Inde – Rajasthan: Udaipur

Ce matin, je décide de déjeuner léger parce que je ne suis pas encore très sûre de ma digestion. Mais ça a l’air d’aller mieux qu’hier.

Nous prenons le minibus pour rejoindre le centre d’Udaipur et commencer la visite du City Palace, l’immense palais du maharadjah local qui surplombe le lac Pichola. C’est en fait un complexe de plusieurs palais accolés et construits à des dates différentes, dans une fusion de styles rajput et moghol. Quand le guide nous propose de faire la visite résumée, nous acquiesçons – nous avons clairement eu notre dose de palais lors des semaines précédentes. Cela n’empêche pas d’admirer la richesse de l’architecture et des décorations multiples, allant d’une pièce à l’autre, suivant un vrai dédale de couloirs et d’escaliers pour y accéder. Il y a même une galerie avec des sculptures anciennes, des instruments de musique et divers objets usuels. La cour centrale est en pleine préparation pour un mariage.

789-India-Udaipur

790-India-Udaipur

800-India-Udaipur

802-India-Udaipur

804-India-Udaipur

816-India-Udaipur

811-India-Udaipur

813-India-Udaipur

Juste à la sortie du palais se trouve le temple Jagdish, dédié à Vishnou. Des fidèles interprètent en choeur des chants dévotionnels, accompagnés d’un tambour. Juste après cette visite, nous  nous arrêtons chez un bijoutier mais tout est bien trop classique pour moi.

821-India-Udaipur

822-India-Udaipur

824-India-Udaipur

Nous reprenons le minibus pour une dernière visite, celle des jardins de Sahelion-ki-Bari, envahis par les touristes locaux mais non moins intéressants. Ils sont séparés en divers parties, chacune avec une ambiance particulière, mais tous rafraîchis par des fontaines. Celui qui est circulaire et entouré de plantes tropicales me plaît tout particulièrement.

826-India-Udaipur

831-India-Udaipur

830-India-Udaipur

832-India-Udaipur

835-India-Udaipur

Jilian retourne à l’hôtel avec le minibus et je prends un tuk-tuk avec les autres membres du groupe. C’est un peu serré pour quatre personnes à l’arrière tandis que Tej  s’est installé à côté du chauffeur, l’enlaçant presque, mais les trajets ne sont jamais bien longs. Nous retournons au même restaurant qu’hier soir et cette fois-ci, j’en profite pleinement. Je me régale des grillades et de la vue sur le lac. Poulet tikka et mouton sont complétés par un curry de pommes de terre et oignons de printemps et des épinards à l’ail, ainsi que les habituels naans.

837-India-Udaipur

836-India-Udaipur

Nous reprenons un tuk-tuk pour visiter un immense magasin d’artisanat local mais malgré le choix, rien ne me tente, puis nous rentrons à l’hôtel. Nous avons une discussion un peu pénible sur les pourboires – personne ne tombe d’accord sur un montant commun par personne et nous décidons finalement de chacun donner une enveloppe – ce que je trouve particulièrement déplaisant, mais c’est comme ça.

839-India-Udaipur

Nous prenons un dernier gin tonic ensemble puis prenons le repas au restaurant de l’hôtel. Jane est fort distraite, tentant désespérément de choisir sa place dans l’avion et ce n’est pas le moment le plus joyeux du voyage. Tout le monde est déjà ailleurs en fait. Vient ensuite l’heure de faire les adieux à Jilian, Jane, Bob et Tej qui partent très tôt demain matin et c’est toujours un peu triste.

Plus de photos sur flickr.

Inde – Rajasthan: Bijaipur – Udaipur

Mes soucis intestinaux ne sont pas résolus ce matin et je prends un Imodium de plus avant de prendre la route pour la dernière étape du voyage, Udaipur, à trois heures de Bijaipur. L’hôtel Sarovar est inaccessible par le minibus, étant situé à l’intérieur de la vieille ville, et donc nous faisons la dernière partie à pied tandis que nos bagages sont chargés dans un tuk tuk. Il ne s’agit pas de l’hôtel qui était prévu dans le programme et l’entrée n’est pas accueillante du tout. Les chambres sont quant à elles très basiques et pas très propres, et les portes ferment mal. Et je ne me vois pas attendre là toute une journée le surlendemain avant de prendre mon vol du soir.

