Japon 2015: Tokyo

Il pleut à verse quand je me lève. J’avais prévu d’aller à Kamakura mais j’ai changé mes plans en fonction des prévisions météo. Sauf que c’est lundi et me réfugier dans des musées est impossible (ce problème de pluie le lundi + musées fermés me poursuit depuis Budapest). Je me rendors donc un moment après le petit déjeuner et je pars vers 11 heures sous la pluie battante. Arrivée au marché de Tsukiji, il pleut déjà moins fort. Evidemment, comme j’ai traîné, le marché est quasiment fini. Je vois des tracteurs rassemblant des montagnes de caisses en frigolite et à l’intérieur de la grande halle, il y a peu d’animation. Quelques vendeurs terminent de nettoyer leur stand à grande eau, d’autres attendent encore un dernier client. Tout cela a l’air assez bordélique et me rappelle un peu les marchés d’Asie du Sud-Est mais sans la chaleur.

034-Tokyo

032-Tokyo

033-Tokyo

035-Tokyo

Je me promène un peu dans les environs et choisis un restaurant de sushis pour mon lunch (Tsukiji Sushi Sen). Un genre de flan aux oeufs, une soupe miso et du thé genmaicha accompagnent mon assortiment de sushis divers et variés. C’est déjà la fin du service et le restaurant se vide peu à peu mais trois personnes s’installent à côté de moi, un couple de Français et leur fils qui parle un peu japonais. Je déduis de la conversation qu’il vit à Tokyo et a invité ses parents pour quelques jours. Et sa maman n’apprécie pas le poisson cru.

036-Tokyo

Je me dirige ensuite vers les jardins de Hama Rikyu onshi koen (240 Yens – avec réduction grâce à un prospectus pris à l’hôtel) via une avenue en travaux. Créé en 1654, ce jardin a d’abord été une réserve de chasse. Il possède trois lacs, dont le plus grand comporte deux îles reliées par un pont. Des pavillons de thés, détruits lors des bombardements en 1944, sont pour certains reconstruits. Ce jardin m’a moins impressionnée que ceux d’hier mais je suis sûre que le temps gris y est pour beaucoup. Il est totalement abandonné à part quelques touristes et dominé par les buildings. Peu de plantes sont encore fleuries sauf des camélias d’automne, une variété que j’aimerais bien trouver pour installer dans mon jardin.

038-Tokyo

039-Tokyo

037-Tokyo

040-Tokyo

041-Tokyo

Les bruits urbains sont omniprésents et couvrent en partie les chants des oiseaux et des corbeaux. Ce jardin avait été construit à l’époque à cet endroit précis pour profiter de la vue sur la baie de Tokyo mais aujourd’hui celle-ci est envahie de bâtiments. L’ambiance est assez irréelle, j’ai l’impression d’être seule sur terre à certains moments. L’humidité est palpable partout, les gouttes tombent des arbres, les sentiers sont boueux par endroits. Je me félicite d’avoir mis mes ballerines Crocs et en profite pour sauter dans quelques flaques comme une petite fille.

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Après un moment, j’ai froid et mal aux jambes et je n’ai plus trop envie de visiter d’autres choses comme prévu. Je cherche la gare de Shimbashi et me retrouve sur des allées en hauteur, reliant les immeubles, croisant par hasard une oeuvre d’art située sur un toit en contrebas.

042-Tokyo

043-Tokyo

044-Tokyo

En dernière minute, je sors à la gare de Tokyo pour repérer mon chemin en vue de mon voyage vers Kyoto. J’y trouve la Character Street, rassemblant divers magasins de figurines et peluches. Beaucoup de choses me tentent dans les magasins Moomin et Ghibli mais je me dis que je ce n’est pas le moment d’alourdir ma valise. J’achète à manger, retire de l’argent à un distributeur 7eleven (tout fonctionne bien, ça me rassure) et retourne à l’hôtel. Une journée en mineure et je me sens déjà (encore ?) très fatiguée.

Publicités

2 réflexions sur “Japon 2015: Tokyo

  1. Tu t’es souvent pris la pluie pendant ton séjour ? (tu as dû le dire mais ma mémoire étant ce qu’elle est…). Tu as vu bien plus que nous à Tsukiji, mais il est vrai qu’on n’a pas trop traîné quand on a vu qu’on tournait en rond et hop, direction le resto haha. J’ai trouvé ce marché quand même bien plus propre que tout ce que j’ai vu ailleurs.

    Je crois qu’on visait le Sushi Sen, mais qu’on a abdiqué en voyant la file d’attente. Le flan aux œufs doit être un chawan-mushi, j’adorerais savoir préparer ce plat *_*

    Le Hama-rikyu ne m’a pas non plus éblouie (malgré le temps superbe), par contre, j’aime beaucoup le contraste entre la verdure et les gratte-ciels.

  2. 4 ou 5 fois, et beaucoup de ciels gris. Mais aussi quelques ciels magnifiquement bleus, ça compense !
    A Tsukiji, j’avais un peu peur de rentrer dans le marché et puis j’ai emboîté le pas à d’autres touristes, ça a aidé !
    C’est marrant parce que c’était un des seuls restaurants sans file dans mon cas. Et je l’ai choisi pour cette raison.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.