Thaïlande: Prachuap Khiri Khan – Bangkok

Je retourne à Bangkok aujourd’hui, pas en train, parce que les horaires ne conviennent pas (ils s’arrêtent à Prachuap au milieu de la nuit). Je prends plutôt le minivan qui fait le trajet entre les deux villes pour 220 bahts. Pas besoin de se dépêcher ni même de connaître les horaires, il y a un départ toutes les 20 minutes. J’avais lu des histoires assez horrifiantes sur ce moyen de transport, impliquant des chauffeurs fous et drogués et de nombreux accidents. Catherine me confirme que certains roulent parfois un peu vite mais qu’il n’y a pas tant d’accidents que ça, surtout en journée. Elle me conduit à l’arrêt avant de partir travailler et me conseille une place près de la fenêtre dans la première rangée. Le chauffeur installe mon bagage à côté de lui, vu qu’il n’y a pas vraiment beaucoup de place prévue pour ça. Je fais mes adieux à Catherine, la remerciant pour ce beau séjour.

Le van n’est pas rempli quand nous partons et il s’arrête plusieurs fois pour embarquer de nouveaux passagers. Il s’arrête aussi avant Bangkok pour ceux qui veulent déjà descendre. La route est plutôt monotone, du genre nationale à deux bandes, bordée de magasins par endroits. J’ai toujours mal au ventre, ce qui m’embête bien et le Buscopan n’aide qu’un peu. Le minibus arrive finalement à Victory Monument, environ 4 heures plus tard. Je cherche le BTS, le métro aérien. J’hésite en effet à monter les escaliers qui se présentent devant moi, de peur de devoir les descendre puis les remonter ailleurs avec ma valise trop lourde. Je suis pressée d’arriver à mon hôtel pour pouvoir me reposer. Quand j’arrive à l’arrêt Surasak, après un changement à Siam, je me rends compte que le Mode Sathorn Hotel est en face du métro. C’est vraiment une bonne nouvelle; par contre ma chambre n’est pas encore prête alors qu’il est déjà 14h30. La réceptionniste me propose de profiter de mes avantages en prenant l’afternoon tea au café. Les petits gâteaux qu’on m’y sert ne sont pas très bons (en tous cas selon les standards franco-belges – mais je suis très difficile) et le thé est du vulgaire Lipton. Mais j’aurai mangé et passé le temps.

392-BTBangkok

Je découvre enfin ma très belle chambre avec une magnifique vue sur la ville. Je tente de faire une sieste mais je n’y arrive pas. Je prends mon courage à deux mains et décide de sortir ce soir. J’avale donc un nouveau Buscopan, et je vérifie si j’ai bien des réserves avec moi. Je prends le skytrain jusque Siam, puis jusqu’à Ekkamai. J’avais noté qu’il y avait dans le quartier un restaurant japonais intéressant, un izakaya du nom de Teppen. Après avoir hésité un moment pour trouver l’entrée, je la trouve et y dépose mes chaussures.

Il y a beaucoup de monde aux tables, mais le bar est quasi vide. Je m’y installe et j’ai une belle vue sur la cuisine qui se trouve juste derrière. Je commande un gin tonic parce que j’ai envie et des sashimis; je reçois des légumes crus et un dip au sésame comme entrée. Mon plat est composé d’un poisson blanc, de saumon, de thon et de coquilles saint-jacques qui fondent dans la bouche. L’ambiance dans le restaurant est survoltée, très japonaise je suppose. Les serveurs et cuisiniers s’encouragent verbalement en criant tandis que des tablées thaïes ou japonaises discutent assez fort. Je me sens bien entourée et soignée par tout le personnel qui veille à ce que je ne manque de rien et que j’ai des choses à regarder dans la cuisine. Une expérience qui me (ré)concilie avec le fait de manger seule. Je ne me suis pas ennuyée à un seul moment et je n’ai sorti mon iPad que pour faire des photos. Dommage que ce genre de restaurant n’existe pas à Bruxelles, j’y mangerais souvent. Un deuxième Buscopan devrait permettre à mes maux de ventre de me laisser tranquille pour le reste de la soirée.

393-BTBangkok

394-BTBangkok

395-BTBangkok

Le but de cette sortie à l’autre bout de la ville était un concert de Krom, un groupe composé d’un Australien et de deux chanteuses cambodgiennes. En sortant du restaurant, je suis la ruelle pour aller au Toot Yung Art Center situé un peu plus loin. Quand j’y arrive, l’écrivain Christopher G. Moore termine son introduction. Je me trouve une place assise dans la jolie cour intérieure de la galerie et le concert commence. Mélange de blues, très noir, aux paroles souvent revendicatrices et de chansons traditionnelles khmères. Je me laisse emporter par les guitares, l’accordéon et surtout les voix contrastées, celle très grave de Christopher Minko et celles bien plus aiguës des soeurs cambodgiennes. Je passe un excellent moment et même mes maux de ventre s’en vont. Tous les concerts devraient se passer comme ça, à l’extérieur, avec 28° de moyenne. Et quelques bières évidemment !

396-BTBangkok

391-BTBangkok

397-BTBangkok

Quand je rentre à l’hôtel, il y a encore pas mal de monde dans le BTS… Je m’endors en laissant les rideaux ouverts, avec la vue sur la ville.

Publicités

2 réflexions sur “Thaïlande: Prachuap Khiri Khan – Bangkok

    • J’ai en effet passé une excellente soirée, et je me rends bien compte que les températures plus que clémentes y sont pour quelque chose ! Pour le moment, à Bruxelles, dès que je dois sortir, je me crispe sur moi-même de froid et ça n’encourage pas vraiment à sortir plus que nécessaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.