Japon (2019): Beppu – Kitsuki – Beppu

Mercredi 27 novembre 2019

Sur le quai de la gare, je revois les deux dames japonaises rencontrées hier à Usuki. Elles prennent le même train que moi mais descendent plus loin, à Usa. Moi, je vais à Kitsuki, qui, par le train express, n’est qu’à 13 minutes de Beppu.

Kitsuki est une petite ville située au nord de Beppu. Elle a conservé un côté féodal, avec un château et des quartiers de samouraïs situés de part et d’autre, et en hauteur, des échoppes commerciales. Il y a moyen d’y louer un kimono pour se balader dans les rues, ce que je n’ai pas fait – je crois que je me serais sentie un peu stupide à faire ça toute seule.

La gare de Kitsuki est située assez loin du centre, et je vois un bus. La communication n’est pas aisée, mais en montrant ma google map, la conductrice me confirme qu’elle va bien dans le centre. Il n’y a pas moyen de payer son trajet avec une carte IC et le prix s’affiche sur une télévision à l’avant du bus, changeant à chaque fois qu’on passe une nouvelle zone. Je commence à m’inquiéter: est-ce que j’ai assez de monnaie ? Il y a bien une machine pour changer les billets de 1000 yens mais je n’en ai plus, je n’ai plus qu’un billet de 10.000 yens. Je suis le trajet sur le mon téléphone, et je vois que nous approchons du centre. J’ai tout juste assez de monnaie ! (Je crois que j’aurais vraiment été gênée et ennuyée.)

Les environs de l’arrêt du bus sont tout simplement hideux, et la météo fort sombre, n’arrange rien. J’entre dans un magasin de produits souvenirs, cherchant l’office du tourisme… qui est en fait juste à côté. Une jeune fille m’explique dans un bon anglais ce que je dois visiter et me conseille de prendre en photo les horaires du bus pour le retour. Ils sont en effet très irréguliers, avec des intervalles allant de 3 minutes à 2 heures (et oui, c’est ça la vie de la campagne) !

415-Japan-Kitsuki

Je vais d’abord me promener sur la butte du château qui n’est pas très impressionnant. En effet, détruit par la foudre en 1608, seul le donjon a été reconstruit en 1970, abritant un musée que je ne vais pas visiter. La vue est superbe. Dans le parc aux alentours, je suis seule, à part les jardiniers qui travaillent. Je ne suis pas tout à fait à l’aise mais je me rassure en me disant que je suis au Japon, un pays où ma sécurité n’est pas en jeu.

417-Japan-Kitsuki
421-Japan-Kitsuki
424-Japan-Kitsuki

Un peu plus loin se trouve le premier quartier des samouraïs, accessible par une longue allée pavée qui monte assez fort. Elle est bordée de murs qui délimitent les grandes demeures. Je visite une première, avec de grandes pièces ouvertes sur le jardin.

427-Japan-Kitsuki
428-Japan-Kitsuki
431-Japan-Kitsuki

Dans la seconde, j’assiste à une shooting photo d’une jeune japonaise en kimono aux couleurs d’automne. Le photographe propose de nous prendre en photo ensemble, chose qui ne serait jamais arrivée dans une ville plus touristique. Je ne croise d’ailleurs quasi pas de touristes au cours de la journée. C’est le milieu de la semaine et le temps est maussade, mais même les locaux sont invisibles pendant la journée, ce qui donne une impression assez bizarre. Je me rends compte que j’ai quitté les sentiers battus et que je visite des lieux reculés, qu’on pourrait qualifier quelque part de « deep Japan ».

432-Japan-Kitsuki
436-Japan-Kitsuki
433-Japan-Kitsuki

Ma promenade me mène ensuite à la grande allée pentue si caractéristique de Kitsuki, le lieu rêvé pour des photos en kimono, et probablement très impressionnant par beau temps. Je suis déçue par la météo, c’est clair, mais l’endroit est très beau et je tombe comme hier sous le charme de cette petite ville.

