Cambodge 2012: Angkor – groupe Roluos et Tonle Sap

Je n’avais pas encore visité les temples du groupe du Roluos et j’ai donc demandé à Channa de nous y emmener pour le troisième jour (15$). Comme cela ne constitue qu’une demi journée de visites, il a proposé de faire une excursion sur le grand lac Tonle Sap et ses villages flottants. Nous prenons d’abord la grand route qui mène à Phnom Penh, puis un petite route en terre au milieu de la campagne. Nous payons une certaine somme (20$ ?) pour louer un bateau qui nous emmène toutes les deux vers le village flottant de Kompong Pluk.

052-Cambodia-Tonle Sap

053-Cambodia-Tonle Sap

054-Cambodia-Tonle Sap

055-Cambodia-Tonle Sap

Les maisons sur pilotis sont assez impressionnantes quant à leur hauteur, indiquant que les niveaux d’eau varient énormément. Des mangroves envahissent une partie du parcours menant jusqu’au lac lui-même. Le conducteur du bateau éteint son moteur et nous laisse dériver un moment. Le bateau tangue assez fort et je ne suis pas trop à l’aise, surtout quand le moteur ne veut plus démarrer. Heureusement tout rentre dans l’ordre et nous retournons par le même chemin jusqu’au point où nous avions embarqué. Cette excursion n’est qu’un avant-goût du Tonle Sap mais dans ce cas, cela m’a suffi et Katrien était satisfaite d’en avoir vu un petit bout. Je trouve en effet que la traversée jusque Battambang que j’avais faite la fois précédente est fort longue.

Channa nous propose un joli restaurant le long d’une rivière. J’y mange une soupe au lait de coco mais un légume amer me dérange tandis que Katrien mange une soupe de poisson.

056-Cambodia-Roluos

L’après-midi, nous visitons les temples du groupe Roluos, parmi les plus anciens et datant du 9e siècle: le premier arrêt se fait au Lolei, en mauvais état et couvert de hautes herbes qui poussent jusqu’au sommet.

057-Cambodia-Roluos

Un moine nous interpelle: il apprend l’anglais à quelques élèves et nous jouons le jeu, parlant un peu avec eux.

058-Cambodia-Roluos

Preah Ko est le temple suivant: construit en briques, il comporte six tours et il y a quelques inscriptions.

059-Cambodia-Roluos

060-Cambodia-Roluos

Le Bakong est le plus grand et le plus intéressant cette série. Il est construit en hauteur, sous forme d’une grande pyramide.

Après notre retour à l’hôtel et une douche, nous repartons vers le centre de Siem Reap. Nous réservons notre ticket de bus pour Phnom Penh auprès de la compagnie Sok Sokha pour 8$ puis passons par Grasshopper où Katrien réserve un tour à vélo pour le lendemain. Nous mangeons au Khmer Kitchen, du poulet sauté aux noix de cajou, tomates et oignons pour ma part. Ce n’est pas mauvais mais cela n’a rien d’extraordinaire. Et comme les jours précédents, nous prenons encore une bière à l’hôtel.

Cambodge 2012: Angkor – plus loin

Pour ce deuxième jour de visites, Channa vient nous chercher au guesthouse vers 8h du matin pour une ballade plus éloignée. Je voulais visiter Kbal Spean et sur la route se trouve le Banteay Srei, bref, autant les combiner. Le tarif du tuk-tuk pour la journée est de 30$.

Le voyage en tuk-tuk est rafraîchissant entre les temples mais ici le trajet est bien plus long, une heure environ et cela devient un peu inconfortable. Quand nous arrivons au Banteay Srei, je découvre d’abord un grand parking et un centre d’information rempli de Coréens. Le site a été réaménagé depuis ma dernière visite pour mieux pouvoir gérer le flux du nombre de touristes toujours grandissant et j’ai l’impression d’assister à une certaine disneylandisation que je regrette.

042-Cambodia-Banteay Srei

043-Cambodia-Banteay Srei

044-Cambodia-Banteay Srei

Le petit temple hindouiste dédié à Shiva, pillé par Malraux, est victime de son succès. Datant du 10e siècle, il se caractérise par de nombreuses sculptures et bas-relief finement cisaillés dans la pierre mais il faut se frayer un chemin parmi les autres gens pour pouvoir en profiter. Je suis vraiment déçue, et en même temps heureuse d’avoir pu le visiter en 2006 avec quasi personne autour de moi. Le circuit fléché continue à la sortie du temple avec quelques points de vue sur la nature environnante et des petits vendeurs de cartes postales bien plus racoleurs (et casse-pied) que d’autres.

