Vietnam: Hanoi (II)

Déçu par le petit déjeuner d’hier, diane décide d’aller dans la gargote en face de l’hôtel manger un pho, une soupe de nouilles au bœuf (ou au poulet) typiquement vietnamienne, avec herbes aromatiques et un goût prononcé d’anis étoilé. Moi je persiste et signe avec le mauvais petit déjeuner… alors que j’aurais mieux fait d’accompagner diane (et que finalement je ne mangerai pas cette spécialité de tout le voyage) !

011-Vietnam-Hanoi

Pour cette matinée libre, nous décidons de nous promener un peu plus dans le vieux quartier d’Hanoï et de trouver la rue des épices et herbes médicinales. Difficile de marcher droit sur des trottoirs encombrés de vendeurs ambulants et de motos, et l’odeur des pots d’échappements n’invite pas vraiment à une longue ballade. Nous passons néanmoins par un marché couvert où se vendent des textiles de toutes sortes dans un bel enchevêtrement d’échoppes pour finalement aboutir dans la rue recherchée (grâce à une google map téléchargée sur l’iPhone de diane). Les murs des magasins tout sombres sont remplis de tiroirs contenant divers condiments et poudres de perlimpinpin et des vitrines proposent des alcools de serpents et autres bestioles (dieu sait comment on a réussi à l’introduire dans le flacon).

Nous fuyons le bruit et les odeurs (non sans l’achat pour diane d’un masque anti-pollution noir avec de grandes dents imprimées dessus) pour nous promener le long du lac de l’Ouest. L’ambiance est tout de suite plus calme et une table au bord de l’eau nous attire pour deux bières bien fraîches et un plat de riz sauté que nous nous partageons (comme de bons Hollandais). Il ne nous en faut pas plus, l’appétit de diane étant de toutes façons limité le midi et le mien n’étant pas encore au meilleur de sa forme. Nous nous rattraperons ce soir…

L’après-midi, nous quittons Hanoï pour visiter les environs, la province de Ha Tay. Nous découvrons que le pays possède une autoroute mais aussi qu’elle est encore en plein chantier et que les pagodes que nous voulions visiter ne sont accessibles que par de toutes petites routes. La pagode de Tay Phuong se trouve au sommet d’une colline mais la pâte au miel, au coco et au sésame que nous achète Hang nous occupe pendant la montée – il faut bien tout ce temps pour déloger ce machin collant d’entre nos dents ! Une deuxième pagode se trouve un peu plus loin en contrebas. Nous y comprenons que la religion vietnamienne est à l’image de la circulation: une confusion confucéenne, bouddhiste, taoïste et animiste (ce qui somme toutes vaut bien le lapin et les cloches de Pâques). Génies telluriques et effrayants côtoient des Bouddhas ventripotents ou « happy Bouddha ».

012-Vietnam-Hanoi

013-Vietnam-Hanoi

Visite ensuite de la pagode de Tram Gian où toutes les vieilles dames veulent nous vendre un balai pour nettoyer notre autel des ancêtres… Nous goûtons ensuite la mangue verte et la goyave trempées dans un mélange de sel et de piment. Dommage qu’il est quasi impossible de trouver des mangues vertes par ici, parce que c’est vraiment bon.

Le retour est encore plus animé que l’aller: c’est l’heure de pointe et nous nous retrouvons dans une circulation anarchique, où c’est la loi du plus fort qui règne. Je n’ai toujours pas compris comment nous sommes sortis de ce rond-point, l’espace entre les voitures et motos n’étant parfois que d’un ou deux centimètres. diane en profite pour prendre une série de polaroids à l’iPhone…

014-Vietnam-Hanoi

015-Vietnam-Hanoi

Pour le repas du soir, Hang nous propose de manger une spécialité de crevettes au bord du lac de l’Ouest mais un reportage d’Envoyé Spécial (ou Thalassa, je ne sais plus) et une petite note de François Simon nous ont intrigués: nous voulons découvrir La Verticale, le restaurant de Didier Corlou. Premier chef à revenir au Sofitel Métropole après l’ouverture du pays en 1992, ce breton rencontre une Hanoïenne qu’il épouse et décide en 2007 d’ouvrir son propre restaurant (dans une ancienne maison coloniale) où saveurs bretonnes se mêlent à la cuisine vietnamienne (du Nord) tout en expérimentant avec les épices. Heureusement que nous avions réservé, nous avons eu la dernière table, dans la cour où nous entendions les bruits de cuisine et le chef diriger son équipe. Je me décide pour un menu, le Hanoi Journey set tandis que diane choisit une entrée et un plat à la carte, que nous accompagnons d’un délicieux vin sud africain.