Nous tirons la tête et râlons auprès de Tej (qui s’y attendait apparemment). Il appelle son chef, mais en attente d’une solution, il nous emmène pour la suite du programme quelques rues plus loin. Nous allons en effet assister à un cours de cuisine. Dipika et Pradeep nous accueillent très gentiment et nous préparons ensemble différents plats: du chaï d’abord, puis des pakoras, du dhal, un curry de pommes de terre et d’okra, des chapatis et du riz agrémenté d’épices et de petits pois. Nous mangeons ensemble cet excellent repas mais je n’ai toujours aucun appétit.

768-India-Udaipur

769-India-Udaipur

765-India-Udaipur

766-India-Udaipur

Tej a reçu une réponse positive de son chef et nous nous mettons en route vers notre nouvel hôtel, le Fateh Niwas, qui du coup, n’est pas dans la vieille ville, ni même proche du centre. Mais la différence est flagrante: les chambres sont grandes et bien décorées, les salles de bains sont modernes et propres, et le bâtiment en tant que tel intègre des éléments inspirés de l’architecture ancienne de la région.

840-India-Udaipur

770-India-Udaipur

Après une courte pause, nous repartons pour le centre d’Udaipur. Nous prenons le bateau pour une croisière au coucher de soleil sur le lac Pichola, haut lieu du tourisme et du romantisme à l’indienne. Nous profitons d’une superbe vue sur le palais du maharadja puis, nous débarquons sur l’île de Jag Mandir qui est un endroit des milles et une nuits, et qui est d’ailleurs très fréquemment utilisé comme décor pour des fêtes de mariage. Je me sens de moins en moins bien mais j’arrive quand même à profiter un peu de l’endroit. Par contre, quand mes compagnons proposent de boire un verre, je refuse. Je tente de me concentrer pour évacuer les nausées tandis que ma tension baisse – et puis elle remonte heureusement après un moment et je commence à me sentir un peu mieux, juste à temps pour reprendre le bateau vers la terre ferme.

774-India-Udaipur

775-India-Udaipur

782-India-Udaipur

779-India-Udaipur

783-India-Udaipur

Nous débarquons à nouveau tout près du palais, que nous longeons pour ressortir dans le centre de la vieille ville. Apparemment, il y a eu un sacré malentendu entre Tej et le chauffeur, ainsi que des embouteillages qui bloquent toute la vieille ville, et notre guide nous emmène au pas de course au travers des rues, le téléphone en main. C’est assez épique, et pas très agréable, surtout que Tej ne nous explique rien au moment même. Finalement nous retrouvons le minibus, mais au lieu de faire demi-tour, il s’engage sans sourciller dans le pire des bouchons. A certains endroits, les voitures peuvent à peine se croiser et cela se joue au centimètre près.

785-India-Udaipur

Nous arrivons en fin de compte à notre restaurant pour ce soir, le Khamma Ghani, un des meilleurs de la ville. Les spécialités, ce sont les grillades cuites au four tandoor, et même si je ne me sens pas encore en pleine forme, mon appétit revient peu à peu.

De retour à l’hôtel, je teste le remède proposé par Jilian, du bicarbonate de soude, avant de passer une excellente nuit.

Inde – Rajasthan: Jojowar – Chittorgarh – Bijaipur

A nouveau, la route est longue pour atteindre l’étape suivante. Nous traversons d’abord les collines toutes proches, tout en étant observés par les singes. A un moment donné, la route est bloquée: un camion n’arrive plus à gravir la pente. Après quelques manœuvres de divers véhicules, il réussit à prendre son élan et repart. Le paysage change, la campagne devient plus verte, les palmiers réapparaissent. Nous croisons bergers et troupeaux qui envahissent la voie publique.