Sur le parking, nous ne retrouvons plus Channa, nous allons voir plus loin, mais non… et évidemment nous n’avons pas noté son n° de téléphone. Après 15 minutes de recherches, c’est lui qui nous trouve. Je pense qu’il s’était assoupi et que nous étions passées devant son tuk-tuk sans le voir…

045-Cambodia-Kbal Spean

046-Cambodia-Kbal Spean

047-Cambodia-Kbal Spean

048-Cambodia-Kbal Spean

La route jusque Kbal Spean n’est pas très longue. Je voulais visiter ce site après avoir vu des photos sur le net. L’accès n’est pas immédiat: il faut d’abord marcher deux kilomètres sur un chemin en terre qui monte et parfois escalader quelques pierres un peu abruptes mais rien n’est très compliqué et quasi tout est à l’ombre de grands arbres. Évidemment ça donne chaud ! Une fois arrivées, nous découvrons une rivière dans laquelle sont sculptés mille lingas et d’autres figures issues du panthéon hindou. Nous remontons d’abord un peu la rivière que nous traversons, puis un garde nous guide vers la seconde partie en contrebas jusqu’à une petite chute d’eau. Il s’est vraiment pris d’amitié pour nous et nous enlace avec plaisir au moment du départ ! C’est un très bel endroit, en pleine nature, ce qui lui confère une atmosphère assez spéciale.

Après la descente, nous sommes affamées et allons manger au restaurant local. J’y goûte une excellente soupe khmère aigre-douce, avec tomates, ananas, poulet et herbes. Nous repartons ensuite avec le tuk-tuk. Sur la route, nous passons par les producteurs de canne à sucre et nous nous arrêtons pour un achat.

049-Cambodia-Banteay Samre

050-Cambodia-Banteay Samre

Comme il est encore tôt, Channa nous propose une visite de temple supplémentaire, celle du Banteay Samré situé sur le grand circuit. Ce petit édifice date de la même période qu’Angkor Vat et a été rénové. Un peu hors du chemin, il peu visité et donc très calme en cette fin d’après-midi. Eddy a évidemment trouvé les lions pour faire un tour.

Nous retournons à l’hôtel, les jambes raides et les pieds douloureux. J’ai des Palladium pour ce genre d’excursions: elles sont assez efficaces avec leurs semelles en caoutchouc et s’agrippent bien au sol, elles ne sont pas trop chaudes mais bizarrement, mes petits orteils ne s’y sentent pas à l’aise et frottent contre le tissu. Et mon cou et mon dos ont un peu de mal avec les nombreux chocs du tuk-tuk.

051-Cambodia-Siem Reap

Après une douche, nous retournons manger dans le centre de Siem Reap, aux alentours de Pub Street. Nous choisissons l’Angkor Palm, un joli restaurant à grande terrasse, réputé pour l’amok, un des plats nationaux khmers. Katrien au grand appétit prend le plateau de dégustation avec sept ou huit petits plats différents, moi je me contente de l’amok au poisson qui est délicieux. Par contre, comme toujours, nous recevons le cocktail en même temps que le plat. De retour à l’hôtel, nous prenons encore une bière et discutons de nombreuses choses.

Cambodge 2012: Angkor – petit circuit

Le petit déjeuner est très basique: suite à quelques ennuis digestifs, je n’ai pas envie d’œufs ce matin et je me contente donc de pain, beurre et confiture rose fluo goûtant la fraise artificielle. Les fruits me manquent…

022-Cambodia-Angkor

Nous demandons à la réception de l’hôtel de nous conseiller un chauffeur de tuk-tuk pour découvrir les temples d’Angkor. Nous faisons connaissance avec Mr Channa, un jeune homme assez réservé et qui ne parle que peu d’anglais mais à la conduite prudente (et au joli casque rose). Il nous dit dès le départ qu’il achètera de l’eau pour nous, parce que les touristes payent trop cher. Son petit frigobox rouge nous accompagnera pour les trois jours suivants. J’ai déjà vu les temples principaux lors du premier voyage mais je souhaitais que Katrien les découvre aussi. Channa nous propose donc le classique « petit circuit » (15$ pour la journée). Le ticket pour visiter les sites d’Angkor pendant trois jours coûte 40$, ticket qui s’obtient facilement et qui est personnalisé par une photo.