437-Japan-Kitsuki
439-Japan-Kitsuki
453-Japan-Kitsuki

Je descends la pente et remonte par l’autre côté. Je ne me lasse pas de la vue et mitraille l’ensemble. Il y a aussi des maisons à visiter de ce côté et les érables ont pris leurs plus belles couleurs d’automne. Un peu plus loin se trouve un beau point de vue de la région et une demeure plus moderne (tout en restant traditionnelle), la villa Hitotsumatsu construite en 1929.

447-Japan-Kitsuki
444-Japan-Kitsuki
451-Japan-Kitsuki

Sur ma carte, je repère quelques temples situés à l’autre bout du quartier des samouraïs. Ma promenade est très agréable dans ce quartier à l’ambiance résidentielle, mais les temples eux-mêmes ne sont pas des plus intéressants.

455-Japan-Kitsuki
457-Japan-Kitsuki
456-Japan-Kitsuki

Je redescends vers la route principales où se trouvent les commerces. J’y achète du thé dans un magasin traditionnel, choisissant un peu au hasard, puis je cherche un endroit où manger – je me retrouve en effet dans l’intervalle de deux heures entre les bus. J’hésite un peu, continue à marcher, et me vois en fin de compte plus ou moins forcée de choisir le dernier établissement sur ma route.

459-Japan-Kitsuki
461-Japan-Kitsuki
460-Japan-Kitsuki

Il n’y a pas de carte à l’extérieur, et à l’intérieur, je me retrouve dans un petit restaurant fort simple, avec cuisine ouverte. La patronne ne parle pas anglais et m’apporte un menu. Le patron arrive à m’expliquer avec trois mots d’anglais qu’il y a deux lunchs fixes et que je peux choisir une boisson qui est incluse. Et comme le menu est rédigé à la main, mon smartphone et google translate pédalent dans la semoule.

463-Japan-Kitsuki

Bref, ce sera une surprise mais je me dis que ce sera sans doute de la cuisine japonaise. Grosse erreur. L’entrée est une salade accompagnée de saumon et d’une huître, le plat principal est une escalope de veau au beurre à l’ail, accompagnée d’une paupiette à la viande et aux crevettes. Je comprends mieux pourquoi les Japonais à l’autre table avaient demandé du pain plutôt que du riz en accompagnement. C’était très bon et je suis rassasiée mais je ne m’attendais vraiment pas à ça ! Et j’ai surmonté ma peur de « l’endroit inconnu au menu uniquement en japonais ».

462-Japan-Kitsuki
464-Japan-Kitsuki
465-Japan-Kitsuki

Ma visite de Kitsuki prend fin et je reprends le bus, avec la même conductrice qu’à l’aller. A la gare par contre, le premier train n’est que dans une bonne demi-heure. Heureusement, il y a une salle d’attente chauffée où je lis mon livre.

466-Japan-Kitsuki

De retour à Beppu, je prends encore quelques photos de la rue principale mais je ne fais plus grand chose d’autre: je réarrange mes valises et envoie la plus grande à Kobé, grignote une pâtisserie achetée à la gare (ce qui est amplement suffisant après mon copieux repas du midi) et surtout, je vais me détendre à l’onsen.

469-Japan-Beppu
471-Japan-Beppu
470-Japan-Beppu

Statistiques du jour: 14 235 pas ou 10,8 km – 14 étages

Plus de photos sur flickr

Avez-vous déjà mangé dans un restaurant dont vous ne compreniez pas le menu ?

Japon (2019): Beppu – Usuki – Beppu

Mardi 26 novembre 2020

En faisant des recherches pour trouver des endroits intéressants à visiter autour de Beppu, mon attention avait été attirée par Usuki, un village connu pour ses anciennes maisons de samouraïs et par des grottes abritant des grands bouddhas sculptés. En ce mardi matin, je me presse donc vers la gare de Beppu pour prendre le train direct qui m’amènera à Usuki en 45 minutes. Mon trajet sera troublé par une autre passagère, probablement d’origine chinoise ou taïwanaise, qui n’arrêtera pas de manger (puis de chiffonner les emballages) et surtout de roter bruyamment. 