675-India-ontheroad

677-India-ontheroad

680-India-ontheroad

Nous arrivons à Chittorgarh pour l’heure de midi et, après un détour causé par l’impossibilité de passer sous un pont avec le minibus, nous nous arrêtons pour le repas de midi. Il s’agit d’un buffet dans un restaurant généralement visité par des Indiens et la nourriture est tout de suite plus épicée et piquante, ce qui la rend aussi plus intéressante. Nous mangeons dans le jardin et une immense tortue vient nous dire bonjour.

La particularité de Chittorgarh est son immense fort installé sur un pic rocheux – c’est le plus grand d’Inde. Il est aujourd’hui abandonné mais il est très intéressant à visiter. Il faut d’abord passer sept portes placées sur une route sinueuse qui monte le long des flancs de la colline. Nous ne visitons qu’une partie et commençons par le Kumbha Palace, un palais en ruines d’où la vue sur le ville en contrebas est magnifique.

687-India-Chittorgarh

690-India-Chittorgarh

686-India-Chittorgarh

689-India-Chittorgarh

La Victory Tower se dresse un peu plus loin. Elle est ornée de très nombreuses sculptures en style hindou. A côté se trouvent plusieurs temples à l’architecture typique. Tandis que nous les visitons, nous sommes observés par plusieurs dizaines de singes très placides.

703-India-Chittorgarh

692-India-Chittorgarh

704-India-Chittorgarh

701-India-Chittorgarh

708-India-Chittorgarh

709-India-Chittorgarh

Le dernier arrêt se fait au Padmini’s Place, un palais dans un style tout à fait différent, organisé autour d’un jardin. Il n’a rien d’extraordinaire mais les couleurs sont belles en cette fin de journée.

710-India-Chittorgarh

711-India-Chittorgarh

Plus de photos sur flickr.

Il reste encore une étape: cette nuit nous dormons au palais de Bijaipur, à une cinquantaine de kilomètres de là. Nous prenons d’abord l’autoroute, puis des chemins locaux. L’autre groupe de Wild Frontiers nous poursuit toujours, pour finalement nous dépasser. Nous arrivons au crépuscule et à nouveau, je tire au sort ma chambre. Et j’ai à nouveau beaucoup de chance: elle est dans l’aile la plus ancienne et bien que fort taribiscotée, elle est très agréable. J’ai un grand hall d’entrée, puis une pièce plus petite qui fait office de chambre, entièrement occupée par le grand lit. Il y a plusieurs petites niches, dont une contient une fresque originale, ainsi qu’un genre de logia où il doit être bon de s’installer pour lire un livre – sauf que ça manque de coussins. Et plus généralement, ça manque un peu de tentures aussi mais je m’en accommode.

714-India-Bijaipur

716-India-Bijaipur

Nous prenons l’apéritif dans le grand patio, puis un repas à la lueur des chandelles près de la piscine. Et puis, c’est l’heure d’aller dormir, après une belle journée.

Inde – Rajasthan: Jodhpur – Bhenswara

L’hôtel est apparemment très proche d’une voie ferrée et de la gare de Jodhpur parce que je me réveille avec le bruit des trains. Conformément au standing de l’hôtel, le petit-déjeuner est très varié et délicieux. Je ne sais que choisir et me régale de plein de choses différentes.

Je me prépare bien à temps et arrive à l’entrée de l’hôtel avant l’heure du rendez-vous et pour mon plus grand bonheur, le magasin est ouvert. J’achète, après avoir marchandé un peu pour la forme, le magnifique collier vu le soir avant. En style traditionnel, il est serti pierres semi-précieuses jaune pâle – le vendeur me dit que ce sont des topazes mais cela pourrait aussi être de la citrine. Peu m’importe, je suis très heureuse de mon achat. Depuis que je suis rentrée, je l’ai déjà porté plusieurs fois et il provoque toujours l’admiration.

