Malay Peninsula: préambule

Février 2002, rien ne va. Je suis en plein déboires amoureux, avec des disputes retentissantes dans lesquelles Mr. K m’accuse de tous les maux du monde et tout particulièrement de ne pas être comme il voudrait que je soie. ça dure depuis décembre, où il m’a quand même lâchement laissé tomber pour le réveillon du nouvel an pour pouvoir être en compagnie d’une fille qui l’attirait (ça, je l’ai appris plus tard et – nyark nyark – elle n’a jamais intéressée par lui). Mais depuis décembre aussi, nous continuons à nous voir, nous réconciliant de temps en temps pour mieux criser après. Bref, je me dis qu’un voyage loin de tout ça me ferait le plus grand bien et je me décide sur un coup de tête. Le lundi 25 février, j’annonce à mes parents que j’ai envie de partir, le mardi, je réserve billets d’avion et voyage organisé par Intrepid Travel (sous le nom de Malay Peninsula – il n’existe plus aujourd’hui). Le samedi 2 mars, je suis dans l’avion.

Intrepid Travel me tentait depuis un certain temps après que les prix de Continents Insolites aient fortement augmentés et qu’ils se soient recentrés sur plus de luxe et un public plus âgé. Cette agence australienne organise des voyages en petits groupes dans le monde entier et développe depuis des années une politique environnementale et de respect des populations locales assez poussée. Là, je me lançais un peu dans le vide, ne connaissant personne qui avait voyagé avec eux mais sachant juste qu’en Belgique, leurs voyages étaient vendus par Joker. A l’époque, ils avaient un forum sur leur site pour rencontrer les autres passagers du groupe. C’est ainsi que j’ai fait connaissance avec un Américain qui participait au voyage. Je me sentais déjà un peu moins isolée…

Pourquoi ce voyage-là ? L’idée de remonter toute la péninsule et de visiter trois grandes métropoles asiatiques me tentait bien, bref un voyage partant de Singapour, passant par Kuala Lumpur et se terminant à Bangkok, avec une série de visites entretemps et pas mal de temps dans la nature, au bord d’un lac, le long de la plage ou dans la forêt. Et puis comme ce n’était pas trop long, les chances que tout se passe mal étaient réduites.

****J’écris ce récit 8 ans après le voyage. Je me base sur les notes que j’ai prises en cours de route, mais j’ai abandonné avant la fin. Je n’ai pas retrouvé l’imprimé avec le circuit, bref, le récit des derniers jours sera juste basé sur ma mémoire et sur les photos que j’ai faites.****

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.