361-Japan-Beppu

Il y a un minuscule office du tourisme dans la toute aussi minuscule gare d’Usuki mais quelle n’est pas ma surprise quand je suis accueillie dans un anglais quasi parfait par un Autrichien (je lui ai demandé d’où venait son accent). J’hésite à louer un vélo (gratuitement) pour aller voir les bouddhas qui se trouvent à 6 kilomètres de là mais il fait gris et frais. Je vais donc plutôt prendre le bus mais je viens de le rater et l’employé me propose de commencer ma visite par le site de l’ancien château tout proche.

362-Japan-Usuki

Je monte au sommet de la butte et me retrouve dans un parc assez vide et désolé qui offre cependant une vue sur la région. Un camélia perd ses fleurs roses, un ginkgo sème ses feuilles jaunes.

365-Japan-Usuki
364-Japan-Usuki
367-Japan-Usuki

Je me promène ensuite dans la petite ville qui associe des bâtiments très laids à des quartiers anciens tout à fait préservés. Comme souvent quand j’ai un horaire précis à respecter, j’arrive bien trop tôt à l’arrêt du bus qui me mènera au site des bouddhas. J’y suis rejointe par deux touristes de Suisse avec qui j’engage la conversation.

368-Japan-Usuki
370-Japan-Usuki
371-Japan-Usuki

Le trajet dure une quinzaine de minutes, d’abord le long d’une route bordée de grands magasins, puis la nature prend plus de place. J’image que cette partie aurait été très agréable à traverser à vélo sous le soleil.

Dans la campagne se trouvent donc une soixantaine de bouddhas de pierre, taillés à flanc de falaise entre le 12e et le 14e siècles. Il faut suivre un chemin entrecoupé d’escaliers pour les admirer – ils sont répartis entre quatre niches. Les arbres ont déjà pris de belles couleurs d’automne mais le reste du site est plutôt vide: pendant les autres saisons (sauf en hiver), diverses fleurs sont cultivées dans de grands ensembles et attirent apparemment de nombreux visiteurs locaux.

373-Japan-Usuki
376-Japan-Usuki
377-Japan-Usuki

A un moment précis, je suis à nouveau attirée par un chemin qui mène vers l’inconnu mais je me retiens: je n’ai ni les chaussures pour crapahuter dans la boue ni le temps de faire une randonnée qui n’est peut-être pas très intéressante. Je me limite donc au parcours fléché.

375-Japan-Usuki
379-Japan-Usuki
388-Japan-Usuki

Je me rends compte que le prochain bus pour retourner à Usuki n’est que dans une heure. Je pourrais marcher mais j’ai envie de garder de l’énergie pour visiter la ville. Et puis, je vois la cafétéria et son menu, et je me laisse tenter par un plateau repas composé d’une soupe, de poulet frit, de salade et de riz, le tout accompagné de thé bien chaud en libre service. C’était vraiment délicieux et nourrissant.

390-Japan-Usuki

Il est encore trop tôt pour le bus et je me gèle un peu en l’attendant. De retour à Usuki, je visite d’abord une ancienne demeure de samouraïs, celle de la famille Inaba puis je flâne dans les petites rues, découvrant divers commerces et autres maisons historiques. C’est complètement désert et l’ambiance est un peu triste avec la grisaille, mais je tombe sous le charme.

398-Japan-Usuki
393-Japan-Usuki
401-Japan-Usuki

En retournant à la gare, je parle encore un moment à l’Autrichien qui est toujours là. Je lui demande pourquoi il y a si peu de visiteurs à Usuki et il me répond que toute la région est vraiment hors des sentiers battus.

