Laos: Vientiane – Phonsavan

Le matin, nous nous levons tôt pour visiter Vientiane: nous nous promenons sur l’artère principale qui a l’air abandonnée. D’ailleurs des poules la traversent sans aucun danger de se faire écraser. Il n’y a tout simplement presque pas de circulation ! Nous montons au sommet du Patuxai, l’espèce d’arc de triomphe qui domine la grande avenue, ce qui permet d’avoir une belle vue sur la ville.

01-Vientiane.jpg

02-Vientiane.jpg

Nous visitons ensuite le Vat Si Muang, un temple bouddhiste construit en 1563 dans un style proche de celui de la Thaïlande ou du Cambodge, avec plein de dorures. Au détour d’une allée, le linge des moines sèche.

03-Vientiane.jpg

04-Vientiane.jpg

Vers 11 heures, nous rejoignons l’aéroport pour le vol intérieur vers Phonsavan, près de la Plaine des Jarres. Les contrôles sont quasi inexistants, le détecteur à métaux n’est même pas branché. Je commence à craindre le pire quand je vois sur la piste un hélicoptère de transport chinois mais c’est finalement vers un avion de Lao Aviation que nous sommes conduits. D’accord, c’est un tout vieil avion chinois à hélices mais l’hélicoptère ne m’inspirait vraiment pas confiance. (En fait, il ne devait pas être si vieux: mes recherches m’ont dirigé vers le Harbin Y-12 dont la production avait commencé en 1985). Une hôtesse nous sert un genre de Fanta orange plein de colorants.

Le vol se termine par un spectacle étonnant: le sol est criblé de cratères créés par les trop nombreuses bombes américaines lâchées là lors de la 2e guerre d’Indochine (ou guerre du Vietnam), créant un paysage lunaire. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, je conseille le documentaire The most secret place on earth. The CIA’s covert war in Laos.

Nous rejoignons d’abord notre hôtel (l’auberge Phouphadeng ?), perché sur une colline, tout en bois sur le modèle d’un chalet suisse, ou presque. L’endroit est vraiment agréable même si apparemment aujourd’hui, il aurait grandement besoin de rénovations. Nous partons ensuite pour la visite de la Plaine des Jarres, un endroit assez surréel où se trouvent disséminées plein de jarres immenses en pierre, dont le poids peut atteindre 6 tonnes. Les historiens et archéologues n’ont pas encore trouvé d’explication définitive à leur présence même si les dernières recherches tendent vers l’utilisation comme tombeau. Le temps est couvert mais cela fait mieux ressortir l’ambiance bizarre.

06-plainedesjarres.jpg

05-plainedesjarres.jpg

Nous nous promenons ensuite dans le village et au marché et je passe à la poste pour changer de l’argent. Naïve comme je suis, je sors de suite un gros billet, 100$, et vois l’air effaré de l’employée. Je sors mon mini porte-monnaie acheté au Guatemala mais très vite les liasses de kip s’accumulent sur le comptoir: le plus grand billet était de 1000 kip mais ne valait quasi rien. J’étais multi-millionnaire ce jour-là ! Bref, j’ai pris mes dizaines de liasses et je les ai jetées dans mon sac à dos.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.