Cambodge 2012: Phnom Penh

Pour le petit déjeuner, je choisis une omelette, accompagnée de toasts et de fruits. La température des plus agréables permet de déjeuner dehors, avec vue sur piscine. Nous demandons à la réceptionniste de nous réserver des tickets de bus pour Siem Reap: elle propose la compagnie Mekong Express, qui est relativement chère en comparaison d’autres compagnies, mais pour 13$, nous ne nous plaignons pas et cela nous évite de devoir nous en occuper.

Je propose à Katrien de faire une ballade sur le thème de l’architecture dans Phnom Penh en suivant la carte trouvée sur ce site (à télécharger en bas de page). J’aurais bien participé à une de leurs visites guidées mais nous n’étions pas à PP à ce moment-là.

010-Cambodia-Phnom Penh

011-Cambodia-Phnom Penh

012-Cambodia-Phnom Penh

Ce circuit met en avant divers bâtiments qu’on n’aurait pas remarqué autrement et est une façon très intéressante de découvrir une ville en profondeur. Pendant plus de deux heures, nous verrons donc de l’architecture coloniale du début du 20e siècle, souvent inspirée des maisons du sud de la France, de l’art déco des années 30, du modernisme des années 60 et l’un ou l’autre bâtiment totalement bizarre comme cette construction réalisée par des Japonais.

013-Cambodia-Phnom Penh

Nous passons devant divers cinémas, dont certains fonctionnent encore mais aussi devant celui qui a été totalement compartimenté pour héberger des familles très pauvres (avec un lien vers un blog très intéressants sur les cinémas d’Asie du Sud-Est).

014-Cambodia-Phnom Penh

Au milieu du parcours, nous visitons le Marché Central, rénové entre 2008 et 2010 (on le voit ici en 2006). Le bâtiment rayonne de splendeur, en jaune et blanc. A l’intérieur, l’ambiance est très agréable et extrêmement bien ventilée. Nous passons devant les stands de bijoux mais aussi d’électronique, sans trop oser demander les prix des iPhone.

015-Cambodia-Phnom Penh

016-Cambodia-Phnom Penh

Une fois le parcours fini, la faim commence à se faire sentir. Nous sortons nos guides et choisissons un restaurant sur le Riverfront ou Quai Sisovath. Le Chiang Mai (au 227 du Quai Sisovath) est un restaurant thaï mais sert aussi des plats khmers. Je choisis des scampis au curry de citronnelle, avec des cacahuètes, de l’oignon, du poivron et du piment doux tandis que Katrien prend un pad thaï. La nourriture est savoureuse, surtout accompagnée d’une bière (pour moi – c’est moi la soûlarde !).

Nous repartons ensuite en direction du Musée National, en suivant la promenade le long de la rivière. Le musée a une architecture intéressante: construit dans les années 20 par des Français, il s’inspire des bâtiments khmers. Sa couleur bordeaux le fait tout particulièrement ressortir. Les collections d’objets et de statues sont intéressantes, et désormais accompagnés de légendes (ce qui n’était pas le cas en 2006). Certains panneaux expliquent les pillages de tombes qui ont encore lieu aujourd’hui dans différentes régions: les paysans, trouvant du métal (des tambours de bronze), le revendent pour subvenir à leurs besoins, ne sachant pas qu’il s’agit d’objets anciens. Des marchands d’art peu scrupuleux prennent très vite le relais avant que n’arrivent les archéologues.

017-Cambodia-Phnom Penh

018-Cambodia-Phnom Penh

De là, nous avons une vue sur les constructions en vue de la cérémonie funéraire du roi Norodom Sihanouk, décédé récemment.

019-Cambodia-Phnom Penh

Nous retournons à l’hôtel pour profiter de la piscine: un bain bien rafraîchissant après cette longue promenade fait un bien fou ! Le cocktail du soir pendant la happy hour consiste en deux mojitos, réalisés tout à fait correctement cette fois-ci.

020-Cambodia-Phnom Penh

Pour manger, nous sélectionnons le Sleuk Chark (rue 51, n°165): c’est un restaurant essentiellement visité par des Cambodgiens et la serveuse ne parle que très peu d’anglais. La carte n’est pas très explicite. Je choisis de l’aubergine à la viande hachée, une recette que j’avais testée avant de partir et Katrien, un plat de poisson, qui se révèle être une boulette de poisson cru mariné au lemongrass et aux herbes. Ce n’est pas mauvais sauf si on n’aime pas le poisson cru…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.