Cambodge 2012: Kampot

Le guesthouse propose des vélos à ses clients et nous empruntons deux des vieilles bécanes pour une ballade dans les environs. Notre premier arrêt consiste en une réservation pour le bus du lendemain. Celui de 8h30 est déjà complet et nous trouvons que 7h30, c’est vraiment tôt. L’agent de voyage nous propose alors la compagnie Giant Ibis qui part vers 8h. Un peu plus cher mais plus conforme à nos souhaits.

094-Cambodia-Kampot

095-Cambodia-Kampot

Le Guide du Routard indique le chemin vers les marais salants et c’est par là que nous nous dirigeons. Il faut traverser le vieux pont, puis prendre la troisième à gauche. D’abord asphaltée, la route se transforme bien vite en un chemin de terre rouge. Moi qui ne suis pas une héroïne à vélo, j’ai bien du mal à suivre Katrien et à éviter les nombreux cailloux. Nous arrivons relativement vite aux marais salants et aux grands entrepôts qui servent à garder le sel. La région est fortement habitée par des musulmans Cham, que nous croisons sur la route. Évidemment, tous les enfants que nous croisons nous disent « hello » ! Sur le chemin, nous faisons le détour par la pagode locale.

096-Cambodia-Kampot

097-Cambodia-Kampot

En retournant vers Kampot, je propose que nous mangions sur la rivière, près du nouveau pont au Ta Eou (ou Ta Ouv, je n’ai pas très compris). C’est un grand restaurant sur pilotis, très « local », où les familles viennent manger. Et en fait, c’est mieux: cela permet de partager tous les plats et de goûter à plein de mets différents. Katrien prend une soupe de légumes très copieuse et moi des crevettes au poivre vert. Le crabe me tentait bien, mais pas le chipotage pour le manger. Bon mais un peu gras.

098-Cambodia-Kampot

099-Cambodia-Kampot

100-Cambodia-Kampot

Je pédale vers le guesthouse tandis que Katrien continue son exploration de la petite ville. Je profite l’ombre de la paillote pour boire une bière et lire mon livre. Vers 15h30, on vient nous chercher pour une ballade en bateau réservée le matin même. Nous nous entassons dans un vieux rafiot et commençons la navigation sur la rivière. A cette allure, nous ne verrons pas grand chose… et même le coucher de soleil sur le Bokor n’est pas si fantastique que ça.

Nous prenons le cocktail du soir au Bokor Mountain Lodge. Quand nous partons, la pluie commence à tomber et après quelques minutes, nous devons courir pour éviter le déluge. Nous nous engouffrons au Rusty Keyhole, un restaurant proposant diverses spécialités khmères et occidentales. Toutes les tables sont occupées sauf deux places à une grande table. Nous y retrouvons un couple de Belges qui nous racontent leurs aventures. L’orage bat son plein et les rues sont inondées. Je commande le boeuf lac loc, une spécialité mais le plat ne me plaît pas: la sauce est chimique, trop salée et les frites trop cuites. Je n’ai décidément pas trop de chance dans mes choix ces derniers temps.

Il fait vraiment sombre quand nous rentrons au guesthouse, les rues ne sont qu’à peine éclairées et encore bien mouillées.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.