Inde – Rajasthan: Agra – Fatehpur Sikri – Bharatpur – Ranthambore

Le petit déjeuner de l’hôtel Trident est très varié mais il n’y a pas beaucoup de temps pour en profiter: le départ est très matinal. Nous recevons cependant de quoi nous sustenter en cours de route. Nous partons pour Fatehpur Sikri, quittant l’Uttar Pradesh pour enter au Rajasthan que nous ne quitterons plus. Après un peu moins de deux heures de route, il faut à nouveau abandonner notre véhicule à une certaine distance du site historique pour prendre un bus au gaz. Sauf que deux des trois sont en panne et le seul qui roule est pris d’assaut par des Indiens. Le guide local essaie pourtant de nous y faire monter mais nous refusons, préférant attendre son retour. Ce qui ne prend que 15 minutes et ce qui nous permet d’être à l’aise.

Fatehpur Sikri est une ville-fort ancienne construite par l’empereur Moghol Akbar et utilisée comme capitale entre 1571 et 1585, date où elle a été abandonnée. Ville fantôme, elle est particulièrement bien préservée et est un bel exemple du style architectural indien du 16e siècle. Les bâtiments et palais sont construits en brique rouge du Rajasthan et sont entourés de cours et jardins. Les pierres sont finement découpées et ornementées.

061-India-FatehpurSikri

056-India-FatehpurSikri

058-India-FatehpurSikri

069-India-FatehpurSikri

067-India-FatehpurSikri

Il est encore relativement tôt et il n’y a presque pas de monde, ce qui fait un bien immense après les visites du jour précédent. Nous quittons l’enceinte par une autre sortie où le minibus nous attend pour nous conduire à Bharatpur.

071-India-FatehpurSikri

(Quelques autres photos de Fatehpur Sikri sont visibles sur flickr).

La gare est joliment décorée de peintures d’oiseaux. Nous allons d’abord dans la salle d’attente, où Connie et Bob nous font une démonstration de yoga. Plus tard, sur le quai, nous sommes très rapidement entourés d’un groupe d’étudiants de plus en plus curieux et de plus en plus nombreux. Heureusement, Tej arrive à les canaliser en plaisantant avec eux et ils s’éloignent. Ce qui n’est pas plus mal, je commençais à me sentir mal à l’aise.

072-India-Bharatpur

074-India-Bharatpur

075-India-Bharatpur

076-India-Bharatpur

Le train arrive et nous allons jusque Sawai Madhopur, deux heures plus loin, et proche du parc national de Ranthambore. Les vitres sont un peu opaques et ne permettent pas trop d’admirer le paysage, fort monotone d’ailleurs: des plaines très sèches et un peu de végétation. Nous faisons la conversation pour passer le temps, tout en grignotant les biscuits et bananes de l’hôtel. Je ne peux pas dire que l’expérience de ce voyage en train ait été inoubliable…

Une fois arrivés à la gare, des voitures nous conduisent à notre hôtel – le minibus est encore en route. Le Juna Mahal est un établissement récent construit sur le modèle des anciens palais mais le service est quelque peu désorganisé: on nous attribue les clés des chambres alors qu’elles ne sont pas prêtes. Nous y mangeons dans une grande salle un peu vide différents plats sous forme de buffet.

Les chambres ont un certain caractère anglais, plutôt romantique, avec des rideaux à fleurs et un lit à baldaquin. J’ai même un petit balcon et la salle de bain est grande, surtout la douche (mais l’eau chaude est très lente à venir, restant même plutôt tiédasse). Pour le wifi, par contre, c’est uniquement à la réception et je n’ai pas la patience d’attendre une connexion.

078-India-Ranthambore

079-India-Ranthambore

080-India-Ranthambore

081-India-Ranthambore

082-India-Ranthambore

Je me change, prévoyant un pantalon et surtout un châle pour la poussière. Nous partons en effet en safari en jeeps ouvertes. Chaque jour, les touristes se voient allouer une zone dans le parc naturel de Ranthambore, connu pour les tigres. Nous n’avons pas de chance et devons rouler une petite heure avant d’arriver à celle qui nous est allouée. Quand nous arrivons, le chauffeur constate qu’il a crevé mais c’est très vite réparé !