Ce matin, nous visitons le Mehrangarh Fort de Jodhpur. Nous arrivons un peu avant l’ouverture et il faut attendre un moment, mais au moins, il n’y a pas trop de monde. Cette fois-ci, Tej nous propose des audio-guides et cela nous change du guide humain. Le palais est impressionnant, perché sur un rocher. Une fois à l’intérieur de l’enceinte, sur laquelle s’ouvrent des portes immense, il émerveille par sa splendeur et la finesse des sculptures et décorations (j’ai l’impression que je commence à me répéter !).

602-India-Jodhpur

604-India-Jodhpur

607-India-Jodhpur

613-India-Jodhpur

618-India-Jodhpur

622-India-Jodhpur

617-India-Jodhpur

Quand nous ressortons du palais, nous croisons un groupe de figurants pour le film qui est tourné sur place. Ils se laissent sans problème prendre au jeu de la photo.

626-India-Jodhpur

J’avais lu dans mon guide qu’il existait un beau jardin juste à côté et je demande à le visiter. Tandis qu’une partie du groupe prend un rafraîchissement au joli café qui le surplombe, Jane et moi partons à la découverte du site. Il est en style arabe, entouré d’un mur et divisé en grands parterres rectangulaires, eux-mêmes divisés en carrés. Chacun de ceux-ci est planté de variétés différentes: fleurs et plantes aromatiques essentiellement. C’est le genre d’endroits qui me plaît et du coup, j’aimerais en connaître plus sur l’histoire de ce type de jardins et de leur histoire.

628-India-Jodhpur

627-India-Jodhpur

633-India-Jodhpur

Pour le repas du midi, c’est street food: Tej a acheté des samosas et des lassis auprès de vendeurs très populaires et reconnus pour leur qualité. Nous les mangeons dans le minibus, ce qui n’est pas des plus agréables mais c’est une manière de ne pas perdre de temps. La route vers Ahore et Bhenswara est longue et nous y arrivons en fin d’après-midi, après avoir dépassé de nombreux chameaux et des troupeaux de moutons guidés par des bergers.

Nous logeons au Ravla, la demeure du chef local, qui a été transformée en hôtel. L’endroit est un vrai dédale, avec plusieurs bâtiments qui s’embriquent, construits autour de cours intérieures. Ma chambre est immense mais je ne m’y sens pas tout à fait à l’aise: le lit est en face de la porte alors qu’il a assez d’espace pour le mettre plus loin. C’est joliment décoré mais cela manque un peu de confort comme un frigo, une bouilloire, de l’air conditionné ne datant pas de Mathusalem… et même le lit est fort dur. Quant au wifi, il est quasi inexistant, même dans les parties communes de l’hôtel.

637-India-Bhenswara

643-India-Bhenswara

634-India-Bhenswara

638-India-Bhenswara

Nous sommes accueillis par le neveu du propriétaire, très rapidement rebaptisé « eye candy ». Il est vrai que c’est un bel homme, mais il semble aussi très arrogant et peu intéressé par son métier.

Je lis un peu près de la piscine, puis c’est l’heure de l’apéro, une bière, avec un peu de musique locale mais elle n’est pas aussi bonne que dans le camp du désert. Le repas, quant à lui, est sans goût. Je retourne à ma chambre et tente de lire malgré les coupures d’électricité récurrentes. A partir de maintenant, le programme est moins chargé et je pourrai me reposer un peu.

Plus de photos de Jodhpur (les deux jours) sur flickr.

Inde – Rajasthan: Gajner – Nagaur

Ce matin, il faut quitter ce lieu idyllique qu’est Gajner… Nous reprenons la route, en traversant Bikaner où nous sommes témoins d’une collision entre un tuk-tuk et d’une moto. C’est assez confrontant de voir le motocycliste faire des convulsions et l’attroupement qui se forme de suite autour de lui. Heureusement l’ambulance arrive déjà.