397-Japan-Usuki
404-Japan-Usuki
407-Japan-Usuki

Je prends le premier train qui arrive mais c’est un omnibus qui met 80 minutes pour retourner à Beppu. Je sors mon livre tout en observant à certains moment mon entourage composé d’écoliers qui se sont endormis.

414-Japan-Usuki

Refroidie par mon expérience de recherche de restaurant d’hier soir, je m’achète un repas de sashimis à manger dans ma chambre. C’est le genre de moment où je regrette de ne pas avoir de compagnon de voyage (mais j’aime encore plus la liberté de voyager seule). Comme hier, je termine ma soirée à l’onsen de l’hôtel.

Statistiques du jour: 16 664 pas ou 12,3 km – 22 étages

Il y a bien plus de photos sur flickr.

 

Japon (2019): Beppu

Lundi 25 novembre 2019

Le petit-déjeuner à l’hôtel est très japonais mais très varié et j’y trouve de quoi prendre des forces en ce début de journée. La météo prévoit un temps a priori sec mais gris. Je pars à pied pour la gare où se trouve l’arrêt des bus locaux pour aller visiter les Enfers. C’est en effet l’attraction principale de la ville de Beppu, connue pour son activité volcanique. En réservant mon voyage, je pensais qu’il y avait beaucoup de choses à visiter dans la ville mais en fait une journée suffit. J’ai donc dû trouver des activités dans les villes et la campagne environnante, mais c’est pour les prochains jours.

Pour visiter les Enfers, il y a un circuit à suivre, et il y a moyen d’acheter un carnet avec tous les tickets d’entrée à la gare. Le premier des sites est un des plus connus, l’Umi Jigoku, avec son point d’eau turquoise et ses jets intermittents de fumée.

320-Japan-Beppu
323-Japan-Beppu
324-Japan-Beppu

C’est celui qui est le mieux aménagé, de manière assez moderne et en laissant de la place à la nature environnante. Mais il faut d’abord passer par le magasin pour accéder à l’attraction. Il y a beaucoup de monde et c’est parfois compliqué de faire des photos.

327-Japan-Beppu
328-Japan-Beppu
325-Japan-Beppu

Juste à côté se trouve l’Oniishibozu-Jigoku qui rassemble quelques mares de vase bouillonnante.

336-Japan-Beppu

Le Kamado-Jigoku permet de cuire des oeufs et d’autres aliments dans l’eau très chaude et rassemble également deux points d’eau à l’eau bleue et rouge. Sans les constructions qui encombrent le site, cela aurait pu être très joli et agréable à visiter mais j’ai de plus en plus l’impression de m’être fait avoir par ces Enfers. Cela ressemble à un parc d’attraction du passé, où la foule se presse et où la nature est maîtrisée de tous côtés.

342-Japan-Beppu
341-Japan-Beppu

Je ne parlerai même pas de l’Oniyama-Jigoku, le pire du pire: il expose de pauvres crocodiles dans de grandes cages en béton.

343-Japan-Beppu
337-Japan-Beppu
344-Japan-Beppu

Heureusement, l’Enfer suivant, le Shiraike-Jigoku est bien plus agréable. L’eau est d’un blanc laiteux et le jardin est de style japonais, avec quelques plantes tropicales.

346-Japan-Beppu

Les autres Enfers sont à un peu moins de trois kilomètres de là. Je me sens en forme et je n’ai pas envie de prendre le bus. Je commence donc à marcher vers ma prochaine destination. Je me réjouis de mon choix au début: la route est panoramique, offrant une superbe vue sur la ville et les fumerolles qui émergent de partout. De plus la lumière est très belle: le soleil tente vaguement de percer entre des nuages menaçants.

348-Japan-Beppu
350-Japan-Beppu
351-Japan-Beppu

Après un moment, je déchante un peu: la route passe par un long tunnel peu agréable pour les piétons mais je vois sur ma google map que je me rapproche de mon but. Cette marche me permet d’observer la vie locale, la campagne et la ville, les maisons, les dernières fleurs de l’automne.