016-Vietnam-Hanoi

Ma première entrée tourne autour de l’artichaut (de Dalat, évidemment): des cubes et des feuilles sont recouverts de petits coquillages et d’une petites sauces aux herbes. Je pense que c’est le plat dont je garde le meilleurs souvenir ! Pendant ce temps, diane déguste un pho de homard, au bouillon gastronomique. Ma deuxième entrée est basée sur la tomate: un coulis froid, un œuf poché et une mousse verte dont j’ai oublié la composition. Le plat principal est une déclinaison de canard: magret grillé, brochette au litchi, cuisse cuisinée en nem, foie gras et petits légumes. Pour diane, même idée, mais à base de buffle: ragoût, steak ultra tendre et goûtu, brochette à tremper dans un coulis de fruits de la passion, tartare sur pain, nem. Comme conclusion, un café (le seul élément raté de tout le menu) et armagnac pour diane et clafoutis de fruits de la passion accompagné d’une boule de glace pour moi.

Tous les plats étaient délicieux, inventifs, de la fine cuisine qu’on ne peut pas se permettre ici parce que c’est trop cher (ce n’était pas gratuit non plus, mais pour ce qu’on a eu, ça valait vraiment la peine). Une seule petite remarque de mon côté: chaque plat de mon menu contenait de l’anis étoilé et j’aurais préféré une plus grande variété d’épices, mais cela tient juste à l’élaboration du menu qu’il suffirait de changer. Un petit tour par le magasin du restaurant et hop, je ramène un nouveau livre (Ma cuisine du Vietnam) pour compléter ma collection et essayer de recréer les recettes.

Juste un bémol  au retour avec le taximan qui a arnaqué diane de 50.000 dongs. Ce n’est pas grand chose, 2 euros, mais quand même…

Publicités

12 réflexions sur “Vietnam: Hanoi (II)

  1. La derniere photo est vraiment appétissante ! Et je suis fidèle au poste pour la suite de vos aventures…
    Je devrais peut être penser à un blog comme ceci, pour notre voyage en Islande ? Ce serait aussi sympa pour garder une trace de ce que nous ferons chaque jour…

    • merci !
      je me dis aussi, que même si ça prendra du temps, je serai heureuse par la suite d’avoir écrit ce récit. Donc, si ça te tente, je te lirai avec plaisir.

      L’Islande, donc ? Il fait trop froid pour moi, là même si ça a l’air d’être un très beau pays.

  2. Mais que vois-je??? Tu n’as pas mangé de Phó du tout??? Sacrilège! Ca va être dur pour goûter celui que tu feras chez toi du coup. Sinon j’adore tous les articles et les photos sont vraiment jolies. Au prochain passage de mon père par chez moi, je lui mettrai l’ordi sur les genoux avec ton blog pendant que je cuisinerai, il me foutra la paix pendant un bon moment 😉

    • Si, j’ai goûté dans le bol de diane, mais je n’en ai jamais commandé un pour moi… en fait, je me trompe, j’en ai mangé un le dernier jour ! C’est parce que je n’en suis pas encore là dans mon récit que j’ai oublié.

      Ton papa ne te laisse pas cuisiner sans se mêler de tout ????

      • Mon père est le genre d’homme qui investit une cuisine plus vite que son ombre et te la laisse en pagaille complète. Il fait vraiment bien à manger, du coup, je m’empiffre et quand j’ai les dents du fond qui baignent et que je ne rêve que d’une chose: digérer dans le divan, j’aperçois l’enfer dans la cuisine et je dois ranger tout sinon j’explose. Bref, des fois, j’essaie subtilement de garder ma cuisine en vie et ton blog sera une diversion parfaite 🙂

        Diane: mon père ne sait pas se débrouiller sur internet, ni même sur un ordi. Il lui faudra bien 3 semaines avant de comprendre qu’il y a des commentaires, qu’il peut les lire et qu’il peut même en mettre 🙂 Ecrire des sms c’est déjà un exploit!

      • Arf, on peut voir les commentaires en lisant l’article! Arf, faut effacer 🙂

    • Maaaan nan hein. Il est bien content quand je l’inscris pour avoir des factures en ligne ou des plans de fournisseurs en vins. Je suis Kiki la reine du web pour lui (ou pas lol).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.