Le trajet prend 4 heures mais nous faisons un arrêt à Deshnoke où se trouve un temple assez particulier. En effet, l’édifice consacré à Karni Mata, une sage hindoue qui est une incarnation de Durga, est un sanctuaire pour les rats. Plus de 25.000 rongeurs y vivent et y sont vénérés. Je dois bien avouer que je ne suis pas très enthousiaste à l’idée de visiter cet endroit mais la curiosité l’emporte. Comme dans tous les temples, il faut se déchausser et le sol n’est pas propre. Ma visite est vite écourtée, dégoûtée par les déjections qui s’accrochent à ma plante des pieds. De plus, les rats courent partout et l’odeur est nauséabonde, ce qui n’a pas l’air de déranger les dévots. Des lingettes humides viennent à la rescousse et permettent de nettoyer mes pieds pour la suite du voyage. C’était en tous cas une expérience assez spéciale !

432-India-Deshnoke

427-India-Deshnoke

429-India-Deshnoke

431-India-Deshnoke

(Quelques photos supplémentaires sur flickr).

Nous continuons la route vers Nagaur. En arrivant dans la petite ville, le chauffeur peine quelque peu à trouver la bonne route mais finalement nous pénétrons dans le fort d’Ahhichatragarh. L’hôtel Ranwas est en fait au coeur de la citadelle ! Nous ne nous attendions pas à ça et ouvrons grand les yeux. C’est un établissement de grand luxe (noté à 9,7 sur booking) mais ancien, appartenant à la catégorie des « heritage hotels ». Comme la ville de Nagaur est en dehors des sentiers battus, c’est encore plus ou moins abordable (autour des 200€ quand même) sauf au moment du grand festival de musiques du monde organisé chaque année par le maharadja de Jodhpur dont dépend la ville.

434-India-Nagaur

447-India-Nagaur

448-India-Nagaur

Nous sommes les seuls touristes à y loger cette nuit-là, ce qui augmente évidemment le sentiment de vivre une expérience exceptionnelle. Le personnel est d’ailleurs aux petits soins pour nous pendant toute la journée et la soirée.

Les chambres sont dispersées dans différents havelis, comportant un rez-de-chaussée et un étage, avec chaque fois une cour intérieure couverte meublée de fauteuils et joliment décorée. A chaque étape, nous (les trois femmes voyageant seules donc) tirons  au sort les clés pour les chambres et j’ai de la chance: j’obtiens la plus grande, avec un lit immense, un salon, une minuscule cour privée et une grande salle de bains.

441-India-Nagaur

440-India-Nagaur

436-India-Nagaur

437-India-Nagaur

Même Eddy trouve son bonheur en feuilletant les livres déposés dans la chambre.

444-India-Nagaur

Nous prenons ensemble sur la terrasse le repas de midi: divers plats locaux – notamment à base de haricots du désert -, des currys évidemment, mais aussi un assortiment de desserts que je laisse volontiers à mes compagnons de voyage. L’après-midi est libre et je m’installe à la piscine avec mon livre, observant le ballet des pigeons qui viennent s’abreuver. Après un moment, je décide d’aller nager mais l’eau est très fraîche: je mets donc un temps fou à y entrer !

445-India-Nagaur

Vers 16h, c’est afternoon tea et les serveurs nous amènent un assortiment de sandwiches, pakoras et de gâteaux, tous plus délicieux les uns que les autres. Et c’est inclus dans le prix.

446-India-Nagaur

Le soleil commence tout doucement à baisser et c’est le moment de commencer la visite du jour, celle du fort. Un serveur et guide nous emmène dans le dédale des couloirs et nous explique comment tout a été patiemment rénové. La cour principale est immense et les bâtiments prennent des couleurs dorées superbes en cette fin de journée. C’est aussi un plaisir immense de visiter l’endroit sans autre compagnie que les membres du groupe et cela donne le sentiment d’être maharadja pour un moment.

