Japon: Okayama – Kagoshima

Samedi 3 novembre 2018

Je me prépare à l’aise, mange les croissants industriels achetés le jour avant et bois du thé, ainsi qu’un smoothie au goût bizarre, puis je me rends à la gare toute proche où j’achète un bento dans une jolie boîte. Je suis évidemment bien trop tôt et m’installe avec mon livre.

196-Japan

Le shinkansen qui m’emmène dans le sud est bien rempli, notamment par un groupe de personnes âgées. Leur accompagnatrice s’occupe bien d’eux et distribue bento et boissons, puis viens chercher plusieurs fois les déchets. Mes deux voisins successifs ne disent rien, m’ignorent même, et cela m’arrange pour bien avancer dans mon roman. Le trajet de 3h30 me semble un peu long sur la fin, et le train passe par beaucoup de tunnels qui me bouchent les oreilles.

Quand j’arrive à Kagoshima, tout au sud de Kyushu, il fait beau, chaud et ensoleillé. A l’information de la gare, j’achète un « cute pass » de deux jours qui me permet d’utiliser les transports en commun (le tram, le bus touristique et le ferry vers Sakurajima) et d’avoir des réductions sur certaines attractions. A vrai dire, c’est un peu de l’argent gaspillé vu que je ne l’utilise quasi pas le premier jour, mais tant pis. L’hôtesse du stand d’informations me prévient très gentiment qu’aujourd’hui, il y a une parade et un festival dans les rues de la ville et que les transports sont grandement perturbés. Néanmoins, mon hôtel qui se trouve à mi-chemin entre la gare et le port (encore un choix stratégique de ma part) reste accessible.

J’emprunte un tout vieux tram. Il est bondé et c’est un peu gênant avec ma valise, même petite. Heureusement tout le monde sort au même arrêt que moi. L’hôtel REMM est situé un peu plus loin sur la grande avenue et je m’y rends à pied. Considéré par beaucoup de sites comme un favori à Kagoshima, je ne peux que confirmer. C’est un hôtel à l’occidentale, aux chambres très petites, mais la décoration est soignée et l’agencement des pièces est un peu différent. La salle de bain possède de grandes fenêtres (avec stores) qui donnent une impression d’espace. J’avais lu que dans le Kyushu peu de gens parlaient anglais mais jusqu’à présent, je me suis retrouvée face à des personnes qui se débrouillaient très bien.

197-Japan-Kagoshima

Ma chambre est prête et j’y dépose mes affaires avant de ressortir – ma grande valise est bien arrivée de Tokyo. Je passe un moment à regarder la parade qui rassemble des personnes de tous les âges, regroupées par associations ou entreprises. Je prends une série de photos mais c’est très répétitif. Je me fais un peu moquer par un homme masqué qui me propose ses crottes de nez – je n’ai pas tout compris mais la gaijin était probablement la victime idéale !

199-Japan-Kagoshima

200-Japan-Kagoshima

201-Japan-Kagoshima

Je quitte la foule et je rejoins l’église de Saint-François-Xavier par de petites rues.  François-Xavier est en effet arrivé au Japon par Kagoshima en 1549. Plus loin se trouve le temple de Terukuni, ainsi que diverses statues de héros locaux. Entre les bâtiments, j’aperçois le volcan Sakurajima qui crache un nuage de poussière.

204-Japan-Kagoshima

205-Japan-Kagoshima

208-Japan-Kagoshima

Mon but était de rejoindre l’observatoire situé sur la colline qui domine la ville et offre un panorama sur le volcan mais je me trompe de chemin – il ne mène nulle part – et me fais piquer par des moustiques. Découragée par mon premier effort, j’abandonne en voyant que la rue face à moi monte fort et n’est pas très agréable pour les piétons (et je ne vois pas de chemin différent). Je regrette un peu mais me dis que j’irai le lendemain avec le bus touristique. A vrai dire, je suis légèrement déçue par la ville, n’ayant rien vu de fantastique ou spectaculaire. J’avais noté d’autres choses sur ma google map, mais elles sont plus loin et le soleil commence à se coucher.

En rentrant vers l’hôtel, je trouve sur mon chemin un grand magasin d’alcools. Je suis toujours curieuse de voir ce qui se vend ailleurs et je vais donc examiner les rayons. Il y a évidemment beaucoup de shochu, l’alcool de patates douces local, et de saké, des bières – y compris de Belgique -, du vin, du whisky mais très peu de rhum ou de gin (j’ai aussi remarqué que les supermarchés ne vendent pas de tonic en général – je l’avoue, un gin tonic m’aurait plu à un moment ou un autre).

Je pars à la recherche d’un restaurant de ramen que j’avais noté mais je ne le trouve pas. Entre-temps, la parade est presque terminée mais les stands de nourriture sont toujours actifs et je m’achète des yakitoris de poulet, auxquels j’ajoute une salade de supermarché et de l’ananas en dessert. Cela fait un pique-nique dans ma chambre – je n’ai en effet pas toujours envie de me retrouver entourée de gens au restaurant. Je goûte aussi à deux autres spécialités japonaises: du calpis, une boisson sans alcool au goût légèrement lacté et acide, et du shochu highball, du shochu mélangé à de l’eau pétillante (j’avoue que la canette m’a attirée). Les deux expériences sont très mitigées et je suis contente d’avoir également acheté une bière !

210-Japan-Kagoshima

209-Japan-Kagoshima

211-Japan-Kagoshima

Cette longue soirée dans ma chambre me fait du bien et je prépare ma journée du lendemain.

Statistiques de la journée: 8152 pas – 6,1 km

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.