J’arrive au Chinoike-Jigogu avec sa belle mare aux couleurs rougeoyantes. J’y fais quelques emplettes au magasins de souvenirs (qui possède un rayon complet de Monchichi).

353-Japan-Beppu
356-Japan-Beppu
352-Japan-Beppu

Enfin, le dernier Enfer est Tatsumaki-Jigoku ou l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire (une fois de plus): il s’agit en effet d’un geyser mais un mur a été construit tout autour (sauf devant) pour le contenir. En face, des gradins permettent au public de l’observer.

357-Japan-Beppu

Je suis assez déçue des Enfers mais j’ai bien profité de ma ballade à pied, et je la continue jusqu’à la gare de Kamegawa, traversant des quartiers résidentiels. Il fait froid sur le quai mais le train arrive relativement vite. De retour à Beppu, je traîne encore un peu dans le centre commercial en face de l’hôtel pour faire quelques achats de liqueur de kabosu, un agrume local, et de yuzukosho, un condiment mélangeant écorce de yuzu, piment et sel.

358-Japan-Beppu

En consultant les prospectus à propos des restaurants, j’en sélectionne un qui a l’air bien. Quand j’y arrive un peu après 18h, il est vide et le patron me dit qu’ils servent de la pizza, ce qui n’est pas du tout ce que j’avais noté. Était-ce le bon restaurant ? Je ne sais pas trop. Je continue donc mes recherches mais le second où je me présente est complet. Les trois tristes restaurants du centre commercial sont déserts et je commence un peu à désespérer. Je me dirige donc vers un barbecue coréen mais l’unique option est de manger seule dans un box fermé et je décline. Je décide de me perdre un peu dans les ruelles et finalement j’entre de guerre lasse dans un izakaya enfumé de cigarette et de graillon. Personne n’y parle anglais mais j’arrive à commander des yakitori et une bière. Mon voisin de gauche tente de communiquer avec moi en utilisant le smartphone mais c’est compliqué. Mes voisins de droite m’ignorent complètement, mangeant et buvant bruyamment.

360-Japan-Beppu

Ce n’était pas vraiment ma meilleure soirée mais au moins j’ai mangé quelque chose. Heureusement de retour à l’hôtel, je profite encore un long moment de l’onsen et j’ai ma première vraie conversation de la journée avec une jeune femme au doux nom de Joy, dont j’ai oublié le pays d’origine.

Statistiques du jour: 19 993 pas ou 14,7 km

Japon (2019): Kokura – Beppu

Dimanche 24 novembre 2019

J’ai très mal dormi, j’ai des courbatures partout et je suis très pressée de quitter cette chambre enfumée. Je n’imaginais pas que cela me poserait autant de problèmes. Au petit-déjeuner, je noie mon dépit et ma fatigue dans de la brioche à la confiture, puis je pars vraiment en avance pour rejoindre la gare qui est à deux pas. Il bruine.

277-Japan-Kokura

Le train, un express, est bien rempli. Il fait sombre dehors et il se met à pleuvoir à verse. La campagne japonaise défile et la lumière de l’intérieur du train se reflète sur les fenêtres. J’arrive à Beppu deux heures plus tard et j’hésite un moment sur le chemin à prendre à cause de la google map qui ne réagit pas comme il faut au premier abord. Armée de mon parapluie, je suis mon instinct et prend la grande avenue qui s’ouvre à moi. Un peu plus loin, google maps reprend ses esprits et me confirme que je suis dans la bonne direction.

