Japon 2015: Osaka – Nara – Osaka

Un petit déjeuner complet le matin, c’est quand même mieux ! Je prends le métro jusque Dobutsuenmae où je dois changer pour prendre le train. La gare JR de Shin-Imamiya est dans un quartier un peu sinistre et elle n’est pas bien indiquée à la sortie du métro. Il n’y a en effet pas de passage souterrain direct. Du coup, je rate le train que j’avais prévu de prendre mais peu importe, il y en a vraiment beaucoup. Le paysage est d’abord plutôt moche, complètement bâti, puis des bouts de vert apparaissent, avec des jardins potager. A nouveau, j’imaginais Nara très romantiquement comme un petit village japonais traditionnel mais les environs de la gare sont très modernes et très urbains. Je me trouve un plan (souvent les gares des sites importants ont des présentoirs avec divers prospectus et un office du tourisme en cas de questions). Je suis une des rues principales, Sanjo Dori, et passe près de la grande pagode. A nouveau, j’ai décidé de suivre la promenade proposée par le Lonely Planet et je tourne à gauche juste avant le grand torii. Je sors de suite de l’animation et visite un joli petit jardin gratuit, le Yoshikien. Ici aussi les érables ont pris de belles couleurs d’automne, même si pas encore autant qu’à Kyoto, et il y a de superbes camélias.

292-Nara

293-Nara

294-Nara

295-Nara

296-Nara

297-Nara

298-Nara

299-Nara

A côté se trouve l’Isuen (900 Yens), plus grand, aménagé autour de deux plans d’eau et avec une roue à aube, un jardin de mousse ainsi que petit musée qui présente des céramiques et quelques estampes. J’apprécie beaucoup ces deux endroits.

300-Nara

301-Nara

302-Nara

303-Nara

304-Nara

305-Nara

306-Nara

Je me dirige ensuite vers le Todai-ji (500 Yens), l’attraction de Nara. Cet imposant temple en bois très visité abrite une immense statue de Bouddha. Comme c’est l’attraction principale, il y a foule, dont de nombreuses classes.

307-Nara

308-Nara

309-Nara

Nara

310-Nara

312-Nara

311-Nara

313-Nara

De là, je pars vers la gauche – non sans avoir lu les recommandations par rapports aux daims qui circulent en liberté. Je ne suis heureusement pas une mamie ni une gamine à tresses. Je longe le mur d’enceinte, puis tourne à droite après un étang pour suivre une très jolie allée qui monte vers le Nigatsudo, situé en hauteur. Sa grande terrasse en bois où sont suspendues de nombreuses lanternes offre une belle vue sur Nara.

314-Nara

315-Nara

Nara

Nara

316-Nara

317-Nara

318-Nara

Nara

Nara

319-Nara

Je me trompe de chemin ensuite et reviens sur mes pas. Je longe la colline de Wakakusayama où se concentrent écoliers et daims. J’ai faim et m’arrête dans un endroit un peu insolite, différent. Cela ressemble à une galerie d’art mais il n’y a pas grand chose d’exposé et c’est tenu par un couple au look très artiste. Je me réchauffe avec un thé, le vent soufflant fort à l’extérieur, emportant un parasol pas vraiment nécessaire par ce temps gris. Aujourd’hui, à Nara, l’automne est vraiment là.

J’arrive enfin au Kasuga Taisha (500 Yens), un temple peint en orange, entouré de milliers de lanternes en pierre. Je me sens frustrée parce que j’ai suivi le circuit mais apparemment j’ai raté un petit bout et je n’ose pas entrer à nouveau. Je me promène ensuite dans les allées aux lanternes qui donnent une ambiance toute particulière au lieu. Elles sont superbes, recouvertes de mousses diverses.

320-Nara

Nara

Nara

321-Nara

Nara

Nara

322-Nara

323-Nara

324-Nara

325-Nara

326-Nara

327-Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

Nara

328-Nara

329-Nara

330-Nara

Je retraverse ensuite tout le parc de Nara en direction du grand torii. Au niveau des feux de circulation, je tourne à gauche, dépassant l’étang d’Ara-iki, à la recherche d’une brasserie de saké dont je n’ai noté la situation que très approximativement sur ma carte. Je me retrouve dans un quartier plutôt laid, sur une grand route et je me dis que je dois avoir dépassé la bonne rue. Je reviens sur mes pas, décidant de tourner à gauche dans une des rues et tant pis si ce n’est pas la bonne – je ne chercherai pas plus loin. La chance est de mon côté et je la trouve de suite. Pour 500 Yens, je déguste 6 sakés différents de la marque Harushika, le sixième étant pétillant. La jolie coupelle avec un petit daim dans le fond est comprise dans le prix et j’en achète une seconde. J’avoue: je suis un peu saoule en sortant de là et il reste un long chemin à parcourir jusqu’à la gare.

331-Nara

336-Nara

332-Nara

333-Nara

334-Nara

335-Nara

Continuant mon chemin par les petites rues de Nara, je m’arrête devant le temple de Gangoji puis à la pagode et au temple de Kofukuji.

337-Nara

338-Nara

339-Nara

Je me sens bien fatiguée après cette longue promenade et heureusement, le train est déjà à quai. Il commence à pleuvoir juste quand il se met en route vers Osaka. Des écoliers montent et j’observe une jeune fille qui montre tous les signes d’une timidité extrême, regardant ses pieds et tortillant ses doigts. J’ai envie de lui dire que tout va bien aller mais elle ne comprendrait pas et aurait probablement encore plus peur.

A Osaka, je reprends le métro puis fais quelques achats au supermarché pour mon repas, des makis et des sashimis au saumon.

Publicités

5 réflexions sur “Japon 2015: Osaka – Nara – Osaka

    • Oui, tu le résumes bien: mes journées étaient fatigantes mais j’étais heureuse d’être au Japon, seule. ça m’a fait beaucoup de bien !

  1. Rétrospectivement, je me dis que si j’avais fait Nara après Miyajima, j’aurais été bien déçue ! Mais tes photos sont si belles que je me demande si on n’en a pas loupé un bout, haha.
    Le panneau de recommandations en cas d’attaque de daims m’a bien fait sourire aussi, mais je l’ai bien sûr mémorisé, d’autant plus qu’à Miyajima, en pleine montagne, un daim dont les bois n’ont pas été sciés a jugé bon de nous mettre un coup de pression. Et j’avais aussi peur que les daims ne se transforment en machines à broyer des JR Passes, l’horreur.

    Sinon, je suis épatée : six sakés, waouh, tu tiens super bien (tes photos ne sont pas floues après l’alcool, en tout cas).

    À Osaka, j’étais à Shin-Imamiya, et c’est vrai que c’était plus « brouillon » que les beaux quartiers de Tokyo, mais l’emplacement était idéal.

    • Moi j’ai clairement préféré Nara à Miyajima, les mousses, les lanternes… pas de téléphérique branlant 😉
      Mon JR Pass était bien caché dans mon sac, je n’ai jamais été inquiétée.

      Je tiens assez bien l’alcool en effet et mon appareil photo règle tout tout seul, donc pas de mérite.

      Je n’ai pas trop eu l’occasion d’explorer les différents quartiers d’Osaka et quand j’ai réservé mon hôtel, je l’ai fait au hasard. Je me disais que s’il y avait une station de métro proche, c’était bon.

      • Je pense que Miyajima vaut plus le coup quand on y passe la nuit et qu’on la voit de différents points de vue et à différentes heures de la journée (on a fait le mont Misen jusqu’au sommet, ça change la donne). Mais sinon, c’est terriblement touristique et balisé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.