Indonésie: Yogyakarta (Java) – Denpasar – Kuta (Bali)

L’idée est de rejoindre Sulawesi mais il n’y a pas de vol direct. Nous quittons donc Yokyakarta en direction de Denpasar à Bali. Le vol est rapide et nous avons une journée libre pour explorer déjà un peu la région. Nous logeons à Kuta, le paradis des surfers et la « Costa del Sol » des Australiens. Notre magnifique hôtel, le Santika, est en bord de plage mais non loin du centre. Nos chambres sont plutôt à l’arrière, loin de la mer, mais autour d’une piscine bien rafraîchissante.

Bali - Kuta

Bali - Kuta

Le midi, nous dégustons un délicieux barbecue de poissons et crustacés sur la plage, le tout cuit sur des braises d’écorces de noix de coco.

Bali - Kuta

Bali - Kuta

Et plutôt que de traîner à la plage, nous visitons l’attraction locale, le temple de Pura Uluwatu, sur une falaise en bord en mer, où on nous prévient d’enlever tout bijou et lunettes car les petits singes y sont farceurs. Le lieu est hautement touristique et fort peu agréable, mais le paysage est assez impressionnant.

Bali - Kuta

Le soir, nous partons en groupe pour trouver un restaurant où l’on sert des rijsttafels comme aux Pays-Bas. Grosse déception, ce n’était vraiment pas réussi… j’aurais mieux fait d’accompagner Marcel qui est parti de son côté et qui s’est délecté de langoustes !

Indonésie: Surakarta – Ceto – Sukuh – Tawang Mangu – Yogyakarta (Java)

Ce matin, nous découvrons la ville de Surakarta, son palais royal, le Mangkunegara, qui abrite un grand gamelan sous le pavillon central. L’endroit est plutôt désert et je regrette de ne pouvoir assister à une représentation musicale.

Surakarta

Nous nous promenons ensuite au marché aux puces et au marché aux tissus où se marchande le batik. La petite ville est charmante avec ses bâtiments coloniaux et ses jardins tropicaux.

Surakarta

Après cela, nous partons pour une ballade dans la campagne environnante, parsemée de temples. Nous commençons par celui de Ceto puis nous nous dirigeons vers celui de Sukuh. Le temps est brumeux mais cela ne fait qu’augmenter le mystère qui entoure l’endroit. Construit au 15e siècle, il fait penser à des temples incas, avec des portes monumentales s’élançant vers la ciel.

Ceto

Sukuh

Nous nous promenons ensuite dans les collines, entre les champs de théiers, les rizières, les plantations de café. Pendant la promenade, je discute pas mal avec Marcel, je me sens attirée par lui mais contrairement à d’autres hommes, il préfère garder ses distances et rester uniquement sur le plan de l’amitié. Ce qui est d’autant mieux pour moi vu que j’ai déjà donné dans la relation avec homme mûr ! Mais le plaisir de pouvoir parler avec des personnes et se découvrir des intérêts communs, c’est important et cela rend les voyages plus agréables et plaisants.

around Sukuh

around Sukuh

Retour à Yogyakarta pour la nuit, avant le départ pour Bali et Sulawesi.

Indonésie: Yogyakarta (Java)

Une bonne nuit de sommeil fait du bien même s’il faudra plusieurs jours pour m’habituer au décalage horaire. Les températures sont élevées, dépassant les 30° – nous sommes à peine à quelques degrés au-dessous de l’équateur. Pour démarrer la journée en douceur, nous prenons des becak, les cyclo-pousse locaux qui nous font découvrir la petite ville de Yogyakarta.

Yogyakarta

Yogyakarta

Nous nous arrêtons au marché où notre guide local nous explique quels sont les différents fruits et légumes. Je découvre les salak, un genre de fruit blanc enveloppé dans une carapace brune.

Yogyakarta

Un peu plus loin, voilà l’atelier de fabrication des kriss, ces poignards typiquement javanais, qui, s’ils sont bien équilibrés, tiennent tout seuls une fois leur pointe enfoncée dans quelque chose. Leurs manches en bois sont joliment ouvragés mais je me demande bien ce que je ferais avec ça. Cela n’empêche pas quelques achats auprès des autres membres du groupe.

Yogyakarta

Yogyakarta

Yokyakarta est connue pour son gamelan et c’est au palais du sultan, le Kraton, que nous le découvrons. Pas de concert aujourd’hui mais bien une visite de l’endroit, à l’architecture coloniale de style hollandais. De grands pavillons ouverts sur les quatre côtés abritent les instruments: xylophones, gongs et autres percussions métalliques.

Yogyakarta

Plus loin, nous nous promenons dans le marché aux oiseaux, empli du son des gazouillis et des commérages des vendeuses. J’en profite pour enregistrer les ambiances…

Yogyakarta

Voyage organisé signifie souvent visite d’ateliers d’artisanat en tous genres, pour pousser le touriste à acheter des souvenirs. Le suivant sur la liste est l’atelier de batik où on nous  montre comment sont réalisés ces tissus. Les motifs sont dessinés avec de la cire et puis le tissu est trempé dans la teinture. Il est après lavé dans une eau très chaude pour  dissoudre la cire et révéler les dessins clairs sur un fond plus foncé. C’est intéressant comme procédé et le résultat est joli, mais une fois de plus, je n’avais pas besoin de tissu.

Yogyakarta

Nous assistons ensuite à une courte représentation de wayang kulit, de théâtre d’ombres sur base d’une histoire du Ramayana (et c’est qui qui achète une marionnette ? le couple de Français !). Nous rentrons de justesse à l’hôtel, juste avant que le ciel libère des trombes d’eau et que les éclairs illuminent le ciel.

Yogyakarta

Le soir, spectacle de danse javanaise, avec costumes colorés.

Indonésie: Yogyakarta (Java)

Arrivée enfin à Yogyakarta en fin d’après-midi… La seule chose que je recherche en ce moment après les nombreuses heures de voyage, c’est un lit ! Nous sommes logés à l’hôtel Puri Artha, un agréable complexe de taille humaine à l’ambiance très conviviale, avec des chambres qui donnent sur une cour intérieure ornée de plantes exotiques. Autant bien se reposer, demain commencent les visites. Et je profite pleinement de la chambre single et de tout le confort que ça apporte.