449-India-Nagaur

450-India-Nagaur

457-India-Nagaur

452-India-Nagaur

459-India-Nagaur

Nous montons à l’étage d’un des palais, sur un toit plat qui donne une vue panoramique sur la région. Des serveurs nous suivent avec des bières fraîches que nous prenons en apéritif pendant que le soleil se couche. Ils nous ramènent ensuite au restaurant à la lueur des lampes torches (et des smartphones).

464-India-Nagaur

463-India-Nagaur

469-India-Nagaur

Le dîner, bien trop copieux, est constitué de laal mas, dhal, haricots du désert, poulet tikka, soupe de carottes-coriandre, légumes divers, betteraves et un dessert (halva et gâteau au chocolat). Après m’être empiffrée, je décide que je mangerai moins les prochains jours !

La journée était mémorable et je m’endors avec le sentiment d’avoir vécu une expérience exceptionnelle, réservée à peu de monde.

466-India-Nagaur

Plus de photos sur flickr.

Inde – Rajasthan: Jaipur – Khandela

Cette nuit, j’ai mis des boules quiès et tout de suite, la nuit a été meilleure. Je m’inquiétais de ne pas entendre le réveil, mais je me suis réveillée à temps. Et Jane frappe à ma porte le matin pour s’assurer que je suis bien levée. Je déjeune à nouveau de manière assez minimaliste: toasts à la confiture, yaourt et fruits.

Nous partons ce matin visiter le Fort d’Amber, situé à une dizaine de kilomètres de Jaipur. Situé au sommet d’une colline, il n’est pas accessible par le minibus. Nous pourrions prendre un éléphant mais ceux-ci sont exploités et le voyage se veut le plus éthique possible. Il faut prendre une jeep qui se retrouve bien vite coincée dans une file qui ne bouge plus. Le guide local nous propose alors de visiter un réservoir d’eau qui se trouve en chemin mais on ne peut pas dire que les voitures aient beaucoup avancé entre temps. Je propose d’y aller à pied – je n’aime vraiment pas suer dans un espace confiné – mais le guide trouve que c’est une mauvaise idée: il fait trop chaud. Heureusement, cela avance un peu et en fin de compte, nous arrivons au sommet. C’est là que nous comprenons la raison des embouteillages: une partie du fort sert de décor à un film de Bollywood.

175-India-Amber

176-India-Amber

L’endroit, construit à la fin du 16e siècle en grès et en marbre, est somptueux et me touche bien plus que le City Palace de Jaipur. Je sens que je commence à aimer le Rajasthan et à comprendre pourquoi cette région est un classique du tourisme. J’admire l’architecture, les arches finement découpées, les inserts dans les plafonds et le superbe jardin moghol qui me rappelle une exposition vue à Paris. Le palais se compose de salles d’audiences publiques et privées et de la résidence du maharadja et de sa famille ainsi que du zenana, les appartements des femmes et concubines qui y vivaient à l’abri des regards des hommes.

182-India-Amber

189-India-Amber

185-India-Amber
(la vie est dure sur un tournage)

198-India-Amber

190-India-Amber

195-India-Amber

207-India-Amber

203-India-Amber

206-India-Amber

(Plus de photos sur flickr).

Une fois la visite terminée, nous avons perdu Jane qui s’est égarée dans le dédale des appartements mais elle retrouve finalement son chemin après un bon moment d’attente.

Sur la route de retour vers Jaipur, nous nous arrêtons pour photographier le Jal Mahal, un palais entouré d’eau, puis nous allons manger divers plats de curry commandés avec soin par Tej.

210-India-Jaipur

C’est l’heure du magasin pour touristes ! Cette fois-ci, ce sont les bijoux qui sont à l’honneur mais ils sont peu attrayants et trop clinquants à  mon goût et je m’ennuie jusqu’au moment où je me dis que je peux trier les photos sur mon appareil. Ce que je fais. Sauf que le choix n’est toujours pas fait. Je me mets à jouer…

L’après-midi se passe sur la route; il faut en effet 2h30 pour rejoindre Khandela, petite ville située au nord-est du Rajasthan, dans le Shekawati, hors des circuits touristiques. Comme d’habitude, je m’endors ou je somnole pendant une grande partie du trajet malgré les routes pleines de trous.

