Vietnam: Nha Trang – Lak

Comme nous n’avons pas fait d’excursion dans le nord du Vietnam parmi les minorités ethniques, aujourd’hui, nous allons à leur rencontre dans les hauts plateaux du centre du pays. Mon sentiment est souvent partagé entre la découverte de manières de vivre différentes et la présentation de celles-ci sous forme de zoo humain. Au pire, je me dis que nous aurons vu de nouveaux paysages…

Nous passons la matinée sur de petites routes en lacets, puis sur les hauts-plateaux principalement consacrés à la culture du café, ce qui pose certains problèmes écologiques et humains. Ce sont les Vietnamiens des plaines qui exploitent les plantations et comme ça rapporte beaucoup d’argent, les minorités ethniques sont déplacées et spoliées de leurs terres et le débroussaillement par brûlis se fait sans aucune considération pour l’environnement, les collines défrichées étant sujettes à une érosion grandissante, provoquant glissements de terrains et inondations. Le gouvernement clame haut et fort qu’il a commencé un programme de reboisement, mais il s’agit d’eucalyptus bien plantés en rang et non d’espèces locales. diane découvre le café lors d’un arrêt, du robusta bien charpenté, rond, à l’arôme fort mais pas amer, tandis que Youn et le chauffeur grimpent aux arbres pour récolter des goyaves fraîches que nous dégustons de suite avec du sel et des piments. Pendant ce temps là, la fille adolescente de la patronne du café se sèche les cheveux et se prépare pour l’école.

095-Vietnam-Lak

Nous arrivons au Lak Resort pour le repas de midi. « Resort » est un bien grand mot même si on sent qu’à l’origine, le but était de faire un endroit plus ou moins luxueux mais l’eau de la piscine est trouble et la propreté des bungalows toute relative, avec toiles d’araignées et fourmis sortant par différents interstices de la douche à plusieurs jets qui est juste posée sur le sol sans aucun joint en silicone (ça sent d’ailleurs le pourri). L’électricité est assez typique, avec des chutes de tension régulières mais il y a une télévision et un appareil à air conditionné. La vue par contre est magnifique et donne sur le lac Lak (le nom vietnamien vient du français « lac »)…

Encore un menu tout fait, cette fois-ci composé de courgettes farcies, de soupe au poulet et légumes et de bœuf grillé, le tout accompagné de riz (comme toujours en quantité suffisante pour nourrir 4 Sunalee et 4 diane !).

096-Vietnam-Lak

L’après-midi, nous partons à la découverte de l’ethnie M’Lieng. Nous prenons une pirogue creusée dans le tronc d’un arbre – on ne peut franchement pas dire que je soie rassurée… ça n’a vraiment pas l’air stable ! De l’autre côté du lac, nous arrivons au village composé d’une série de grandes maisons sur pilotis, avec toute la basse-cour en-dessous et des champs autour.

097-Vietnam-Lak

Nous avons un guide juste pour cette excursion et il s’empresse d’aller acheter des bonbons à distribuer. diane et moi, nous nous regardons, ne soutenant absolument pas cette initiative, mais c’est trop tard, le guide commence à en distribuer, jetant le sac en plastique vide par terre… Désolant… Même si ce village n’est pas très touristique, je me sens quand même un peu comme dans un zoo… Mon attention est cependant attirée par de la musique de gongs et des chants assez lancinants. Notre guide précise qu’il s’agit d’une cérémonie funéraire à laquelle participe une grande partie du village. D’ailleurs en cours de route, nous voyons quelques hommes qui cuvent déjà l’alcool de riz qui coule à flots lors de ce genre de fête. Mon côté « ethnomusicologue » reprend le dessus, reconnaissant des musiques déjà écoutées sur disque.

098-Vietnam-Lak

Le soir, nous mangeons dans le restaurant du « resort », envahi par les insectes et éclairé aux néons. Le service est totalement incompétent et nous recevons les plats d’une autre table. Quand nous nous plaignons, le serveur emporte tout et les sert tout de suite à l’autre table… alors que j’avais déjà grignoté dedans (ce n’était pas très différent de ce que j’avais demandé). Plats de viande grillée et légumes sont vite avalés pour fuir les moustiques.

099-Vietnam-Lak

Je ne suis pas trop à l’aise par rapport à ceux-ci. Nous sommes dans une région où la malaria existe encore et nous n’avons aucune protection à part de l’anti-moustique tropical dont nous nous sommes enduits. Je me mets bien vite au lit sous le drap mais diane m’inquiète: il profite de la soirée dehors en très petite tenue, au son des geckos. Plus tard, quand il vient enfin dormir, grands bruits dans la salle de bain: une grenouille était sortie des toilettes et diane l’a libérée dans la nature. Résultat des courses: j’ai très mal dormi…

100-Vietnam-Lak

101-Vietnam-Lak

Vietnam: Qui Nhon – Nha Trang

Encore de la route aujourd’hui, mais juste en matinée. Après un petit-déjeuner copieux parmi les touristes package tour dans la fabuleuse salle de restaurant tarte à la crème de l’hôtel, nous poursuivons notre périple vers le sud, longeant la côte comme hier. La route est belle, passant par des villages de pêcheurs et n’a pas encore été trop envahie par des projets immobiliers (sans doute à cause de l’éloignement de tout aéroport).

092-Vietnam-Nha Trang

Vers midi, nous arrivons à Nha Trang où nous visitons d’abord la tour Cham de Ponagar. Celle-ci est située dans la ville et est toujours utilisée comme lieu de culte aujourd’hui. Elle surplombe la baie et le port.

093-Vietnam-Nha Trang

Youn nous conduit ensuite chez Coco Vert, un restaurant où le patron parle français et nous sert un menu composé de soupe tomate, salade au pamplemousse, porc frit aigre-doux, riz frit, légumes sautés, poisson à la citronnelle et fruits… de nouveau un repas bien trop copieux pour nous !

Cette fois-ci, il est encore tôt quand nous arrivons à l’hôtel, encore un de ces grands bâtiments soviético-kitsch à la vietnamienne. Nous enfilons notre maillot, et hop à la plage ! Une fois celle-ci à l’ombre, suite de la farniente au bord de la piscine de l’hôtel que nous avons eu un peu de mal à trouver dans le labyrinthe des couloirs et bâtiments.

094-Vietnam-Nha Trang

Le soir, je ne repère aucun restaurant à moins de 20 minutes à pied et les guides parlent d’un ville peu sûre. Après coup, je me dis qu’on aurait du passer au-delà des commentaires du guide et aussi surmonter notre paresse.

Nous voulons prendre un cocktail sur la terrasse panoramique. La serveuse nous dit que ce n’est pas possible: ils attendent un groupe. Nous insistons, vu qu’il n’y a encore personne. Elle accepte finalement et nous sert des cocktails pas franchement géniaux. Quand nous repartons, le groupe n’est toujours pas arrivé…

Direction le restaurant de l’hôtel au rez-de-chaussée où nous ne resterons que le temps d’avaler vite fait des crevettes cuites en pot de terre cuite assez décevantes. Demain est un autre jour et nous ne nous laisserons plus prendre au piège des restaurants d’hôtel (enfin de ce genre-là !).