023-Cambodia-Angkor

024-Cambodia-Angkor

025-Cambodia-Angkor

026-Cambodia-Angkor

027-Cambodia-Angkor

Le premier arrêt est Angkor Vat, le grand temple du 12e siècle. La vue est toujours aussi impressionnante et les apsaras sculptées en bas-relief si intrigantes. Eddy réalise son rêve de se faire photographier avec elles. Le bâtiment est fort étendu, ce qui permet d’éviter en partie la masse de touristes. Autant j’avais fait la guide à Phnom Penh, autant ici, je n’ai quasi rien lu avant de venir et me laisse plutôt emporter dans les divers couloirs  et étages.

028-Cambodia-Angkor

Nous nous arrêtons ensuite au Prasat Kravan, petit édifice qui a l’air peu intéressant de l’extérieur mais qui renferme de très jolies sculptures. Nous surprenons des enfants qui y jouent, dont une gamine en partie nue.

029-Cambodia-Angkor

Un peu plus loin se présente le bassin de Sra Srang qui servait aux ablutions royales.

030-Cambodia-Angkor

031-Cambodia-Angkor

En face se trouve Banteay Kdei, un monastère bouddhiste du 12e siècle, entouré de quatre murs et avec une tour centrale qui n’a jamais été achevée. Il ressemble au Ta Prohm mais il est beaucoup moins fréquenté, ce qui en soi vaut déjà le détour.

Nous dînons dans un joli restaurant au bord de la route, sélectionné par Channa (The Palmboo), mais le calme est interrompu par le bruit des tronçonneuses des travailleurs de la voirie. Je mange du poulet sauté au gingembre (pour calmer mon ventre qui se rebelle toujours) et Katrien des légumes sautés.

032-Cambodia-Angkor

033-Cambodia-Angkor

034-Cambodia-Angkor

035-Cambodia-Angkor

Visite ensuite du Ta Prohm (le temple de Lara Croft), rempli comme toujours de touristes (coréens) et dont une des cours est en travaux, avec grue et autres grosses machines. Comme il n’y a pas de circuit fixe, il est cependant facile de s’isoler et de trouver des coins plus calmes et tout aussi intéressants. Ce temple n’a pas été restauré comme les autres et la nature y a (un peu plus) libre cours, les fromagers poussant sur les murs, engloutissant au fur et à mesure le bâtiment.

036-Cambodia-Angkor

La fatigue commence à se faire sentir, surtout après ma mauvaise nuit mais le circuit révèle encore de nombreuses perles. Ta Keo est composé de quatre tours carrées et d’une tour centrale très haute à escalader. Le temple n’a jamais été terminé et n’est pas décoré.

037-Cambodia-Angkor

038-Cambodia-Angkor

039-Cambodia-Angkor

Angkor Thom permet de terminer la journée en beauté, avec pour commencer une visite au Bayon datant du début du 13e siècle. C’est le temple qui comporte les nombreuses tours sur lesquelles sont sculptées de grands visages de Bouddha. L’endroit est labyrinthique et totalement envahi de touristes mais toujours impressionnant.

040-Cambodia-Angkor

Nous nous promenons ensuite vers le Baphuon que je n’ai plus le courage de visiter (j’aurais dû, la restauration était encore en cours en 2006) puis vers la Terrasse des Éléphants.

041-Cambodia-Angkor

Channa nous fait ensuite sortir du site via le grand portail et ses statues de démons et dieux. Une journée bien remplie donc, qui m’a permis de revoir les grands temples mais aussi de découvrir de nombreux plus petits, très beaux et beaucoup moins fréquentés. Tous les chauffeurs de tuk-tuk proposent ce « petit circuit » et je trouve qu’il vaut la peine.

De retour à l’hôtel, nous voulons nous reposer à la piscine mais elle est à nouveau envahie par les petits Français turbulents. Nous apprenons en écoutant les conversations qu’il font un tour d’Asie/du monde à vélo pendant un an. Un matin d’ailleurs, je verrai les parents faire la classe aux deux enfants en âge d’école.

