue est superbe. Dans le parc aux alentours, je suis seule, à part les jardiniers qui travaillent. Je ne suis pas tout à fait à l’aise mais je me rassure en me disant que je suis au Japon, un pays où ma sécurité n’est pas en jeu.

417-Japan-Kitsuki
421-Japan-Kitsuki
424-Japan-Kitsuki

Un peu plus loin se trouve le premier quartier des samouraïs, accessible par une longue allée pavée qui monte assez fort. Elle est bordée de murs qui délimitent les grandes demeures. Je visite une première, avec de grandes pièces ouvertes sur le jardin.

427-Japan-Kitsuki
428-Japan-Kitsuki
431-Japan-Kitsuki

Dans la seconde, j’assiste à une shooting photo d’une jeune japonaise en kimono aux couleurs d’automne. Le photographe propose de nous prendre en photo ensemble, chose qui ne serait jamais arrivée dans une ville plus touristique. Je ne croise d’ailleurs quasi pas de touristes au cours de la journée. C’est le milieu de la semaine et le temps est maussade, mais même les locaux sont invisibles pendant la journée, ce qui donne une impression assez bizarre. Je me rends compte que j’ai quitté les sentiers battus et que je visite des lieux reculés, qu’on pourrait qualifier quelque part de « deep Japan ».

432-Japan-Kitsuki
436-Japan-Kitsuki
433-Japan-Kitsuki

Ma promenade me mène ensuite à la grande allée pentue si caractéristique de Kitsuki, le lieu rêvé pour des photos en kimono, et probablement très impressionnant par beau temps. Je suis déçue par la météo, c’est clair, mais l’endroit est très beau et je tombe comme hier sous le charme de cette petite ville.

437-Japan-Kitsuki
439-Japan-Kitsuki
453-Japan-Kitsuki

Je descends la pente et remonte par l’autre côté. Je ne me lasse pas de la vue et mitraille l’ensemble. Il y a aussi des maisons à visiter de ce côté et les érables ont pris leurs plus belles couleurs d’automne. Un peu plus loin se trouve un beau point de vue de la région et une demeure plus moderne (tout en restant traditionnelle), la villa Hitotsumatsu construite en 1929.

447-Japan-Kitsuki
444-Japan-Kitsuki
451-Japan-Kitsuki

Sur ma carte, je repère quelques temples situés à l’autre bout du quartier des samouraïs. Ma promenade est très agréable dans ce quartier à l’ambiance résidentielle, mais les temples eux-mêmes ne sont pas des plus intéressants.

455-Japan-Kitsuki
457-Japan-Kitsuki
456-Japan-Kitsuki

Je redescends vers la route principales où se trouvent les commerces. J’y achète du thé dans un magasin traditionnel, choisissant un peu au hasard, puis je cherche un endroit où manger – je me retrouve en effet dans l’intervalle de deux heures entre les bus. J’hésite un peu, continue à marcher, et me vois en fin de compte plus ou moins forcée de choisir le dernier établissement sur ma route.

459-Japan-Kitsuki
461-Japan-Kitsuki
460-Japan-Kitsuki

Il n’y a pas de carte à l’extérieur, et à l’intérieur, je me retrouve dans un petit restaurant fort simple, avec cuisine ouverte. La patronne ne parle pas anglais et m’apporte un menu. Le patron arrive à m’expliquer avec trois mots d’anglais qu’il y a deux lunchs fixes et que je peux choisir une boisson qui est incluse. Et comme le menu est rédigé à la main, mon smartphone et google translate pédalent dans la semoule.

463-Japan-Kitsuki

Bref, ce sera une surprise mais je me dis que ce sera sans doute de la cuisine japonaise. Grosse erreur. L’entrée est une salade accompagnée de saumon et d’une huître, le plat principal est une escalope de veau au beurre à l’ail, accompagnée d’une paupiette à la viande et aux crevettes. Je comprends mieux pourquoi les Japonais à l’autre table avaient demandé du pain plutôt que du riz en accompagnement. C’était très bon et je suis rassasiée mais je ne m’attendais vraiment pas à ça ! Et j’ai surmonté ma peur de « l’endroit inconnu au menu uniquement en japonais ».

462-Japan-Kitsuki
464-Japan-Kitsuki
465-Japan-Kitsuki

Ma visite de Kitsuki prend fin et je reprends le bus, avec la même conductrice qu’à l’aller. A la gare par contre, le premier train n’est que dans une bonne demi-heure. Heureusement, il y a une salle d’attente chauffée où je lis mon livre.

466-Japan-Kitsuki

De retour à Beppu, je prends encore quelques photos de la rue principale mais je ne fais plus grand chose d’autre: je réarrange mes valises et envoie la plus grande à Kobé, grignote une pâtisserie achetée à la gare (ce qui est amplement suffisant après mon copieux repas du midi) et surtout, je vais me détendre à l’onsen.

469-Japan-Beppu
471-Japan-Beppu
470-Japan-Beppu

Statistiques du jour: 14 235 pas ou 10,8 km – 14 étages

Plus de photos sur flickr

Avez-vous déjà mangé dans un restaurant dont vous ne compreniez pas le menu ?