Japon – préambule

Il y a trois ans, quand j’ai visité le Japon, j’ai réalisé très vite que j’y retournerais, dès ces jours à Kyoto, où poursuivie par un temps maussade, je n’ai pas pu visiter tout ce que j’avais envie de voir. Le dernier jour dans la ville, en milieu d’après-midi, j’étais fatiguée et j’ai décidé de rentrer à l’hôtel même si je n’avais pas vu un des tous grands temples de la ville, le Kiyomizudera. Le reste de mon voyage a confirmé mes impressions: je reviendrais dans ce pays où il y a tant de choses superbes à voir.

Après un hiver difficile, occupé par l’organisation de la vente de la maison de mon papa, je me suis dit que ce serait bien de terminer l’année par une note plus positive, par un grand voyage. J’ai repensé au Japon, je souhaitais en effet y retourner avant les Jeux Olympiques de 2020. J’ai beaucoup réfléchi sur mon parcours: autant le web propose de nombreuses idées de séjours pour un premier voyage, autant pour un second, tout est beaucoup plus flou. Je me disais que je devais me concentrer sur une région mais j’hésitais: les Alpes Japonaises ? Shikoku ? Kyushu ? Et puis, j’ai repensé à Princesse Mononoké et ses forêts de mousses… Miyazaki s’est inspiré de celles de l’île de Yakushima, tout au sud du Japon pour les recréer dans son film. Cela me semblait un projet un peu fou: c’est loin et l’accès n’est pas des plus aisés. J’ai commencé à chercher des informations sur le net et je me suis rendue compte que mon projet était réalisable si je dépensais un peu plus d’argent. Ce que j’ai vu assez vite comme une récompense pour ces mois difficiles (à ce moment-là, en avril, le pire était encore à venir d’ailleurs).

C’était décidé: j’irais à Yakushima en novembre et je m’y payerais un guide privé. J’ai construit le reste de mon circuit autour de cette destination. Le Japan Rail Pass permet de prendre facilement le shinkansen, le train à grand vitesse, et donc l’île de Kyushu n’est pas inaccessible depuis Tokyo où mon vol All Nippon Airways atterrissait. J’ai cependant préféré couper la longue descente vers le sud par une étape intermédiaire à Oyakama, ce qui me permettait de visiter un des jardins japonais que j’aime tant.

J’ai ensuite choisi quelques villes de Kyushu, me rendant bien vite compte que ce ne serait qu’un survol. Et au retour, Kyoto était l’étape idéale pour couper la remontée vers Tokyo. Au final, mon voyage comptait 23 jours, dont 20 vraies journées de visites (les horaires de l’avion ne sont pas très favorables pour le visiteur partant de Bruxelles).

J’ai réservé mes hôtels et mon guide à Yakushima fin mai, très tôt donc, mais cela m’a permis de sélectionner les endroits les plus pratiques pour moi. J’ai préparé mon circuit pendant l’été, prenant des notes comme la fois précédente dans mon petit carnet, me rendant déjà compte qu’il y avait tant de choses à voir et pas assez de jours.

En septembre, j’ai réservé le jetfoil pour Yakushima et acheté mon Japan Rail Pass. Fin octobre, j’étais prête à partir ! Sauf que…

Publicités

2 réflexions sur “Japon – préambule

    • c’est le concept du cliffhanger 😉
      Il y a déjà un début d’explication dans le billet suivant, et le dénouement de l’affaire vient bientôt !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.