Voulant éviter Pub Street, nous allons manger au Butterflies Garden, un joli restaurant soutenant de bonnes causes. Je choisis un curry khmer mais je suis déçue: les légumes sont essentiellement des pommes de terre et je ne suis pas fan de leur association avec du riz. En changeant de sac précédemment, je me rends compte que j’ai oublié mon argent et Katrien n’a pas de quoi payer non plus. J’ai bien 50€ mais je dois chercher un endroit pour les changer, ce que je trouve après avoir marché un quart d’heure. Bref tout cela me met un peu d’humeur maussade et tristounette.

Heart of Cambodia: Siem Reap – Angkor (Cambodge) – part II

Après cette visite matinale, nous prenons enfin un petit déjeuner bien mérité dans une des échoppes aux abords du temple. Pancakes pour moi, soupe de nouilles pour diane. Nous partons ensuite pour le « landmine museum », créé par monsieur Aki Ra qui, enfant, a dû poser des mines pour le compte des Khmers Rouges mais qui, une fois la guerre terminée, a offert ses services au gouvernement pour le déminage, vu qu’il se souvenait très bien où il en avait posé. L’endroit est confrontant: diverses sortes de mines sont parsemées dans la nature, la jungle, mais peu sont visibles pour l’œil non exercé. Et je ne parle pas de celles qui sont enterrées, encore meurtrières aujourd’hui (ou du moins mutilantes). Le musée est aussi un endroit de réhabilitation pour les enfants handicapés. Souvent ceux-ci sont rejetés par leur famille, par honte, mais aussi pour cause de perte de main d’œuvre. Ici, ils sont soutenus par des psychologues, scolarisés et employés comme guides après avoir appris des langues étrangères.

068-Cambodia-Siem Reap

069-Cambodia-Siem Reap

Pause de midi avec du temps libre pour aller manger et faire la sieste (et recharger les batteries des appareils photos !). Je découvre par hasard l’adresse du restaurant Sala Bai dont j’ai le livre. Encore un endroit soutenu par une ONG, française cette fois-ci, qui propose aux adolescents cambodgiens une formation poussée dans les arts de la cuisine et du service, y compris avec des séances de dégustation de fromages (puants) français dont l’odeur les dégoûte autant que nous celle des sauces de poisson qui fermentent. Tout est une question d’habitude ! Uniquement ouvert le midi, il propose deux menus, un khmer et un occidental avec entrée, plat et dessert. Nous optons évidemment pour le menu local qui est délicieux. A côté de nous un groupe de Français auquel le patron explique un peu le fonctionnement de l’école. J’interviens pour leur signaler l’existence du livre et la facilité de certaines des recettes (d’autres sont plus compliquées à cause de certains ingrédients difficiles à trouver en Europe – mais beaucoup de choses sont remplaçables: je viens d’apprendre de notre voisine cambodgienne que la papaye verte peut être substituée par des carottes râpées !).

070-Cambodia-Angkor

071-Cambodia-Angkor

Après la sieste, nous partons pour le Banteay Srei, petit temple connu par le fait qu’André Malraux y vola un bas-relief. L’ensemble est tout petit mais non moins intéressant: les sculptures dans le grès rose sont extrêmement fines, découpées, ressemblant à de la dentelle; des motifs fleuris entourent des scène de la mythologie brahmanique. La fin de l’après-midi offre une très belle lumière qui fait ressortir l’ensemble.

072-Cambodia-Angkor

073-Cambodia-Angkor

Sur la route du retour, nous nous arrêtons à une petite cahute. Ici, on récolte le sucre de palme, on le fait bouillir puis il est moulé dans de petites formes rondes. Les palmiers sucriers sont une image constante dans le paysage cambodgien; les grandes étendues planes sont juste interrompues par ces arbres gracieux. Tout de suite, nous sommes entourés par une bande d’enfants aux questions traditionnelles. Voyant le bras tatoué de diane, les plus petits sont un peu craintifs, les plus grands, téméraires, s’approchent et le touchent. Leur attention détournée, j’en profite pour prendre plein de photos !