L’arrivée est un peu compliquée: les rues du village sont très étroites, deux voitures ne peuvent s’y croiser et les marchandises des échoppes gênent le passage. A un moment donné, le propriétaire de l’une d’entre elles doit grimper sur le minibus pour décrocher les vêtements qui sont dans le chemin. Quelques fous rires s’ensuivent.

Au bout de la route se trouve Castle Khandela, la demeure du chef local. Une partie a été transformée en hôpital, le dignitaire étant médecin, une autre est devenue un « heritage hotel » tout en abritant encore les appartements de la famille. L’endroit est très beau, les chambres sont agencées autour d’une cour centrale et l’ensemble possède un charme certain. Ma chambre au troisième étage est très grande et décorée avec goût.

214-India-Khandela

264-India-Khandela

212-India-Khandela

Nous nous retrouvons à la nuit tombée sur un des toits pour un délicieux repas… de currys, accompagnés de bières Kingfisher. J’aurais bien bu un gin tonic en apéritif mais il n’y a pas de tonic à l’hôtel. Pour le première fois depuis le début du voyage, je frissonne avec la brise du soir.

213-India-Khandela

Thaïlande: Bangkok (part XII: Dusit)

066-Thailand-Bangkok

Direction Dusit aujourd’hui, le quartier parsemé de bâtiments royaux. Nous prenons le sky train jusque Phaya Thai puis décidons de parcourir à pied la distance qui nous sépare de notre but. Cela n’avait pas l’air si loin que ça sur la carte… mais les distances sont plus grandes que prévues et nous nous sentons un peu stupides, seuls touristes à marcher au soleil le long d’une grande avenue…

067-Thailand-Bangkok

068-Thailand-Bangkok

069-Thailand-Bangkok

070-Thailand-Bangkok

Nous arrivons enfin au premier but de la promenade, le Wat Benchambophit, un temple à mi-chemin entre style thaï et style victorien, avec des colonnes en marbre et une galerie de copies de statues de Bouddha de toute l’Asie.

071-Thailand-Bangkok

De là, c’est encore une longue marche pour arriver au Ananda Samakhon Throne Hall, un bâtiment immense très tarte à la crème. Il ne se visite pas, il faut donc le contourner, en plein soleil toujours, en passant le long du zoo.

072-Thailand-Bangkok

Nous arrivons à un joli parc avec des bâtiments mauresques comme le Abhisek Dusit Throne Hall. Une fois devant le Vimanmek Palace, on nous demande nos tickets d’entrée… que nous n’avons pas. Nous sommes en fait rentrés par la sortie. Nous n’avons plus trop d’énergie et laissons tomber. En cherchant la sortie, nous tombons sur la cantine où nous pouvons enfin nous reposer un peu et nous nourrir de délicieux plats pas chers du tout.

073-Thailand-Bangkok

Nous désirons nous rendre ensuite au Thewet Flower Market et pensons prendre un taxi. Les chauffeurs attendent à la sortie du parc et quand je leur demande le prix, ils m’annoncent un montant bien plus élevé que s’ils mettaient tout simplement leurs compteurs. Bref, nous repartons à pied. Nous passons devant plusieurs écoles, croisant les écoliers en uniformes bleu et blanc. Puis devant un magasin de gadgets et de peluches qui attirent mon attention: ils vendent des peluches Plants vs Zombies ! Je choisis une petite zombinette en costume de feuilles, laissant de côté le zombie Michael Jackson (je regrette maintenant). En continuant vers le marché aux fleurs, nous la baptisons Zénobie la zombie.

074-Thailand-Bangkok

Le marché mène au débarcadère du fleuve, ce qui est bien pratique mais avant j’achète encore quelques semences et regrette de ne pouvoir ramener aucune des plantes tropicales pour le jardin.

075-Thailand-Bangkok