077-India-Ranthambore

Le parc est un genre de savane, avec des arbres épineux. Y vivent des daims, des cerfs, des paons et surtout des tigres. Le but premier est évidemment de les repérer et comme une mère et ses deux petits ont été vus le matin même dans cette zone, toutes les jeeps de visiteurs convergent vers un point précis. En contrebas se trouve un point d’eau, dans une gorge bordée de rochers abrupts, très verte, avec quelques palmiers. Et là commence une longue attente. Il y a pas mal de monde et ça parle beaucoup, souvent fort. Je me dis que si j’étais un tigre, je ne me montrerais pas ! J’ai quelques frayeurs: la jeep descend via des rochers fort abrupts. Le vide est proche et le seul moyen de regagner un point plus élevé est de faire de la marche arrière, les moteurs à fond. En fermant les yeux, j’arrive à éviter le pire de mes angoisses du vide.

083-India-Ranthambore

084-India-Ranthambore

085-India-Ranthambore

086-India-Ranthambore

089-India-Ranthambore

De retour sur le plateau, nous attendons encore un peu mais les tigres ne se montrent pas. Je suis déçue évidemment, surtout quand je compare ce safari à celui de l’année passée au Sri Lanka où j’ai vu tant d’animaux différents, dont des léopards. Je profite cependant du paysage de savane et de collines; les couleurs sont superbes au soleil couchant.

088-India-Ranthambore

090-India-Ranthambore

Le chemin du retour me semble très long. Il fait nuit et il commence à faire fort frais dans la jeep qui roule à grande vitesse. Avec la poussière ambiante, le décrassage est plus que nécessaire une fois de retour à l’hôtel.

Nous mangeons à nouveau au buffet, avec une grande Kingfisher et les discussions dérivent sur la condition des femmes en Inde. A part dans les grandes villes, le système reste très traditionnel: elles s’occupent de la maison et des enfants, ainsi que des champs. Au Rajasthan, elles portent un voile coloré transparent qui peut cacher le visage et le regard. Le couple et la fidélité ne sont pas au cœur des traditions: les mariages sont souvent arrangés dès l’enfance et ils donnent l’impression de ne servir qu’à la procréation (je m’avance sans doute un peu trop en disant cela). Les maisons abritent la famille au sens large, les femmes (et les petits enfants) dormant d’un côté et les hommes de l’autre. Quant aux relations sexuelles, il faut s’arranger: soit attendre que tout le monde dorme, soit trouver un endroit discret en journée. Nous abordons aussi le sujet des viols et des procès qui ont suivi. En pleine période de #metoo, ce thème me touche particulièrement et je constate surtout qu’il y a encore un très long chemin à parcourir en Inde.

Publicités

5 réflexions sur “Inde – Rajasthan: Agra – Fatehpur Sikri – Bharatpur – Ranthambore

  1. Tes récits de voyages sont toujours aussi intéressant, et je me dis que j’aurai apprécié ces journées bien plus que les précédentes que tu décris…
    En ce qui concerne le sujet des mariages arrangés (et non pas forcés, qui sont deux choses différentes), j’ai changé d’opinions suite à de nombreuses conversations avec des ami.e.s Indien.ne.s , mais aussi Koréen.ne.s, Chinois.e.s et Sri Lankais.e.s où cette pratique existe avec variantes.
    Il y a bien sûr des pour et des contres, mais ce qui en ressort, c’est la facilité: pas besoin de « perdre » du temps à chercher la bonne personne, les parents se chargent d’une présélection, ne reste ensuite qu’à choisir celui/celle qui nous plaît le plus. Bien souvent d’ailleur, ce sont des mariages « de raison » et non pas « de passion », mais puisque les choses sont clairs depuis le début pour les deux partis, ça se passe la plupart du temps bien, avec un taux de divorce relativement faible comparé aux mariages « d’amour » des Occidentaux.

    Cette pratique fait partie des différences culturelle qui choque l’européenne que je suis, parce que je n’y suis pas habituée, sans pour autant que ce soit mieux ou moins bien que ce que je connais (je parle bien évidement des mariages arrangés respectueux où les deux partis ont voie au chapitre, pas des mariages forcés qui sont selon moi une insulte aux droits humains!).

    • Il s’agit ici de mariages arrangés dès l’enfance et je me demande comment les familles peuvent choisir la bonne personne si tôt, à moins de prendre en compte des facteurs économiques ou de proximité. De plus les enfants une fois adultes n’ont plus rien à dire, contrairement aux mariages arrangés dont tu parles, ce qui rend la situation totalement différente.

      • Évidement, vu comme ça c’est bien loin de ce que je connais, et la nuance entre mariage arrangé et forcé dans ce que tu décris semble assez floue… Il est dommage de constater que la vie de certaines personnes soit contrôlée par des traditions qui nous semble absurdes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.