075-Cambodia-Angkor

076-Cambodia-Angkor

077-Cambodia-Angkor

Plus aucun souvenir par contre du repas du soir…

Heart of Cambodia: Siem Reap – Angkor (Cambodge) – part I

059-Cambodia-Angkor

Debout ce matin avant l’aurore, nous partons admirer le lever du soleil sur derrière Angkor Vat. C’est munis de lampes de poche que nous cherchons une petite place confortable pour attendre. L’endroit se remplit tout doucement de touristes et le bruit des conversations monte en même temps. Je n’aime pas me lever aussi tôt mais le spectacle est grandiose, à ne manquer sous aucun prétexte !

060-Cambodia-Angkor

061-Cambodia-Angkor

Nous visitons ensuite le complexe, finalement plus calme qu’on ne pourrait le croire au vu du monde de tout à l’heure ! L’ensemble est majestueux avec ses cinq tours représentées partout, même sur le drapeau cambodgien. Différents petits pavillons et sanctuaires se succèdent jusqu’à la tour centrale sur laquelle on peut monter via un escalier très raide. Je laisse diane, sujet au vertige, en bas tandis que j’admire la vue du haut. Il en profitera pour sortir Bibi et Kitty et faire des photos d’eux !

062-Cambodia-Angkor

063-Cambodia-Angkor

064-Cambodia-Angkor

Nous nous dirigeons ensuite vers les murs extérieurs gravés de bas-reliefs contant entre autres l’histoire du Ramayana. Connaissant un peu l’histoire, j’abandonne vite Leon et ses explications pour visiter à mon rythme et admirer la finesse des sculptures, notamment celles des apsaras qui me donnent envie d’apprendre la danse khmère. (La suite de la journée dans le billet suivant)

065-Cambodia-Angkor

066-Cambodia-Angkor

067-Cambodia-Angkor

Heart of Cambodia: Siem Reap – Angkor (Cambodge) – part II

Nous retournons vers Siem Reap où nous prenons un repas tardif dans un restaurant Thaï tout près de l’hôtel, le Chivit Thai (Ph. Wat Bo 130). L’avantage, c’est qu’il n’y a quasi plus personne dans le pavillon traditionnel en bois. Les plats que nous commandons – délicieux – sont trop copieux pour nos petits estomacs et voyant une mère mendiant avec son enfant à distance, nous demandons au serveur s’il est possible d’emballer nos restes et de les leur donner, ce qui ne lui pose aucun problème. Une petite chose toute simple, aider et faire plaisir, sans gaspiller de nourriture.

048-Cambodia-Angkor

049-Cambodia-Angkor

050-Cambodia-Angkor

Après une petite sieste, nous repartons pour de nouvelles visites, la température tropicale du midi ayant un peu baissé. Nous nous arrêtons d’abord à la grande porte menant à Angkor Thom, avec de chaque côté du pont franchissant les douves, des géants soutenant le naga sacré.

051-Cambodia-Angkor

La lumière est belle en fin d’après-midi et le site de Preah Khan est déserté. Cette mini-ville qui abritait monastères et université bouddhiste attire moins les touristes pressés et c’est un vrai plaisir de déambuler là en profitant pleinement de l’atmosphère.

052-Cambodia-Angkor

053-Cambodia-Angkor

054-Cambodia-Angkor

Nous prenons cependant un dernier bain de foule pour le coucher de soleil sur le temple de Pre Rup, une immense pyramide de briques dans les tons orange et beige qui était un site funéraire brahmanique. Envahi par les touristes, nous passons finalement plus de temps à essayer de nous frayer un chemin qu’à profiter du spectacle, bref un moment pas très agréable, que je compense en faisant une analyse sociologique du touriste moyen. J’ai déjà décrit le Coréen, le reste du monde n’obtient pas spécialement de meilleurs points au niveau du style et de la politesse.

055-Cambodia-Angkor

056-Cambodia-Angkor

057-Cambodia-Angkor

Après cette journée bien remplie, nous cherchons un restaurant calme. Carnets d’Asie, librairie et restaurant, nous offre ce que nous cherchons. On nous installe d’abord le long du bassin glougloutant (je reprends les mots du Routard) sous de jolis parasols en tissu puis, quelques gouttes tombant du ciel, sous la galerie japonisante. Mets délicieux nous accompagnent pour une belle soirée romantique en amoureux. Le Routard parlait d’une ouverture possible de chambres… A voir !