289-Japan-Beppu

Après avoir marché une quinzaine de minutes, j’arrive à mon hôtel, le Beppu Nishitetsu Resort Inn. Il n’est que midi, ma chambre ne sera disponible qu’à 15h et je suis déjà trempée du trajet depuis la gare. Je me réfugie au centre commercial juste en face. J’en ai vite fait le tour: il est minuscule et plutôt vieillot. Le seul magasin un peu intéressant est Muji mais y rester trois heures ? J’avoue qu’à ce moment-là, j’étais plutôt désespérée et d’humeur assez sombre, pestant sur les check-in d’hôtels si tardifs et si rigides. Vu ma mauvaise nuit, j’aurais bien aimé faire une longue sieste.

278-Japan-Beppu

Et puis je me souviens avoir vu un Starbucks à l’entrée, ainsi qu’une grande zone confortable pour s’installer. Je ne suis pas adepte de ces cafés mais ils ont l’avantage d’offrir des espaces agréables où s’installer pendant un certain temps. Je commande un scone et un thé yuzu – citrus qui se révélera abominablement sucré (il y avait de la marmelade dedans). Mais au moins je suis à l’abri et je peux lire mon roman à l’aise pendant deux heures. Beppu est une petite ville, assez reculée, hors des circuits touristiques reliés par le shinkansen et il n’y a pas de jolis cafés où passer un moment, contrairement aux grandes villes ou comme en Europe.

Une fois mon roman terminé, je me rends compte qu’il ne pleut plus. Il fait encore fort sombre mais j’ai envie de bouger un peu. Je dépasse mon hôtel en direction de la plage et de la mer. C’est une mini plage au milieu d’une ville mais l’horizon est ouvert, et on voit les côtes aux loin.

279-Japan-Beppu
282-Japan-Beppu
283-Japan-Beppu

Je flâne un peu au hasard dans les petites rues, repérant divers détails, cherchant les bâtiments plus anciens ou insolites. Je retourne vers la gare et découvre qu’il y a plusieurs offices du tourisme. Dans l’un, situé juste en dehors de la gare, je prends divers dépliants qui parlent des restaurants locaux.

285-Japan-Beppu
291-Japan-Beppu
293-Japan-Beppu

Je me perds dans les galeries marchandes couvertes et les ruelles; je m’arrête pour photographier plein de petits détails, comme pendant ma journée à Osaka.

290-Japan-Beppu
294-Japan-Beppu
302-Japan-Beppu

Je me retrouve finalement devant le Tagewara onsen, un des bains les plus anciens de la ville.

303-Japan-Beppu
298-Japan-Beppu
306-Japan-Beppu

Je retourne à l’hôtel où ma chambre est prête. Elle est petite mais confortable, pas aussi moderne qu’à Fukuoka cependant. Mais j’ai vue sur mer.

307-Japan-Beppu

J’épluche les dépliants et sélectionne un restaurant de sushis, Ohwada Sushi. C’est un tout petit établissement, tenu par un couple âgé dont l’anglais est très limité mais ils ont une carte en anglais. Je m’installe au comptoir et commande un assortiment de sushis avec des poissons locaux (maquereau, crevette, poulpe, un genre coquillage local, et divers autres poissons). Ce ne sont pas des sushis raffinés, dans le sens où les portions sont généreuses et il m’est impossible de les mettre en bouche en une fois, mais ils sont délicieux et préparés avec soin.

312-Japan-Beppu
310-Japan-Beppu
311-Japan-Beppu

Un vieux monsieur s’installe à côté de moi et nous commençons à parler. Il me raconte qu’il a souvent voyagé à Londres pour son travail, et il fait la traduction avec le patron et sa femme qui se demandent comment j’ai découvert leur restaurant. Je passe une excellente soirée en leur compagnie et je suis de bien meilleure humeur que ce midi. Je flâne encore un moment dans les rues avant de rentrer à mon hôtel, faisant quelques photos à l’iPhone – et me disant que je devrais prendre mon appareil photo le lendemain.

314-Japan-Beppu
315-Japan-Beppu
318-Japan-Beppu

Statistiques du jour: 11 651 pas ou 8,7 km

Il y a d’autres photos de Beppu sur flickr.