Sri Lanka: Bruxelles – Dubaï

000-bruxelles

Un avion à l’heure du midi, c’est très confortable ! La personne qui s’occupe de mon papa me conduit à l’aéroport vers 11h30. Je suis plutôt angoissée, comme souvent avant un voyage, mais sa présence me calme un peu. Je suis encore fort congestionnée et très fatiguée après une semaine passée à la maison avec un rhume qui n’évoluait que très lentement. J’ai heureusement retrouvé une voix presque normale mais mon nez se bouche régulièrement et je tousse beaucoup.

Je suis évidemment bien trop tôt à l’aéroport. J’avais fait le check-in à la maison et j’avais pu choisir ma place dans les deux vols qui m’attendaient. Il ne restait pas beaucoup de choix mais j’ai pu me mettre du côté allée pour bouger comme bon me semble. Je découvre que le tax-free shop vend des parfum Diptyque et j’en essaie un qui me plaît, sans noter son nom. Je retiens juste que l’étiquette est assez travaillée (ça n’aidera pas quand j’irai en magasin pour le retrouver). Je passe le reste du temps d’attente à surfer (j’avais remis le mot de passe à jour pour être sûre de pouvoir me connecter – contrairement à mon voyage précédent à Saint-Jacques de Compostelle).

Dans l’avion de la compagnie Emirates, je me retrouve à côté de deux hommes, probablement pakistanais, qui ne bougeront pas du vol. C’est un vol d’après-midi et je n’ai aucune envie de dormir. L’occasion de me rattraper en cinéma: je sélectionne d’abord Legend of Tarzan, le film d’avion idéal: une action incessante. Mais c’est bien nul, les personnages sont inconsistants et tous les animaux sont en 3D. J’enchaîne avec The Nice Guys, que je trouve plaisant mais sans plus: les conditions de l’avion ne sont jamais idéales pour apprécier un film. Après un gin tonic, le repas est convenable: du poulet au curry mais le pain est mou et immangeable (selon mes standards).

L’avion atterrit à Dubaï à l’heure et j’espère que je n’aurai pas à changer de terminal vu que l’aéroport est gigantesque. Dès la sortie de l’avion, il faut faire la file pour le contrôle des bagages à mains. Je peux heureusement rester sur place et explorer la zone tax-free, prenant quelques photos du rayon rhum pour préparer mes achats au retour. J’attends mon second avion et me rends compte peu avant d’embarquer que le wifi est gratuit et sans mot de passe ou encodage de données diverses. Il doit être environ deux heures du matin – heure locale – et je commence à fatiguer.

Publicités

2 réflexions sur “Sri Lanka: Bruxelles – Dubaï

  1. Suggestion : Perso, je prends une photo des choses dont je veux me souvenir en voyage ou en déplacement, pour le Diptyque p. ex

    • oui, j’aurais dû faire ça ! je l’ai fait pour les rhums mais je n’y ai pas pensé pour le parfum… A mon retour, j’en ai acheté un, probablement un autre mais qui me plaît aussi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.