058-Cambodia-Angkor

Heart of Cambodia: Siem Reap – Angkor (Cambodge) – part I

Pour diane qui ne déjeune jamais, le plus grand plaisir en Asie est de pouvoir manger des soupes de nouilles dès le matin pendant que moi je profite de petits déjeuners bien plus complets que les céréales vite avalées à la maison. Œufs et fruits frais me permettent d’accumuler de l’énergie et de ne pas avoir faim en matinée.

Nous nous mettons en route aujourd’hui pour nos premières visites d’Angkor. La création d’un pass de trois jours est un peu fastidieuse, avec photo prise en direct, sur un parking où on se sent un peu envahi par le touriste moyen, essentiellement coréen. Le touriste Coréen donc voyage en groupe de minimum 30 personnes et a 50-70 ans, madame porte une visière, un pantacourt et des baskets, monsieur est en bermuda ou pantalon, avec la même visière que madame et son appareil photo autour du cou. Mais c’est le côté troupeau dirigé de main de maître par le guide qui marque le plus.

037-Cambodia-Angkor

L’avantage de Leon, c’est qu’il connaît bien le pays qu’il nous fait visiter et qu’il sait à quelle heure les différents sites sont les moins visités. J’espère que ses conseils sont toujours valables mais l’ordre de visite que nous avons suivi nous a permis d’éviter la plus grande foule. Nous commençons donc par Ta Phrom, le site qui a été laissé dans l’état dans lequel les Français ont découvert Angkor à l’origine, c’est-à-dire avec les arbres et les plantes qui se mélangent aux bâtiments. En anglais, les guides parlent d’ailleurs du « jungle temple ».

038-Cambodia-Angkor

039-Cambodia-Angkor

C’est aussi le site qui a été popularisé par Lara Croft, via le jeu et le film et tous les guides montrent devant quel fromager aux racines disloquant les murs et s’insérant entre les pierres elle a été filmée (et tous les touristes veulent y faire une photo !). Le parcours est plus ou moins fléché, mais donne quand même l’occasion d’explorer un peu, de rentrer dans différents bâtiments. L’ambiance est assez irréelle à cause de la végétation luxuriante mais j’imagine que la découverte du site a dû être un sacré choc pour les explorateurs français. Même le matin, l’endroit est envahi par un certain nombre de touristes et il est difficile de vraiment profiter complètement de la beauté du lieu.

040-Cambodia-Angkor

La visite du Ta Phrom terminée, et après un arrêt pipi avec une bien jolie pancarte dans les toilettes, nous ne traînons pas et profitons de l’heure du midi pour visiter Angkor Thom, quasi déserté à ce moment-là. Premier arrêt devant la terrasse des éléphants construite en bordure du palais royal puis promenade à travers le site.

041-Cambodia-Angkor

042-Cambodia-Angkor

A un moment, je perds diane de vue… il s’est arrêté pour acheter des chemises en coton léger ! Nous réalisons sur place que le travail des archéologues est titanesque. Avant les Khmers Rouges, ils avaient démonté le Baphuon, grande pyramide qui s’était déjà écroulée depuis longtemps pour pouvoir le reconstruire sur des bases solides. Les pierres ont été numérotées mais les plans ont disparu lors de la guerre. Il s’agit donc d’un puzzle géant en trois dimensions qui se fait avec beaucoup de tâtonnements, l’aide de l’informatique mais surtout de quelques anciens qui avaient travaillé avec les archéologues français à l’époque.

043-Cambodia-Angkor

Un peu plus loin se dresse le Bayon, mondialement connu pour ses sculptures sur quatre faces de visages à l’expression énigmatique. C’est là que nous nous rendons compte que ces sites sont encore utilisés aujourd’hui par les Khmers comme lieu de culte. L’endroit est vraiment impressionnant, labyrinthique sur trois étages entre allées, portes et tours sanctuaires. J’ai du mal à exprimer mon bonheur d’enfin être là. (Vu le grand nombre de photos, la suite de la journée sera racontée dans l’article suivant.)

044-Cambodia-Angkor

045-Cambodia-Angkor

046-Cambodia-Angkor

047-Cambodia-Angkor